20 décembre 2001

>> Douze Lunes fait une pause pendant quelques jours, le temps de réfléchir, pondérer, souffler… et accessoirement se bâfrer de bonnes choses. Et faire un break avec l'actualité. N'espérez pas grand chose d'ici le 2 janvier. Bonnes fêtes!
Mais attention! JR Files reste actif! Rendez-vous là bas.

19 décembre 2001

Three Rings for the Elven-kings under the sky,
Seven for the Dwarf-lords in their halls of stone,
Nine for Mortal Men doomed to die,
One for the Dark Lord on his dark throne
In the Land of Mordor where the Shadows lie.
One Ring to rule them all, One Ring to find them,
One Ring to bring them all and in the darkness bind them
In the Land of Mordor where the Shadows lie.

"Le Seigneur des Anneaux" sort aujourd'hui.

18 décembre 2001

>> Wired 9.12: The Geek Syndrome
I took the test: i scored 34... Have i Asperger Syndrome, a form of autism? Probably a bit, according to the study. I feel fine anyway, but then...
Take the test.
(via sex and sunshine)

17 décembre 2001

>> Revealed: what really went on during Bush's 'missing hours' By William Langley
Daily Telegraph
Gripping account of 9/11, what went on in Air Force One, the White House and the Pentagon at the time of the attacks and after .
>> The New Yorker: MEET ME IN ST. LOUIS by JONATHAN FRANZEN
On the New Yorker website, an essay from the author of "The Corrections" about shooting for TV in his old city and visiting his old neighborhood, a proustian trip to the, forever gone, past.
>> Rings of Fire - The daunting journey of J. R. R. Tolkien's The Lord of the Rings to the big screen. By Gregory Weinkauf
SF Weekly
... The Lord of the Rings is definitely a tale of multiples -- books, films, languages, marketing tie-ins, but especially production units. In order to capture all the locations in which hobbit friends Frodo and Sam (Elijah Wood and Sean Astin) play out their adventure, it became practical to shoot all three films back to back. This meant a total of 274 shooting days spread over 15 months, often with several units operating at once.
It took an extremely adventurous producer like Barrie M. Osborne to keep the machine running. Osborne, known for the cult hit Wilder Napalm and the mega-hit The Matrix, found in The Lord of the Rings more than enough reason to leave the Matrix sequels in other hands, instead spending several years of his life transforming New Zealand into Middle Earth... [ more...]




>> The Guardian | John Sutherland: America and its advantages
Le journaliste John Sutherland a trouvé 52 choses que les Américains font mieux que les Grands-Bretons. Applicable chez nous à quelque chose près. Une chose que j'aimerai ajouter: le broyeur d'épluchures au fond de l'évier de la cuisine, sur la bonde. Jamais vu ça en France. Très pratique!
(via whereveryouare)

16 décembre 2001

>> In 5th Season, 'Ally' Seems to Be Stalling
New York Times
Ally McBeal's new season rates badly, yet the producers don't expect to write a series-ending this year.
>> Hollywood’s last act before daybreak
LA Weekly
Who ever sees it? Who ever wants to be awake and near a window, on the street or in a car, for this moment of urban renewal whose calm, pharaonic grandeur rivals first light over Death Valley or Montauk Point? Nearly half an hour earlier, traffic along Sunset and Hollywood boulevards slowly builds; sparrows begin a shrill chorus as though cheering -- or warning -- that night is about to end. Then, sometime between 5:30 and 7:15 a.m., depending on the season, the sun cuts the horizon and something happens: The eastern sky is suddenly bordered by silhouettes of palms and billboards, shadows turn gray, and the gathering light almost becomes audible. As far as anyone who's been on the street during these 20 minutes of daybreak is concerned, all questions and prayers are about to be answered.
...
For many, Hollywood's sunrise isn't merely pretty -- it signals the end of night's longest, coldest hours, when the evening's highs have worn off and the body fights its natural desire to sleep, a time when waking appetites for food and drink are at their lowest, and all we desire is a toilet. No one who's ever spent nights on a bus bench in a strange town ever forgets the punishing blows this time of night delivers to the soul. Anyone who wishes only to be left alone to fall asleep knows the impossible desire to become invisible. But when shelter and sleep are unavailable, the thing to do is walk and, by walking, hurry along the sunrise.
... more

(via A&L Daily)

15 décembre 2001

>> And another very fine columnist on the SF Gate website (with huge archives of his columns). Very good writing, always thoughtful and entertaining, every weekday, the Jon Carrol Column.
>> Irreverent, funny, tenderly ironic, sometimes a little mean, it's San Francisco Gate's columnist Mark Morford. Every morning he delivers "The Morning Fix" and two columns a week. Outrageous!
SF Gate Morning Fix - SF Gate columnist Mark Morford's irreverent take on world news, events, the pope, dogs, and liquid cheese products. Five days a week. Deeply skewed, very funny. Legal in 47 states.
>> Buddhadasa, Bhikkhu - Handbook for Mankind
More of the same. Very useful and intelligent.
>> Buddhist Studies: Basic Buddhism Guide
Introduction au Bouddhisme (en anglais). Excellent, simple, clair.
>> The Top Ten Writing Mistakes
and two love letters (amazing)
(via dangerousmeta)

14 décembre 2001

>> Guardian Unlimited Books | By genre | Who is Lemony Snicket?
Lemony Snicket? The Baudelaire siblings creator... Not so mysterious author of "Series of Unfortunate Events", the next J.K. Rowling?
"The Afflicted Author" is how he gets billed on his website, which tells us that his formal training was "chiefly in rhetorical analysis", and that he has spent the last several eras researching the travails of the Baudelaire orphans - a project that takes him to the scenes of numerous crimes, "often during the off season". He "was born before you were, and is likely to die before you as well" - and is, alas, "eternally pursued" and "insatiably inquisitive", "a hermit and a nomad".[more]


>> Guardian Unlimited Books | By genre | Review: True Tales of American Life by Paul Auster
A propos du livre "Je pensais que mon père était Dieu".
What's remarkable about the stories, though, is how thoroughly accomplished they all are, how much they resemble true works of art; they are not mere effusions or anecdotes. They are hardly under-done. Certainly they speak plainly, but also with great artifice. There is much pathos, but there are also many extraordinary flourishes. There is the brisk, the bright, and the cheap, but there are also many odd and original mouldings and features. It's worth remembering that all stories and all storytellers are ingenious, whatever their background and their expertise, and that all emotions are inflections. Even the truest story, we may need reminding at this time of year, is a fabulous concoction. [more...]
>> The New York Times: The Tolkien Archives
Tous les jours plus riche.

12 décembre 2001

>> Bush to withdraw from 1972 nuclear treaty that hampers his missile-defense goals
Bien que le 11/9 ait montré que le projet de bouclier anti-missile était inadapté contre les vrais menaces, et bien que ce projet soit désaprouvé par à peu près tout le monde des deux cotés de l'Atlantique sauf les républicains et le loby militaro industriel, Bush persiste et signe.

11 décembre 2001

>> idea a day
Une idée par jour, libre de droit. Pas bête et amusant. Il y en a déjà 481.
(via Metafilter)

09 décembre 2001

>> The New York Times Magazine - The Year In Ideas
Grand numéro spécial du New York Times Magazine sur les idées qui ont fait 2001, de "cheating is part of the game" jusqu'à "the X files trope is dead".
Presenting 2001 as the latest volume in the encyclopedia of human innovation, ''The Year in Ideas'' offers not a summary of the year's major news stories but a catalog of 80 notions, inventions, conceptual swerves and philosophical leaps that mattered this year and may well continue to matter in years to come.
Of course, not every idea that makes its mark on a culture is necessarily a big one or a good one. (Remember supply-side economics? New Coke?) Certainly, 2001 is no different. It was a year that was marked both by advancements and by backward thinking, by major breakthroughs and by ephemeral obsessions. Our catalog trys to capture this variety. Frivolous ideas are given the same prominence as weighty ones; the diabolical sits side by side with the noble.



>> Une entrée sur JR Files. Il y en aura plus souvent à partir de maintenant, j'ai un peu négligé ce personnal blog mais j'ai l'intention de le rendre plus actif.
>> C'était hier l'anniversaire de la mort de John Lennon, tué en 1980 devant sa résidence du Dakota Building à New York par Mark Chapman. Je me rappelle du moment où j'ai appris sa mort: j'allais au restaurant universitaire avec des copains quand ils m'ont appris ça. Je me souviens d'avoir silencieusement chanté "Imagine" à ce moment là, j'étais très triste, John était un mythe pour moi qui admirait tant les Beatles.
Mon copain Fred Seaman a été secrétaire particulier de John Lennon de 1979 à sa mort. Dans le livre qu'il a écrit sur cette expérience il décrit un monde étrange et décadent, les obsessions de John, il décrit aussi un John Lennon étrange et fascinant, victime de la célébrité.
On trouve le livre de Fred en français chez Amazon.
>> NYT Books-Saul Bellow
Un dossier complet sur Saul Bellow, auteur américain, finalement assez peu connu en France. Prix Nobel de littérature quand même. De lui j'ai lu "The Adventures of Augie March", "Herzog" et "Henderson the Rain King".
Son chef d'œuvre est "Herzog" qui raconte l'histoire d'un type idéaliste, cultivé et qui croit à la raison mais qui voit tout ce qu'il fait partir en quenouille, il croit à la fraternité mais son meilleur ami couche avec sa femme, il a tout raté en tant que père, mari, amoureux, écrivain et professeur. Il vit dans un monde d'illusion et ne supporte pas de voir tout ce qu'il idéalise se révéler faut ou tout au moins relatif, il ressent le malaise d'être juif au milieu du vingtième siècle. Il sombre dans la psychose et la dépression. Afin de remettre un peu d'ordre dans sa vie il écrit des lettres pour se justifier à toute sorte de gens... Non ce n'est pas si triste que ça en a l'air, c'est même plutôt amusant par moment, il y a d'excellents personnages et c'est en tout cas très vrai et très fort.
Le dossier comporte une foule d'articles intéressants de l'auteur et sur l'auteur et ses œuvres venus des archives du Times et remontants pour les plus anciens à 1943!

08 décembre 2001

>> IHT: Peter Blake, Seafarer With a Conscience
>> The End of Free
Ce weblog compile les informations qui indiquent la fin ou du moins le début de la fin de l'ère de l'Internet gratuit. Aujourd'hui, si l'accès au web, via un fournisseur de service, est payant, un grand nombre de choses sont gratuites sur le net, en particulier la lecture de tout ou partie des principaux journaux comme Le Monde ou le New York Times ainsi que de nombreux magasines, sans oublier de nombreux sites de services comme "Blogger" par exemple. Cette gratuité est étonnante, en quelque sorte anormale mais c'est ce qui fait une partie du charme et de l'intérêt du web, pour moi au moins qui suis un "news-junkie". Pour l'instant il ne semble pas que l'accès gratuit à une partie du contenu des journaux sur le web ait fait diminuer les ventes d'exemplaires papier mais la survie des journaux exclusivement "en ligne" est en jeu. Dors et déjà un magasine exclusivement "en ligne" comme "Salon" réserve une partie de ces articles (les meilleurs) à ses abonnés payants, pour "Salon" c'était une question de survie. D'autres journaux envisagent de mettre une grande partie de leur contenu à la disposition de leurs seuls abonnés, c'est ce que j'ai entendu dire pour "Le Monde". D'autres, comme Yahoo!" choisissent de mettre des publicités agressives, des pop-up tape à l'œil voire des écrans de passage imposés. Le fait que le web soit en grande partie gratuit est en effet une sorte d'anomalie, bien agréable cependant.

07 décembre 2001

>> Salon.com Technology | Free drugs from your faucet
L'eau du robinet est elle buvable? Peut-être, mais il est bon de savoir qu'aux Etats Unis, comme le raconte cet article, on a prouvé que l'eau du robinet contenait à doses infimes de nombreuses molécules de médicaments, drogues, antibiotiques, stéroïdes et hormones. De là à se demander si la recrudescence de certaines maladies n'était pas dûe à l'interraction de ces différentes pollutions non filtrées par les systèmes d'épuration.

06 décembre 2001

>> Libération: Des gendarmes à tous les carrefours
4 décembre: fait sans précédent, des gendarmes manifestent en uniforme à Montpellier (300) et à Marseille (350). Alain Richard dénonce des "initiatives locales incompatibles avec le sens du service dont les gendarmes sont fiers".5 décembre: 2.700 gendarmes en uniforme manifestent pour réclamer effectifs, moyens supplémentaires et amélioration de leurs conditions de travail. Le Premier ministre estime qu'"il y a des formes de manifestation qu'il faut à (son) sens éviter". Il indique avoir "demandé au ministre de la Défense" de "reprendre les éléments du dialogue et regarder, y compris au plan indemnitaire, ce qui peut être fait". 6 décembre: le ministère de la Défense annonce une réunion de travail entre Alain Richard et les représentants des gendarmes samedi à Paris. Des rassemblements de gendarmes ont lieu notamment à Clermont-Ferrand (650), Bron (3.000), Cintegabelle (2.000), dont Lionel Jospin est conseiller général.

Pauvre Alain Richard, c'est pas brillant! En France c'est comme ça, les amis, il faut qu'on en vienne à manifester pour qu'on se rende compte que vous avez besoin, grand besoin, de quelque chose. Les gendarmes dans la rue c'est du jamais vu!

05 décembre 2001

>> IHT: New Evidence Is Adding to U.S. Fears of a Qaida 'Dirty Bomb'
Les agences américaines de renseignement sont parvenues à la conclusion qu' Osama ben Laden et El Kaïda auraient obtenu les plans et le matériel pour fabriquer une bombe nucléaire rudimentaire qui utiliserait une source explosive conventionnelle pour répandre des éléments radioactifs dans un large espace.
>> Plotting Along (Washington Post)
Les auteurs de Best Sellers sont riches, mais leur prose a un style, un style qui marche: l'absence de style! Pourquoi et comment?
Flat. Straightforward. Prose drained of all primp, prance and poetry. Sometimes the authors write in long, plodding paragraphs. More often, they use short-spurt grafs.Sometimes in choppy sentence fragments. Other times with no verbs. Or maybe. Single. Words.
These are the new masters of the No-Style style.
Pick up almost any best-selling work of popular fiction today and you'll recognize it at once. You may not know which writer you're reading (a telltale sign of No-Stylism) and you may have even read the same book before and can't remember (another sign), but you'll know the No-Style style when you see it.Not that there's anything wrong with that.
Writers such as Tom Clancy, Ken Follett, Mary Higgins Clark, Stephen Coonts, Robin Cook, Faye Kellerman, V.C. Andrews, Jonathan Kellerman, Dean Koontz and Dale Brown are remarkable for a rhythmless beat, and a straightforward approach to writing that ranks zippy, superinventive plot first, stating the obvious second, concrete details third, and language, artistry, character development and the exploration of universal truths somewhere near the bottom of the list.

04 décembre 2001

>> Shedding writer's block
Un article du Christian Science Monitor de Boston sur les cabanes d'écrivains. Ne pas manquer la galerie de photos. Evidement pour avoir le genre de cachette au calme et retiré du monde montrées sur les photos il vaut mieux être un écrivain à succès, c'est à dire un écrivain riche! Mais bon, Thoreau n'était pas riche!
Call them cabins, huts, sheds, studies, or studios - the tiny structures have since become icons of the writing life and the unique demands the craft places on those who pursue it. They are normally one room, often unheated, undecorated, appointed only by a desk, a chair, and a window for viewing the world. Some provide beyond the basic creature comforts - modern electricity, plush carpeting, and antique furniture from floor to wall.
Common to all sheds, though, is isolation. Even structures standing no more than 10 feet from the writer's house offer the precious gift of a separate space. A space dedicated solely to writing, even a veritable hovel, is, for some writers, more sympathetic and more necessary than a house, an office building, or a classroom.
>> APOD: 2001 December 4 - AE Aurigae: The Flaming Star
Très belle photo de nébuleuse sur Astronomy Picture of the Day.
>> Une petite entrée dans JR Files, aujourd'hui.

03 décembre 2001

>> Bin Laden's Mountain Fortress
Ca c'est de l'infographie où je ne m'y connais pas! Paru dans The Times de Londres, le plan en coupe de la forteresse souterraine de Tora Bora, où, dit-on, Evildoer # 1 est retranché.
>> Terry Tempest Williams
Par hasard, ou plutôt en lisant Weber Studies je suis tombé sur le site de la grande autrice mormone et environnementaliste Terry Tempest Williams, dont j'avais lu le livre "Refuge" à l'American Library in Paris. Livre qui m'avait beaucoup ému. Ce site est très bien fait et permet de découvrir Terry Tempest Williams. Grand choix de liens vers les articles et interviews récents de l'autrice.
Un très beau texte de Terry Tempest Williams: "Why I write"
>> Weber Studies
Une très bonne revue trimestrielle qui met en ligne ses articles depuis 1984. Si vous aimez l'Ouest Américain, les grands espaces sauvages. Dans chaque numéro de Weber Studies il y a des essais personnels, des fictions, des poèmes, des interviews. Il y a même une page qui recueille le meilleur de la revue de ces dernières années. Vous y trouverez par exemple des interviews avec Rick Bass ou Barry Lopez, ou encore Gerald Vizenor, James Welch, des essais de Louis Owens, des poésies de Joy Harjo ou de Nancy Takacs. Très orienté écologie tendance Sierra Club avec une grande attention envers les indiens d'amérique. Un trésor.

02 décembre 2001

>> Ok lads, j'ai encore passé un week-end à la campagne. Et là j'ai pas trop le temps de surfer pour vous et en plus je ne suis équipé là bas que d'un vieux PC (euh, il a cinq ans!).
Quoi qu'il en soit on est déjà rendu au mois de décembre, ça passe vite, vite, vite. Dans les autres nouvelles: j'ai une angine. Tss! Et vite fait j'ai lu "The Amazing Maurice and his Educated Rodent" de Terry Pratchett, et c'est excellent. Désolé c'est pas encore traduit.

30 novembre 2001

>> George Harrison 1943 - 2001
I look at you all see the love there that's sleeping
While my guitar gently weeps
I look at the floor and I see it needs sweeping
Still my guitar gently weeps
I don't know why nobody told you how to unfold your love
I don't know how someone controlled you
They bought and sold you.

I look at you all see the love there that's sleeping
While my guitar gently weeps
Look at you all...
Still my guitar gently weeps.

The Guardian – obituary
The Guardian - We loved you, yeah yeah yeah
Bon article sur MSNBC
The Times
Evening Standard
Le Monde

29 novembre 2001

>> Ouf! Un peu trop occupé ces jours ci pour poster, svp, bear with me, je reviens rapidement!

27 novembre 2001

>> Gadfly Online.The Abbey Road-block THE BEATLES' CROSSWALK, THREE DECADES HENCE By Grant Rosenberg
Retour sur le fameux passage piéton d'Abbey Road, couverture du disque éponyme des Beatles et haut lieu touristique. A propos pourquoi Paul est-il pieds nus et son pas est-il desynchronisé par rapport à celui des trois autres?
On Friday, August 8, 1969, John, Ringo, Paul and George walked across the street for a photo that was to become the cover of their Abbey Road album. As many know, this was the Beatles' last recorded album, though it was released before their swan song, Let it Be. Given the album’s content, it has a sense of closure—to use the parlance of our times. After all, the final song on Abbey Road is "The End." Thus, the album is a fitting end to the band; and its cover, with the four of them exiting stage left, a fitting final image.

(via wood s lot)
>> Douze Lunes a six mois... hier!
>> Yahoo! Actualités - Ben Laden sans doute réfugié à Tora Bora
Citant un Afghan qui a visité Tora Bora il y a six mois, le correspondant du quotidien britannique à Jalalabad précisait que la base dispose notamment de son propre système de ventilation et d'un générateur hydro-électrique. Le réduit souterrain de Tora Bora s'enfonce jusqu'à quelque 350 mètres sous une montagne, ajoutait le journal. La forteresse souterraine "est tellement bien défendue et dissimulée qu'à part une offensive avec des gaz ou une bombe nucléaire tactique, elle est virtuellement à l'abri d'une attaque".
Tora Bora (qui signifie "poussière noire", selon The Independent) est "bourrée de partisans lourdement armés d'Oussama ben Laden, dévoués jusqu'au suicide à sa cause et n'ayant plus rien à perdre", indiquait encore le quotidien. Selon The Independent, Tora Bora se trouve au sud de Jalalabad, après la localité de Bachera Gam. Les grottes et les galeries, nombreuses, sont percées dans un mont appelé Ghree Khil, appartenant à l'ensemble des Montagnes Blanches.

Wow! Ca devient vraiment romanesque, maintenant! Ca me rappelle Bob Morane que je lisais avidement quand j'avais 14 ou 15 ans. Connaissez-vous Bob Morane?

>> Clonage Humain
Libération - Dossier Clonage
Excellent et très complet dossier de Libération sur le clonage humain. Pour mémoire: une entreprise américaine de biotechnologie (ACT) a réussi le premier clonage humain à des fins thérapeutiques (pour extraction de cellules souches). On peut penser que le premier clonage humain "pour de vrai" est proche. Explications, réactions, prospective.
Le Monde: Vers le clonage humain?
Même genre de dossier, très documenté.
The Guardian Unlimited: The ethics of genetics
Dossier très didactique du Guardian (en anglais)


26 novembre 2001

>> Storytellers: Native American Authors Online
Un site à visiter et à savourer, un grand choix de signets et des textes de nombreux poètes, romanciers indiens d'Amérique du nord.
>> Guardian Unlimited Film | News | Star Wars named all-time favourite film
Star Wars a été nommé meilleur film de tous les temps pour les britanniques sondés par Channel 4. Liste des 100 "meilleurs" films.
>> Le Monde: Les Français vivent leur journal télévisé comme une souffrance
En France l'heure du Journal Télévisé est sacrée: les présentateurs sont leurs grands prètres.
Avant tout, regarder un journal télévisé est une épreuve psychologique et physique. Quelle que soit la chaîne, c'est une sorte de vertige "lié à la fois à la quantité et à la diversité, qui est source d'angoisses", explique Denis Muzet. Les téléspectateurs disent se sentir, après le "JT", "comme une Cocotte-Minute prête à exploser" ou "une souris dans la tempête". Ils sont "abattus", ils se sentent prisonniers du flux d'information qui leur arrive, ils "ingurgitent", se disent "gavés". L'image du monde, ainsi faite de violence et de mouvements, leur est pénible.
Ensuite, on découvre que TF1 a le "JT" le plus "maternant", France 2 le plus "dynamique", et France 3 le plus "proche" et qui "simplifie le monde". Même si les informations présentées sont globalement toutes les mêmes.
>> Une entrée sur JR Files, mon autre blog. Un essai de portrait pompé sur Not So Soft et Wherever You Are.

23 novembre 2001

>> In praise of bad habits
Enfin un article réjouissant sur les fantasmes hygiénistes de notre temps, et les vrais problèmes de santé publique.
In the Western world we live in an age that is, by all objective criteria, the safest that our species has ever experienced in its evolution and its history. We are healthier than any of our predecessors have been. We live on average considerably longer than even our immediate progenitors. Today, the infant death rate is less than 6 per 1000 live births. Just 100 years ago the figure was 150. Even in the late 1950s four times as many children died in their first year of life than they do today.
Our diet, contrary to all the 'anti-junk food propaganda', is not only the most nutritious but also the most free from potentially dangerous contaminants and bacteria that we have ever consumed. Despite the class divisions which remain within our society, and which reflect themselves in the health gap between the rich and the poor, we have, as Harold Macmillan once famously said, 'never had it so good' when it comes to a lack of objective risks to our lives and to our wellbeing.
At the same time we have, ironically, come to fear the world around us as never before. In the absence of real risks, we invent new and often quite fanciful ones. The better off in our society, who have the least to really worry about, are most prone to this novel neurosis of our age - fearing instant death from the contents of their dinner plates, unless chosen with obsessive care, and 'unacceptable' physical decline from failure to follow every faddist trend recommended by their personal fitness trainers. We fear that our children are constantly in danger from strangers - despite the fact that the vast majority of child abuse occurs within the family - and feel compelled to ensure their safe arrival at school by transporting them in people carriers - while at the same time decrying the depletion of fossil fuels and 'unacceptable' levels of environmental pollution - and we wonder why our children are getting fat.
In this constant state of irrational fretfulness we start to lose our faith in anything that looks like science - preferring to put our faith in the 'Emperor's new clothes' of homeopathic and other forms of complementary medicine, while withdrawing children from rational and safe vaccination programmes aimed at preventing an epidemic of measles following irresponsible scare-mongering in our newspapers.
Our flight from rationality is evidenced in other panics which currently preoccupy us. The development of biotechnology, for example, which holds real promise for the eradication of famine in much less fortunate parts of our planet, is resisted by the fit and well-fed for fear that we will release Frankenstein's monster - despite the fact that Americans have been eating this stuff for over a decade without a single ill-effect.
As the extremists among them plan their activist campaigns using mobile phones, they see no irony in trying to convince us all that the aerials and masts which facilitate such coordinated action will fry our brains - and particularly our children's brains - again despite the absence of any real evidence for such beliefs. They are the same kinds of people who once argued that steam trains would asphyxiate all their passengers if they travelled at more than 30 miles per hour, and that dangerous electricity could leak from uncovered light fittings. The trouble is that now they are believed.

L'article entier est passionant, lisez le.
(via Follow Me Here)
>> The Economist - Eight down, many more to go
Based on the three “successful” operations—and on other attacks which al-Qaeda has planned but has not managed to execute—analysts have built up a picture of the network’s preferred mode of operation. Support teams are spirited out of the country before or immediately after the operation, while participants in the suicide mission are told not to go anywhere near the scene of their intended crime until a short time beforehand. While Mr bin Laden and his comrades might well take a close interest in the operation, they would be careful not to put any instructions in writing or to use any other easily-intercepted form of communication.





>> Le Monde: La délinquance est en hausse de 4,8 %
La délinquance a augmenté de 4,8 % en Ile-de-France en l'an 2000, notamment les vols avec violence (+ 19 %) et les vols à main armée (+ 27 %), a annoncé, jeudi 22 novembre, le préfet de Paris, Jean-Paul Proust, devant l'assemblée plénière du conseil régional d'Ile-de-France

Ce problème de délinquance est ce qui va handicaper le plus Jospin et les socialistes aux prochaines élections. Près de mon quartier il y a deux pôles majeurs de délinquance: la zone de Château Rouge et le quadrilatère de la drogue entre les voies de la Gare du Nord et celles de la Gare de l'Est. Tout le monde sait parfaitement que ces quartiers sont pourris, abandonnés par les autorités, mais on les tolère pour je ne sais quelle raison. Les policiers — que je soutiens à fond dans leur mouvement actuel — sont en sous effectif, accablés par les paperasses et ils font un travail dangereux dans de mauvaises conditions. Le maire de Paris n'a pas de pouvoirs de police, c'est la préfecture de police qui l'à et qui décide où et comment affecter des policiers et à quelles missions, la préfecture de police c'est le gouvernement, direct. La responsabilité du gouvernement est donc complète dans ce qui arrive. Les associations d'habitants du quartier se battent pour faire changer les choses mais sans résultats. A Château Rouge et la Goutte d'Or les dealers, les receleurs ont quasiment pignon sur rue, les alentours du marché Dejean sont appelés "le marché aux voleurs". Avec la faune que ça attire certaines rues non loin de chez moi et même dans mon quartier sont devenues dangereuses même en plein jour. Et les bandes de jeunes règnent en maître dans certaines rues: drogue, intimidation, racket, incivilités telles que salissement de la chaussée, ou tapage nocturne. Chez les vendeurs de pizza à domicile on ne livre plus certaines rues. De temps en temps ça déborde dans les quartiers environnants, ma concierge a vu sa loge attaquée par une trentaine de jeunes, pour la punir d'avoir appelé la police pour se plaindre du fait que les jeunes squattaient les jardins de la résidence (privés).

22 novembre 2001

>> Fatigué, un peu barbouillé. C'est mon état du moment. Et une grosse crise d'envie de lire, dont acte. Pas de post aujourd'hui donc, peut être demain. Profitez en pour visiter les très bons weblogs et sites listés sur la gauche.
Et, happy thanksgiving, boys & girls!

21 novembre 2001

>> The Guardian | Obituary: Tommy Flanagan
Le grand pianiste de jazz Tommy Flanagan est mort à New York City, il avait 71 ans. Né à Detroit (Michigan) en 1930, il savait jouer de plusieurs instruments dont la clarinette, le saxophone, la contrebasse et le vibraphone, mais c'est au piano que Tommy Flanagan se fera remarquer dès 1945 aux côtés de Dexter Gordon. Il se rendra célèbre comme accompagnateur d'Ella Fitzgerald à partir de 1963, directeur musical de Tony Bennet et accompagnateur de Coleman Hawkins, John Coltrane, Miles Davis, Thad Jones, Milt Jackson, Kenny Dorham et Sonny Rollins. Il entamera plus tard une carrière solo prestigieuse. C'était un puriste de la mélodie, subtil, raffiné, un artiste incomparable dans le registre de la ballade et un grand accompagnateur.
J'ai eu le plaisir de l'écouter live à New York le 7 septembre 1997, lors d'une soirée à Saint Peter's Church sous le Citycorps Building. C'était une soirée en hommage à Melba Liston où il se produisit en compagnie de Bross Townsend, Frank Owens, Al Grey, Junior Mance, Jimmy Heath, Clark Terry, Billy Harper, Barry Harris et le grand Randy Weston.

20 novembre 2001

>> J'ai entendu l'autre jour à l'émission "Arrêt sur Image" dire qu'il n'y avait pas d'Afghans. Je pense que la personne qui a dit ça — le grand reporter Patricia Allémonière, je crois — voulait dire que l'Afghanistan était une mosaïque d'ethnies, un peu comme la Yougoslavie, mais qu'il n'y avait pas d'ethnie afghane. Mon "Quid" consulté m'apprends que l'état afghan fut unifié par Ahmad Shah en 1797 (à l'époque c'était un empire qui englobait une grande partie de l'Iran, le Pakistan, le Pendjab et le Cachemire). Il est exact qu'il n'y a pas d'ethnie afghane en tant que telle mais plusieurs tribus qui cohabitent (plus ou moins bien apparemment). La majorité des habitants est Pachtoune (40%, 5 à 6 millions) dont sont issus les talibans, ensuite viennent les Tadjiks (25%, 3 à 4 millions), puis les Hazaras, les Ouzbeks, les Turkmènes, les Nouristanis, les Baloutches, et enfin les Kirghizes. On y parle surtout le pachto et le dari (langue persane, de même origine que l'iranien) mais il existe 30 autres langues et dialectes! La religion est musulmane en majorité (on s'en serait douté) mais les sunnites compose 84% de la population musulmane et les chiites 15% (les Hazaras et les Tadjiks); on sait moins que 20% de la population est hindouiste (d'après le Quid).

Je lis dans le "Times Litterary Supplement" de cette semaine (pas en ligne) que les pachtounes obéissent à la Pachtounwali, la loi coutumière pachtoune. Je rappelle que la plupart des talibans sont pachtounes. Les talibans ont, donc, accordé l'hospitalité (malmastiya) à Oussama ben Laden. Ce faisant, la loi coutumière stipule qu'ils acceptent la responsabilité du comportement de leur "invité". Il est normal, selon cette loi, que ceux qui cherchent à se venger (badal) de ben Laden s'attaquent à ceux qui l'hébergent. La Pachtounwali, toutefois, considère plus approprié de s'attaquer seulement aux proches de l'invité et non à ses hôtes! Il est impossible, selon la Pachtounwali, de livrer son invité, même embarrassant, à ses ennemis. Ca ne se fait pas, l'honneur (nang) l'interdit, tout comme ce même honneur oblige les attaqués (en l'occurrence les Américains) à venger leurs citoyens et à restaurer leur prestige terni. Le secrétaire du mollah Omar aurait dit: (je traduis de l'anglais pas du pachtou!) "Si vous regardez le passé je ne pense pas qu'il soit étrange que l'Amérique nous attaque. Malheureusement c'est notre sort d'être attaqué par tout le monde".
>> Le Monde: Prison avec sursis pour les perturbateurs du match de football France-Algérie
Sept mois de prison avec sursis, 10 000 francs d'amende et deux ans d'interdiction de stade, c'est ce qu'a récolté la personne qui avait la première envahi le Stade de France, drapeau algérien en main, lors du match fiasco France Algérie. Wow! On rigole pas avec le foot!!

18 novembre 2001

>> Jan Garbarek: "Rites" (ECM 1685/86)
Le paysage musical de Jan Garbarek est la steppe, la toundra, le désert. C'est ce qu'évoque sa musique avec une régularité qui ne s'est jamais démentie. Ce disque hommage à un musicien géorgien est manifestement inspirée par ces paysages austères. Car la musique du saxophoniste norvégien Jan Garbarek est sévère et lyrique à la fois, un peu froide en apparence, mais qui vibre d'une émotion par moment mystique par moment étrangement furieuse. Son jeu de saxophone est très caractéristique, ses grandes envolées lyriques sur nappes de synthés, d'harpe éolienne (Dis) ou autres instruments planants, ses lignes de basse profondes, hypnotiques, sont bien connues et appréciées de tous les amateurs de sa musique.

Les seize titres de cet album sont lumineux, profonds et sereins en même temps que d'une parfaite harmonie. On y surprend un regard de temps à autre amusé, des rythmes étranges et des expériences attirantes et aussi parfois un sourire, ou l'éclosion du printemps sur la steppe ou la prairie comme vous voulez. C'est aussi par moment une musique paysage inspirée par les chants folkloriques, le jazz, les mélodies populaires. Enregistrement et production parfaite, musiciens impeccables, grande inspiration, tout y est. Le deuxième disque est cependant un peu plus faible à mon goût. Il en reste quelques perles impérissables comme ce "Where the rivers meet", ou "It's OK to listen to the gray voice" (Garbarek a aussi un talent certain pour les titres et ce, sur tous ses albums!), ou la partie de basse magnifique de Eberhard Weber (excellent sur tout le CD) sur "One Ying for every Yang", ou encore les voix célestes soutenues par le chant d'une extrême délicatesse du saxo sur "We are the stars".

Un disque émouvant, tour à tour serein, joueur, drôle, grave, une musique "atmosphérique" d'une constante beauté, sans facilité.
>> Guardian Unlimited Books | By genre | Pills and thrills
Les victoriens ont été de grands précurseurs dans de nombreux domaines technologiques. Ce fut une des époques les plus riches de l'histoire de la civilisation occidentale. Ces trois livres dont vous trouverez le compte-rendu dans le Guardian semblent assez le montrer . J'ai une grande admiration et passion pour l'époque victorienne. J'ai visité au mois de juin avec intérêt la grande exposition sur l'époque victorienne au Victoria & Albert Museum à Londres, c'était vraiment passionnant et bien fait.
>> Le Monde : La polémique s'amplifie aux Etats-Unis sur les mesures antiterroristes
Si sur le plan extérieur la stratégie développée par le gouvernement américain dans sa lutte contre le terrorisme est juste et jusqu'à maintenant couronnée de succès, sur le plan intérieur il se passe un certain nombre de choses extrêmement dangereuses pour les libertés civiles aux Etats Unis. Il semble que les éléments les plus droitiers du parti républicain, en particulier le ministre de la justice John Ashcroft (un homme qui a été battu aux élections de sénateur de l'état du Missouri par un mort!) (portrait à charge sur le site de la BBC) profitent de la situation pour faire passer des lois et promulguer des décrets attentatoires aux libertés civiles et au "Bill of Rights" (les amendements 1 à 10 de la constitution des Etats Unis, formant une véritable déclaration des droits du citoyen). C'est ainsi qu'une loi cadre très restrictive a été votée par le congrès récemment mais que M. Ashcroft en a rajouté en durcissant par voie de décret certaines dispositions de cette loi. De nombreux journaux ainsi que les associations de défense du "Bill of Rights" comme la très puissante ACLU (American Civil Liberties Union) poussent de hauts cris contre ces mesures. Et ce n'est pas que les organismes de gauche: le très libéral "Cato Institute", "think tank" de droite qui soutient normalement les républicains s'est offusqué de ces mesures discutables. Parmi ces mesures il y a bien sûr la décision d'imposer des tribunaux militaires d'exception pour juger les non-citoyens américains impliqués dans des affaires de terrorisme, tribunaux qui ne bénéficieraient pas des droits de la défense et des règles de production de preuve prévues dans le "Bill of Rights"; la possibilité pour la police ou le FBI d'écouter les conversations entre les accusés et leurs avocats en cas d'accusation (d'accusation seulement) de terrorisme; la détention illimitée des gens soupçonnés (soupçonnés seulement) de terrorisme, ce qui dans un pays où la garde à vue n'existe pas est une nouveauté! Si on peut comprendre qu'une société ouverte prenne quelques mesures d'urgence provisoires pour se prémunir d'attaques meurtrières fomentés par des gens qui profitent de l'ouverture même de la société, profiter de la situation pour décréter des mesures gravement attentatoires à la constitution et aux droits banaux de la défense dans un procès démocratique est d'une exceptionnelle gravité. Mais la polémique très remarquable qui fait rage en ce moment aux USA n'en a pas fini avec ces mesures et ne doutons pas du pouvoir des média et de l'ACLU, mais n'oublions pas que le McCarthysme y a sévi pendant plusieurs années aussi. A suivre…

17 novembre 2001

>> Le site d'Amazon US et — dans une moindre mesure — celui d'Amazon UK sont des endroits extraordinaires (Amazon France est plus récent donc plus succinct mais j'ai bon espoir que ça change rapidement, je vais d'ailleurs y poster mes compte-rendus bientôt!). Non seulement vous pouvez y trouver les livres, disques, et films (vidéo et DVD) qui vous plaisent et par là c'est une mine de renseignements bibliographiques en quelque sorte, mais en plus vous pouvez, sur le site d'Amazon US, feuilleter l'intérieur de nombreux livres, lire le quatrième de couverture ainsi qu'un résumé et les critiques de nombreuses revues spécialisés, mais aussi lire les compte-rendus faits par les lecteurs. Vous pouvez choisir un lecteur et lire ses compte-rendus, voire les listes qu'on fait certains lecteurs (des centaines à vrai dire) et donc avoir des envies de lecture et des indications sur tel ou tel bouquin. Un endroit sur lequel je passe un temps indécent, un endroit précieux aussi et aucun site de vente de livre en France (à part un peu alapage) n'y arrive à la cheville. Et ils vendent des bouquins, CD, DVD etc… en plus! ;-) Les délais de livraisons, même sur Amazon US restent décents. Vive Amazon et longue vie!

16 novembre 2001

>> Le Monde : A New York, maintenant plus que jamais
Comment New-York City se remet de ses plaies, doucement. Petit à petit les New-Yorkais font de la résistance et reprennent goût à la vie. Un très très bon article du Monde sur cette grande ville cosmopolite.
"Nous sommes ouverts." Ouverte, mais déserte, la bijouterie de Terry et Isaac, Park Place Jewelers, est normalement "pleine à craquer" en cette période de l'année, à l'approche des fêtes. Mais ce couple de juifs venus d'Iran il y a vingt-cinq ans n'envisage pas une seconde non plus d'aller s'installer ailleurs . "J'ai deux fils, dit Terry. Ils vont être soldats un jour. Et je vais leur montrer que j'ai peur, en fuyant ? Et d'ailleurs, fuir où ? Les gens sont forts, ici."
LORSQUE la rumeur a annoncé une nouvelle catastrophe pour le 31 octobre, Terry et Isaac ont mis un point d'honneur à rester ouverts plus tard que d'habitude, même sans clients, par défi. Il ne faut pas pousser beaucoup Terry, pourtant, pour lui faire reconnaître que l'atmosphère, autour de "Ground Zero", est profondément déprimante. "Tous les matins, il y a ce grand type noir qui vient se planter au coin, là, face aux ruines, et il pleure. Tous les matins. Sa femme travaillait chez Cantor Fitzgerald [société dont les 677 employés présents ce jour-là dans la tour n° 1, aux 101e, 103e, 104e et 105e étages, sont morts ou portés disparus]. Je crois qu'il est devenu fou." Elle-même ne peut s'empêcher de penser aux clients qu'elle voyait régulièrement et qui n'ont pas réapparu. Sont-ils morts, disparus... ou bien encore vivants ? "Souvent, je m'installe dehors, devant la porte, je regarde passer les gens et j'essaie de reconnaître des visages", dit-elle.

>> Jospin fait un pas de plus vers la candidature
On en doutait! Pour qui vais-je voter? Je me pose déjà la question. Je ne suis pas d'accord avec un grand nombre de choses de ce gouvernement: la politique Corse, le laxisme invraisemblable vis à vis de la sécurité publique, la gestion de la justice, l'Euro, (encore que pour ça on ne puisse plus rien, hélas), la politique des transports qui favorise les transports routiers, les verts et les communistes au gouvernement. Mais je suis d'accord avec les 35 heures par exemple et en général avec la politique sociale. Certains à gauche me sont sympathiques: Bernard Kouchner, Elisabeth Guigou, Dominique Strauss-Kahn. La droite n'a pas de programme et pas de projet, elle n'a pas de personnalités intéressantes. Elle n'a que Chirac. Ca pourrait me suffire, j'ai une certaine sympathie pour Jacques Chirac, mais c'est insuffisant. Pour qui voter? Chevènement? non. Mamère? aargh!. Laguilliers? pfff! Bayrou? mouais, par défaut peut-être. Madelin? trop à droite. Hue? voir Laguillier!
>> Spiderman et le 11 Septembre
Amazing Spiderman # 36 sera consacré au désastre. On peut admirer quelques pages de cette livraison sur le web. Marvel Comics pense que Spiderman est le mieux placé pour parler du 11 Septembre, après tout n'est-il pas lui-même New-Yorkais?
… Beyond words, beyond comprehension, beyond forgiveness!
via Linkmachinego

15 novembre 2001

>> ABCNEWS.com : Inside Afghanistan with Sebastian Junger
ABCNEWS.com: What is the condition of the city?

Junger: It's fine. There's life in the city. The American bombing didn't do any damage to the city as a whole. The Taliban military headquarters is crushed flat. In one or two other places I saw bomb impacts. But keep in mind this is a city that was absolutely destroyed during the civil war, so there's plenty of wreckage around, but it's old. The U.S. bombing had minimal impact on the city as a whole. The people were shouting "America, America" when we came in, so clearly they weren't holding a grudge for bombs that went astray

>> Georgetown University Protocol and Events | President Clinton Transcript
This battle fundamentally is about what you think of the nature of truth, the value of life, and the content of community. You're at a university which basically believes that no one ever has the whole truth, ever, because you're human. It's part of being a human being. It's part of the limitation imposed on us by God. We are incapable of ever having the whole truth. They believe they got it. Because we don't believe you can have the whole truth, we think everybody counts and life is a journey. Hopefully we get wiser as we make this journey, and we learn from each other, and we think everybody ought to be entitled to make the journey. They believe that because they have the truth you either share their truths or you don't. If you're not a Muslim, you're an infidel. If you are and you don't agree with them, you're a heretic, and you're a legitimate target. Even a six-year old girl who went to work with her mother at the World Trade Center on September 11th. We believe that a community is you. Doesn't matter where you come from, doesn't matter what your religious faith is, you just got to accept certain rules of the game: everybody counts, everybody has a role to play, we all do better when we help each other, and we ought to argue like crazy because nobody's got the truth and we're trying to get closer. They believe communities of people are those who look alike, act alike, dress alike, and just to make sure they enforce the rules. That's why you see all those sanctimonious guys beating those women with sticks in the Taliban in the movies on television. They paint the women's windows black, so God forbid, they won't be able to see outside and might be polluted, and in some cases even shoot people when they go outside where they shouldn't go.

This is not a perfect society, but it is one that is stumbling in the right direction. When you strip everything I said today down to one sentence, it basically comes down to this. Ever since civilizations began, people have fought with their own inner demons over whether what we have in common is the most important thing about life, or whether our differences are the most important thing about life. That's what all this comes down to. I'm glad America is a lot more different than it was when I was your age. This is a much, much more interesting country. But what gives us the freedom to celebrate our differences is the certainty of our common humanity. Otherwise we'd have to fight each other over our differences. But this is very hard to do. Remember this is a country that was born in slavery. In my lifetime Martin Luther King was killed just before, a couple of months before I graduated from Georgetown, trying to preach this message. Bobby Kennedy killed two days before our college graduation, trying to preach this message. The greatest spirit of the age, Gandhi, killed not by a mad Muslim but by a Hindu who thought he was a traitor because he thought India could be a home for the Muslims and the Sikhs and the Jains and everybody. Sadat killed not by an Israeli commando, but by the predecessor of the number two guy in Al Quaeda twenty years ago, angry at him, not a good Egyptian because he was not a faithful Muslim believing as he did in secular government and peace with Israel. And my great friend, Yitzhak Rabin killed not by a Palestinian terrorist but by an Israeli who thought he was not a good Jew or a patriotic Israeli because he wanted peace and a homeland for the Palestinians as the surest means of security for the Israelis.

Bill Clinton
>> Une nouvelle de Michael CHABON sur le site de The New Yorker
Michael CHABON est un jeune auteur américain surdoué. Né en 1963 à Washington D.C. il est l’auteur de deux recueil de nouvelles, de “The Mysteries of Pittsburgh” (1988), sa thèse de fin d’étude de “creative writing” et excellent roman, et de “Wonder Boys” (1995) (Des garçons épatants) et de l’extraordinaire roman, prix Pulitzer 2001: “The Amazing Adventures of Kavalier & Clay”. Ses nouvelles apparaissent souvent dans les magazines américains comme le New Yorker ou Esquire, Playboy, Harper’s. Il vit à Berkeley (Californie) avec sa femme Ayelet et ses enfants.
Voir son site remarquable et cet interview, ainsi que cet article dans le New York Times.

14 novembre 2001

>> Le Monde : Succès américains
Il est certain que c'est un succès, aussi, pour les États Unis, cette déferlante des troupes de l'Alliance du nord, surtout après ces derniers jours où tout le monde commençait à douter de la stratégie américaine mais il y encore pas mal de pain sur la planche:
1) Attraper ou éliminer Ben Laden, c'était et c'est toujours l'objectif numéro un, pour ça il vaudrait mieux qu'il soit encore en Afghanistan et qu'il y reste.
2) Stabiliser l'Afghanistan, comme le dit Maureen Dowd du New York Times
We understand that this is a rough place with an ancient cat's cradle of tribal grudges. As Donald Rumsfeld said yesterday, when he argued that the Taliban should not be granted "moral equivalence": "That piece of real estate has changed hands dozens and dozens of times throughout history, and the carnage has just been unbelievable." The novel "Flashman" lists the pastimes of 19th-century Afghan warlords as "blood feuds, bribery and murder-for-fun."

3) Démanteler ce qui reste des réseaux Al Kaïda, en Afghanistan et ailleurs.
4) S'assurer d'une défaite générale des talibans dans les zones qu'ils contrôlent encore, c'est à dire les montagnes du sud de l'Afghanistan.
5) Résoudre le problème entre palestiniens et Israël au mieux des intérêts de chacun bien compris.
>> The Nando Times: President Bush, Nelson Mandela meet at White House
Wow! Même si Nelson Mandela, héros de l'anti-apartheid, prix Nobel de la paix s'y met! Où va-t-on, boys & girls, où va-t-on?
Former South African President Nelson Mandela appeared Monday in the White House Rose Garden with an unconditional message of support for America's war on terrorist targets in Afghanistan.
Mandela said Bush is "quite correct" to have ordered a military campaign against Osama bin Laden, his al-Qaida terrorist network and its allies in Afghanistan's ruling Taliban.
While some in the international community have suggested they might not support a drawn-out U.S. war, Mandela told reporters he came to see Bush to deliver this message: "I support him to continue until those terrorists have been tracked down."

13 novembre 2001

>> Chute de Kaboul: gardons-nous de pavoiser. Les talibans se replient, ils ne sont pas battus, Mao préconisait "quand l'ennemi avance je me replie, quand l'ennemi recule j'avance". Les forces de l'Alliance du nord sont des soudards et peuvent assez se livrer au massacre de pachtoun à grande échelle et de plus sont extrêmement divisés et incapables de gouverner. Et last but not least on ne tient pas encore, pas du tout, ben Laden. Même si ses capacités de nuire ont été forcément très diminuées et si maintenant qu'ils ont les mains libres les américains vont pouvoir le rechercher activement en Afghanistan, il peut aller ailleurs, en zone tribale au Pakistan par exemple, voire plus loin.
>> BBC News | SOUTH ASIA | Eyewitness: The liberation of Kabul Par John Simpson l'un des meilleurs reporter au monde, pour la BBC.

As we walked into Kabul city we found no problems around us, only people that were friendly and, I am afraid, chanting "kill the Taleban" - although as we understand it there are not going to be that many Taleban around.
It felt extraordinarily exhilarating - to be liberating a city which had suffered so much under a cruel and stifling regime.
It was 0753 local time (0323 GMT) and Kabul was a free city, after five years of perhaps the most extreme religious system anywhere on earth.


12 novembre 2001

>> Pourquoi pendant les mois d'Octobre et Novembre beaucoup de gens en Grande Bretagne portent un coquelicot à la boutonnière (au moins les officiels)?
Pour commémorer les morts de la guerre de 14-18. Le 11 Novembre est "Remembrance Day" (le jour du souvenir) en Grande Bretagne. Il y a une très simple et émouvante cérémonie au Cénotaphe sur Whitehall à Londres, que l'on peut suivre chaque année sur BBC Prime en France (c'est autre chose que la cérémonie à l'arc de triomphe avec bain de foule du président et du premier ministre!). Le coquelicot fait allusion au poème très célèbre de John Mc Rae, écrit juste à la fin de la guerre:
In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row,
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.

>> LRB | Jenny Turner: Reasons for Liking Tolkien
Un article de fond long et complexe sur Tolkien, sa vie, son œuvre, la philologie. Brillant, savant et critique. Très intéressant.
The Lord of the Rings looks like one of the great intellectual undertakings. It has the apparatus of the great intellectual undertakings. In some ways, it has the complexity, the thoroughness, the passion, of the great intellectual undertakings. And yet it also has an occult presence: it is not just anti-intellectual, but a sort of anti-book. It's a curiosity, a work of paraliterature, the Franklin Mint collectible of English writing. Look at it as it sits there, massive, hollow and a little sinister, like one of those hand-tooled leatherette book-a-likes you can hide your videos in.

But it was also the life's work, laboured over for decades, of a respectable Oxford don. Was he doing it for the money? He didn't think there would be any money in it. Was he doing it out of malice? No. Obviously, he did it because he felt he had to. Why?


For Tolkien, the appendices did not come second. For Tolkien, the appendices came first. He devised the languages, then legends and lays to give them body. The foundations of Middle Earth, Tolkien's imaginary universe, were laid by 1920, long before The Hobbit was a flicker. The elves came before the hobbits. Quenya and Sindarin, the two branches of the Elvish language, came before the elves.

Languages; clubs; religion: these are the great themes of Tolkien's life.


(via wood's lot)
>> De nouveau les archives sont H.S., j'essaierai de les republier demain!
>> Ce midi je me promenais à la FNAC St Lazare quand mon attention a été attirée par une affiche appelant aux dons pour une association nommée "Clowns Sans Frontières". Non, non, il n'y a là aucune ironie envers une O.N.G. bien connue et respectable, ni aucune attaque contre l'ONU! Il s'agit d'une véritable association qui a un site web et dont le but est d'
Apporter le rire, l'espoir et un support humanitaire aux enfants les plus démunis, victimes des conflits, de l'exclusion, de la haine, des catastrophes: Les enfants de la guerre, les enfants soldats, les enfants de la tristesse et de l'oubli.
On vit une époque formidable!
>> Yahoo! - Crash aérien dans le Queens
Dur pour New York City, dur pour l'aviation civile après les détournements et les crashs du 11 Septembre, le crash de la SAS à Milan, celui de l'avion russe abattu par un missile ukrainien perdu, l'incroyable faillite de la Swissair, de la Sabena et de Canada 3000. Très dur pour American Airlines la première compagnie aérienne mondiale (trois avions perdus en deux mois).
Je suis un amateur passionné d'avions civils, avec un penchant pour le Boeing 747 (d'évidence le plus bel avion jamais construit, le plus élégant, le plus formidable à voir décoller!) et le DC10 ou MD11.

11 novembre 2001

>> Bin Laden: Yes, I did it
Le Daily Telegraph annonce que dans une cassette vidéo faite à l'intention de ses partisans Ben Laden reconnaît que lui-même et son organisation sont à l'origine des attentats du 11 Septembre.

Un article dans Slate (Afghanistan Hijacked By William Saletan) présente un point de vue tout à fait pertinent (selon moi) sur le dilemme moral observé un peu partout face à la campagne d'Afghanistan.

(via Nick Denton)
>> 111101: encore une date binaire!

10 novembre 2001

>> The Guardian | Imagine this... Imaginez que le jour de l'ouverture du ramadan le 6 Décembre, à la place du prêtre de la mosquée de La Mecque apparaisse... Osama! Celui-ci prend le pouvoir en Arabie Saoudite, le chaos s'ensuit. Un scénario catastrophe de James Buchan, romancier et ancien journaliste au moyen-orient.
>> Libération - DaiSy Kutter Par PIERRE MARCELLE Amusant éditorial de Pierre Marcelle dans Libération. Dans l'affaire (ou la non affaire) de la MNEF, la justice française s'est sérieusement emmêlée les pinceaux et heureusement s'est rattrapée par la relaxe de DSK. Il reste que la carrière et la réputation d'un homme de valeur a été gravement atteinte et qu'aucune sanction ni dédommagement n'est possible. Ceux qui ont enterré DSK, à l'époque, doivent se sentir assez mal et c'est bien fait pour eux!
>> SF Gate: Live Views: Live cameras with shots of the San Francisco Bay Area: Transamerica Building Cam Vous aimez San Francisco? Ces webcams sont là pour vous montrer en permanence quel est le temps sur la Porte d'Or et autres lieux. Superbes vues, ce qui est rare pour des webcams. Hmmm! En ce moment plutôt brumeux!
>> Afghan Rebels Capture Major Taliban City La chute de Mazar-i-Sharif a été beaucoup plus facile que ce qu'on attendait dit le New York Times, grâce probablement aux bombardements américains sur les forces talibans, et aux "conseillers" américains sur place. Il est probable aussi que de nombreux talibans soient passés dans les rangs des rebelles de l'alliance du nord. D'après le Washington Post (Afghan Rebels Lay Claim to Key City) les seigneurs de la guerre locaux ont une grande habitude de changer de camps selon ce qui leur convient le mieux. Le général Abdurrashim Dostum, vainqueur hier et dont on peut lire un portrait dans le New York Times (Rebel General Has Made a Career of Picking Fights (and Sides)) en particulier! Il a déjà changé de camp une fois et à combattu contre l'alliance.

Notre nouveau grand ami, le général Musharraf, en voyage à Washington, demande quelques actes de reconnaissance pour son aide aux Etats Unis (NYT: Pakistani Leader Seeks 'Gestures' for Backing U.S.). Des avions F 16 achetés aux USA mais jamais livrés pour sanctionner la fabrication de la bombe nucléaire par le Pakistan!

D'après le Los Angeles Times citant le FBI, l'attaque au bacille du charbon est l'œuvre d'un individu solitaire, qui n'aurait pas de lien avec Al Kaïda (Loner Likely Sent Anthrax, FBI Says). Selon le FBI un individu ayant un bagage technique scientifique moyen et 2500 $ d'équipement aurait très bien pu fabriquer et diffuser le bacille du charbon. S'il faut aussi peu de moyens on se demande pourquoi Ben Laden ne l'a pas encore utilisé!
>> Yahoo! Actualités - Jean-Marie Messier reçoit le prix de la "carpette anglaise"
"La carpette anglaise est un prix d'indignité civique décerné annuellement à un membre des 'élites françaises' qui s'est particulièrement distingué par son acharnement à promouvoir la domination de l'anglo-américain en France au détriment de la langue française", explique l'Académie de la carpette anglaise dans un communiqué.

Hum! Une des tendances de l'antiaméricanisme français de droite est d'être avant tout un "antianglosaxonisme". C'est dans ce camp que se range cette fameuse "académie" aux relents de xénophobie. Le terme même de "carpette" est assez nauséabond en ce qu'il suggère de soumission à un ordre international cosmopolite en guerre contre la pureté de notre langue.
J'aime la langue anglaise et la langue française. je suis un peu moins à l'aise en anglais mais je connais bien cette langue. J'admire l'anglais pour sa malléabilité et sa concision: une phrase telle que "The Horse Whisperer", par exemple, ne peut se traduire que lourdement en français en "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux"! De son coté le français à une élégance et une précision magnifique quand il est bien employé. Ceci dit cette hystérie de défense de la langue française m'inspire deux réflexions:

a) la langue française n'est pas inscrite dans le marbre une fois pour toute, elle évolue, change, parfois pour le pire parfois pour le meilleur. Des mots sont empruntés à d'autres langues et amalgamées à la langue française finissent par ne plus se distinguer du reste: "boulingrin", "bistrot", "tomate". La langue n'y perd rien elle y gagne, bien au contraire.

b) je ne me sens pas menacé dans mon identité ni dans ma culture par la "culture monde" des Etats Unis ou plus largement du monde anglo-saxon en ce qu'il se confond avec la puissance économique dominante et la mondialisation des échanges économiques. Ce que je trouve important dans ma culture: l'héritage et les idées des Lumières, n'est pas menacé par la langue anglaise qui devient de plus en plus la langue internationale des échanges comme pouvait l'être à une époque le latin (ô combien révéré!).

08 novembre 2001

>> Télérama - L'humanité en danger. A lire absolument, une interview de Jean Claude Guillebaud à propos de son livre: Le principe d'humanité. L'auteur y dénonce le scientisme et ce qui, dans les technosciences, tendrait à transformer l'Homme en chose. Il en profite pour rappeler les valeurs des Lumières, et il est nécessaire en ces temps de barbarie et d'obscurantisme de les rappeler:
Dans La Refondation du monde, mon précédent livre, je m'étais amusé à en recenser six [valeurs] sur lesquelles il me semble qu'on ne peut transiger.

La première, je viens de l'évoquer, c'est l'idée que nous sommes dans le temps droit et non pas dans le temps circulaire, que le temps va quelque part, c'est-à-dire, pour faire court, que nous croyons au progrès.

La deuxième, c'est l'égalité. Nous croyons que les hommes sont égaux entre eux, en dignité, en droits et en devoirs. Ce concept nous vient de saint Paul, c'est l'héritage du monothéisme qui nous a fait penser l'égalité des hommes en référence à un Dieu unique.

Je citerai ensuite l'individu. Face à un Ben Laden, face aux pensées qui font prévaloir la communauté sur la personne, nous avons installé l'individu au centre de notre système de valeurs. A condition bien sûr de comprendre que l'individu n'est homme que par les autres et de ne pas sombrer dans l'ivresse individualiste...

Quatrième valeur : l'universel. Nous croyons qu'il y a des valeurs qui concernent tous les hommes de la planète quelles que soient leurs différences culturelles. La conséquence, c'est qu'on ne doit jamais capituler sur la question de l'universel, même au nom du respect de la différence.

La cinquième valeur, c'est la justice, c'est-à-dire le refus de la vengeance et du sacrifice. C'est elle qui fonde l'Etat de droit. Et la sixième, nous en avons parlé, c'est la Raison, qui a deux caractéristiques. Elle est critique, y compris à l'égard d'elle-même, et elle est modeste, inévitablement, parce qu'elle sait très bien que la connaissance est sans cesse invalidée par de nouvelles découvertes. Elle est aujourd'hui menacée par le retour de l'irrationnel et par le scientisme.
>> Ironminds: Now, It's Always Breaking News Amusant "coup de gueule" sur Ironminds. Les chaînes d'infos passent en permanence maintenant des "bandes d'informations" en bas de l'écran:
“President Bush says the war on terrorism will be a very long process ... Colin Powell arrives in Pakistan ... Britney Spears to release new album in early 2002 ... Number of dead and missing: 4,912...”

Every station now has to have a title for the war, and a theme and color scheme. “The War On Terrorism,” “America At War,” “America Doing Stuff Overseas.” And now they’ve added “The Anthrax Mystery!”

Oh, just go ahead and attach a cable wire right into my brain and scroll news across my eyeballs 24 hours a day.

via wood's lot

07 novembre 2001

>> Je viens de poster un long essai sur mes séries télévisées préférées sur JR Files. Go get it!
>> ESCAPE AND EVASION L'intervention des Delta Forces s'est mal passée à Kandahar, l'autre jour, lorsque les commandos ont investit un repaire du mollah Omar, dit Seymour Hersh. Plutôt que de lancer une opération légère, sans prévenir, l'Etat major a voulu préparer le terrain en envoyant seize C-130 "Gunships" plomber lourdement le secteur (les C-130 "Gunships" sont des monstres qui font tomber un véritable déluge de feu) en prenant bien garde de ne pas toucher la maison du mollah. Lorsque les Delta Forces sont arrivés ils étaient attendus par les talibans et ont été très vivement accrochés, ils ont été obligés de battre en retraite en évacuant plusieurs blessés. Les talibans ne sont pas des rigolos et il faudra un peu plus qu'une opération spéciale et quelques bombardements pour les déloger. Cette guerre va être longue et coûteuse mais on n'a pas d'autres choix que de la faire.
"As they came out of the house, the shit hit the fan," one senior officer recounted. "It was like an ambush. The Taliban were firing light arms and either R.P.G.s"—rocket-propelled grenades—"or mortars." The chaos was terrifying. A high-ranking officer who has had access to debriefing reports told me that the Taliban forces were firing grenades, and that they seemed to have an unlimited supply. Delta Force, he added, found itself in "a tactical firefight, and the Taliban had the advantage." The team immediately began taking casualties, and evacuated. The soldiers broke into separate units—one or more groups of four to six men each and a main force that retreated to the waiting helicopters. According to established procedures, the smaller groups were to stay behind to provide fire cover. Army gunships then arrived on the scene and swept the compound with heavy fire.

>> tempslibres - Haiku - Coups de coeur Un de mes haïku est publié sur le site de Serge Tomé.

06 novembre 2001

>> Libération - Testez la machine à remonter le Web Pour la première fois un passionné ouvre les archives du web. Des milliers de pages, depuis 1996, aujourd'hui inaccessibles autrement, sont archivées et ouvertes à la consultation. On y trouve de tout, les balbutiements du web, les premières pages perso... Un travail de titan. "Les enregistrements se font au gré de l'humeur vagabonde des robots de recherche qui parcourent le Web tous les deux mois, prenant des photos instantanées des pages des sites détectés." Mais la ruée est telle que le site est déjà surchargé, attendre un peu pour apprécier.

05 novembre 2001

>> How 'The Simpsons' Survives Long article du New York Times Magazine sur "Les Simpsons". J'aime bien les Simpsons, encore que je trouve que ça soit mal doublé en français, je préfère la V.O. Les Simpsons ont engendré nombre de dessins animés satiriques du même tonneau, comme "Doctor Katz" ou "King Of The Hill" par exemple mais ils restent les meilleurs et de loin. Il est rare qu'une série arrive à bien vieillir, bien sûr c'est plus facile quand le casting est déssiné!
>> Salon.com Books | "The Beast God Forgot to Invent" by Jim Harrison Compte-rendu du nouveau recueil de "novellas" de Jim Harrison.
The novella is a strange and stubborn beast. It dwells along literature's brambly edges, somewhere between the shadow-strewn forests of the novel and the tidy, fenced-in pastures of the short story. Little wonder, then, that Jim Harrison should be drawn to the novella form. Harrison has been prowling the literary edges for four decades now, stubbornly eluding the snares of critical reduction -- including such dim taggings as "macho" and "regional" -- while producing a body of work so lushly idiosyncratic as to thwart even the gentlest efforts at classification.
>> NYT: Hijackers' Meticulous Strategy of Brains, Muscle and Practice Très bon article du New York Times, comme d'habitude, documenté, bien écrit, du grand journalisme.
With all the suspects dead and no conclusive evidence, as yet, of any accomplices, investigators have been left to recreate the architecture and orchestration of the plot largely from the recorded minutiae of the hijackers' brief American lives: their cellphone calls, credit card charges, Internet communications and automated teller machine withdrawals.

What has emerged, nearly two months into the investigation, is a picture in which the roles of the 19 hijackers are so well defined as to be almost corporate in their organization and coordination.

(via dangerousmeta)

04 novembre 2001

>> Libéré, le journaliste français Michel Peyrard à propos des bombardements sur l'Afghanistan et en particulier sur les villes afghanes:
Michel Peyrard a déclaré que les talibans ne semblaient pas impressionnés par les bombardements sur la région de Jalalabad. "Les premiers jours, ils étaient très inquiets", mais maintenant "les talibans sont extrêmement sereins", "ils s'attendaient à un déluge" de bombes, mais "ils se sont aperçus que dans le cas de Jalalabad, en tout cas, c'est extrêmement limité".

02 novembre 2001

>> The New York Times Special: The Lord Of The Rings Articles d'archives, guide, quizz, bande annonce du film. Excellent dossier du NYT.
Enregistrement gratuit requis
>> The Lord of the Rings A voir, le site du film (le premier de la trilogie) qui sort le 19 Décembre.
>> In Overheard Calls, Terrorists Spoke of Major Attack, Officials Say D'après des interceptions de communications entre des membres d'Al Kaïda, un attentat encore plus important que ceux du 11/9 serait imminent. La menace n'est pas assez précise pour dire où et quand mais elle est prise très au sérieux car les informations viennent de gens qui ne se savent pas écoutés. Les ponts sur la côte ouest tels que le Golden Gate ou les centrales nucléaires pourraient être visés. Mais aussi les interêts américains à l'étranger...
>> Economist: America the sensible Contrairement à une idée assez répandue, il n'y a pas de panique aux USA. La réponse de l'Amérique à l'énorme attaque sur son sol est équilibrée et raisonnable. Plutôt qu'à un déchaînement vengeur contre l'islam c'est à un effort de compréhension que l'on assiste. La liste des best-sellers est pleine de livres sur l'islam, les talibans, le moyen-orient. Les attaques sur des citoyens musulmans ont été très rares. Les américains prennent des précautions? ils sont soucieux? oui. Mais sont ils écrasés par la terreur? certainement pas.

01 novembre 2001

>> Pleine lune ce soir, la onzième lune de l'année. Le ciel est clair ne la manquez pas!
>> Joe Bob Briggs et les HDR Découvrez Joe Bob Briggs (attention politiquement correct s'abstenir). A l'origine un journaliste pris le pseudo de Joe Bob Briggs pour faire des compte-rendus de nanars et de films de série B. Puis il s'est pris au jeu et produit maintenant une véritable industrie de l'éditorial en tout genre mais en gardant le ton "beauf" des débuts (très second degré), ici il parle des rations "humanitaires" envoyées par l'US Air Force sur l'Afghanistan:
The most dangerous part of these missions -- aside from the mid-air refueling -- comes when the Globemaster III is depressurized for two hours and the whole crew has to wear oxygen masks. Each plane has two "physiological technicians" -- they're not doctors but they've audited the courses -- and these guys monitor the oxygen and make sure nobody gets nitrogen bubbles into their bloodstream, which could be curtains for the brain at 10,000 feet. Then the pilot tilts the nose down seven degrees, and the back end of the plane drops open like a trapdoor on a three-year-old's pajamas.
At this point the words "cold gust" don't quite cover it. Various appendages on your body shrivel up like deflated party balloons, and your face requests plastic surgery. A crewmember yanks on a rope, and it takes exactly eight seconds for the food crates to roll across some metal railings and sail out into Frigidaire space, becoming frozen dinners on the way down. The appropriate "bon voyage" expression is "Yeehaw!" but last week the Globemaster III boys were also yelling "Go Gators!" (Don't ask me why. They're based in Charleston, S.C.)

>> Libération - Le don d'Hadot La philosophie antique n'est pas à prendre au pied de la lettre, il ne s'agit pas de penser comme les anciens car notre monde n'est plus le leur mais la pensée antique est toujours d'actualité dans son message: philosopher pour vivre mieux. Lire le nouveau livre de Pierre Hadot: La Philosophie comme manière de vivre.
Vivre philosophiquement veut dire reconnaître qu'il n'y a qu'un seul vrai plaisir, celui d'exister. Toute attente eschatologique est ici évacuée et Pierre Hadot engage le lecteur à vivre dans le présent comme s'il vivait son dernier jour, sa dernière heure. Cette attitude a pour lui une valeur existentielle et une valeur éthique: «Elle permet tout d'abord de prendre conscience de la valeur infinie du moment présent, mais aussi de la valeur infinie des moments de demain, que l'on accueillera avec gratitude comme une chance inespérée. Mais elle permet aussi de prendre conscience du sérieux de chaque moment de la vie.» Aussi la leçon mystique, loin d'obliger, comme chez Plotin, à nous retrancher de tout, invite-t-elle, dans l'ouverture de l'instant, à «accueillir toutes choses».

>> Guardian Unlimited | Special reports | Allies study options for full-scale invasion Les bombardements ne donnent pas les résultats escomptés (la chute des talibans, l'offensive de l'alliance du nord) l'aviation commence à manquer de cible, les erreurs inévitables bien exploitées par les talibans et Al Jeezira commencent à éroder l'opinion publique occidentale et musulmane modérée, des tensions se font sentir dans la coalition, le raid terrestre de l'autre jour a été un échec complet, les leaders talibans et d'Al Kaïda sont bien retranchés dans leurs tanières et l'alliance du nord a les pieds froids (on les comprends). Bref la campagne d'Afghanistan traverse une période de doute. Les Américains et Britanniques envisagent donc de passer à une attaque terrestre d'envergure, mais au printemps, après avoir créé des bases et envoyé des troupes sur place dans le but de déloger les talibans et Al Kaïda. En attendant l'hiver sera consacré aux harcèlement des talibans pour garder la pression. De toute façon l'hiver là bas est effroyable pour tout le monde, il ne s'y passera rien.
>> Un site extraordinaire d'invention et de qualité, sur Paris: Parillusion. Ca ne ressemble à rien de ce que vous avez pu voir jusqu'à maintenant. C'est de la technique de pro au service de très belles images de Paris, et pas de n'importe quel Paris, le Paris des connaisseurs. L'avenir du web?

31 octobre 2001

>> Libération - Les enfants terrifiants de l'islam - Daniel SIBONY Toujours intérressant le psychanaliste Daniel Sibony donne son point de vue sur les attentats et ce qui a nourri en son sein l'extrémisme islamique.
Par exemple quand ils lisent: «Vous formez la meilleure communauté suscitée pour les hommes: vous ordonnez ce qui est convenable, vous interdisez ce qui est blâmable, vous croyez en Dieu» (3,110) - ils en sont persuadés. D'autant que le même verset conclut: «Si les gens du Livre [juifs et chrétiens] croyaient, ce serait meilleur pour eux. Parmi eux se trouvent des croyants, mais la plupart d'entre eux sont pervers.» Ils en sont convaincus.

D'où le problème: le christianisme a mis vingt siècles (et une Shoah) pour stopper, à travers Vatican II, ses intégristes et bannir de ses textes la vindicte envers l'autre. L'islam peut donc prendre son temps. Mais la planète tiendra-t-elle jusque-là?

>> Le Monde : Le mollah Omar, chef suprême et autre cible de l'opération "Liberté immuable" Portrait du chef des talibans:
L'ascendant de Ben Laden sur mollah Omar et le pouvoir taliban s'accroît avec les difficultés politiques – sanctions onusiennes et isolement croissant – et militaires, face à la résistance des troupes du commandant Massoud. Ben Laden apporte trois atouts à ses alliés : une ouverture et des contacts internationaux, de l'argent – sa cassette aurait notamment aidé à compenser les pertes de revenus engendrées par l'interdiction la culture de l'opium – et des soldats à un moment où les talibans ont du mal à recruter dans une population épuisée par la guerre. Cette emprise s'est manifestée dès la fin 2000 et s'est illustrée par la destruction des bouddhas géants de Bamiyan, manifestation sans précédent de l'influence wahabite.

Depuis le 11 septembre et pour la première fois, mollah Omar a avancé des revendications similaires à celles de Ben Laden, liant ainsi nettement son sort à celui de son ami. Convaincu d'être dans la voie de Dieu, Mollah Omar n'a jamais été très accessible à une logique temporelle. Aujourd'hui, après plus de trois semaines de résistance à la plus grande puissance du monde, moins que jamais.

30 octobre 2001

>> The Times: No future in bin Laden revolution
Revolutions succeed where they represent the modern against the obsolete. Counter-revolutions fail. Even Nazism traded on the appeal of the modern. Bin Laden has identified his revolution not only with terror but with the reactionary and archaic brutalities of the Taleban. There are revolutionary forces at work in Islam; some Islamic societies are ripe for radical change. If Osama bin Laden had been able to identify his revolution with the real social and economic needs of Islam, he would have offered what revolutions must offer, a new dynamic towards a new society.

As it is, he has identified his revolution with everything that is most backward in the Islamic world. In the seven major revolutions of modern history, the future, however terrible, has always defeated the past. Anti-modernist revolutions have never succeeded, not even in Naples or the Royal Academy. Anti-modernism will not conquer Islam.

Osama bin Laden is not a serious revolutionary; he is a poseur, a silly but lethal boy.
(Via Follow Me Here).
>> YOU HIT ME FIRST A voir absolument, une collection de logos et slogans pris sur les différents websites des média américains, relatifs aux attentats et à la campagne d'Afghanistan.
(via Follow Me Here).

29 octobre 2001

>> Depuis longtemps je suis fasciné par le fait que plusieurs éléments puissent en se combinant produire une fonction résultante qui non seulement n'existe pas dans chaque élément pris individuellement mais en plus ne peut être que le produit d'une combinaison de ces éléments. L'action combinée produit un résultat d'un niveau supérieur qui n'existe pas dans chacun des composants pris individuellement. Par exemple l'association et le fonctionnement combinés de neurones produit un phénomène, la conscience, qui n'est pas à l'origine dans les neurones; ainsi en est il aussi de la fourmilière ou de la ruche, voire d'un ordinateur. On a alors affaire au concept d'émergence. La qualité produite, la fonction produite est dite émergente.
J'ai donc été particulièrement intéressé de découvrir les compte-rendus dans le Sunday Times et le Guardian d'un livre nouvellement paru de Steven Johnson qui s'appelle justement "Emergence".
We have only recently begun to recognize it, yet it exists at every level of our lived experience. It is fast becoming clear that our lives revolve around the powers of emergence. An ant colony behaves with an intelligence no particular ant possesses; a brain is conscious although no particular brain cell is; a city develops districts and neighbourhoods no planner could impose. In each case, complex problems are solved by a profusion of relatively simple elements. Order arrives from the bottom up, not top down. Such systems display emergent behaviour: the movement from low-level rules to higher-level sophistication. Media, technology and cultural critic Steven Johnson ranges from computer games that simulate living ecology to the guild system of 12th-century Florence; from the initial cell division that marks the very beginning of life to software that lets you listen to the sound of your own brain. The connections between these systems are not the links of poetic metaphor. Everywhere the same laws are obeyed, the same swarm logic is at work. Johnson unearths a secret history of decentralized thinking, looking at those like Adam Smith, Friedrich Engels and Alan Turing who contributed to the study of self-organization long before this became a recognized science. But most of all Johnson pursues emergence in the present, investigating the software that will soon allow artificial emergence to transform our media, bringing sweeping cultural and political change in its wake. This compelling and revelatory book is rich with insights into that future. "Emergence" allows us to witness the exhilarating arrival and sudden ascendancy of a potent new idea.

L'auteur, lui-même dans le Guardian: The simplest rule of all the systems I talk about in the book is: learn from your neighbours. An individual ant alters its behaviour based on the behaviour of other ants that it happens to encounter; out of all those semi-random encounters, the higher-level order of the colony emerges. A neuron in your brain decides to fire or not to fire based on the input from other neurons to which it is connected. A given "block" in the game SimCity decides to raise or lower its crime rate or pollution levels based on the crime or pollution in neighbouring blocks. All of these systems follow relatively simple rules, but they project those rules out over thousands (or, in the case of the brain, billions) of interacting agents. Given enough interactions, and given the right rules, something magical happens: the colony starts organising its workforce; the brain starts thinking; the simulated city comes to life on the screen.

>> Yahoo! Actualités - Colère de la droite et de Chevènement sur la Corse Et justifiée la colère, à mon avis. Outre les problèmes énormes que représente le fait de garder des prisonniers sur le territoire même de la Corse, le fait de concéder quelque chose aux terroristes ne renforce ni l'autorité de l'état, ni le fameux "état de droit" dont on nous rebat les oreilles dès qu'il s'agit de la Corse.
>> Yahoo! Actualités - Un forcené tue quatre personnes à Tours Comme quoi il n'y a pas qu'aux Etats Unis que les cinglés tirent au hasard sur les gens, même à Tours ville douillette d'Indre et Loire. M. Jospin a beau dire qu'il ne s'agit pas d'un problême de sécurité à proprement parler, je ne vois pas comment le fait qu'une personne puisse tirer et tuer quatre personnes au hasard dans la rue puisse relever d'autre chose que d'un problème de sécurité. D'où vient l'arme par exemple?

28 octobre 2001

>> A Glimpse Behind the Plot Against the American Embassy in Paris Djamel Beghal, arrété, a commencé à raconter comment Al Kaïda voulait lancer un attentat suicide contre l'ambassade des USA à Paris.
(Dans le New York Times, enregistrement gratuit pour y accéder).
>> Judge Sentences Two Ohio Men to Dress as Women Deux hommes reconnus coupables d'avoir lancé des bouteilles de bière sur une passante ont été condamnés dans l'Ohio à se promener dans le centre ville de leur bourgade habillés en femme.

27 octobre 2001

>> La Corrèze semble détenir une sorte de record de noms de lieus bizarres et pittoresques:

Arnac, Bar, Cublac, Curemonte, Chez le Turc, Chirac Bellevue (près du château de Bity?), Chèvrecujols, Espagnagol, La Bitarelle, Ladignac sur Rondelle, Le Rat, Les Récompenses, Loches (aussi une sous préfecture d'Indre et Loire), Magoutière, Sexcles, Tournevite, Toy Viam, Millevaches, Nazareth, Saint Cirgues la Loutre, Saint Merd les Oussines, Nespouls.

Merci à Philippe C., fidèle lecteur, qui m'envoie ce matin ces perles.
>> Les Inrocks-Livres: Les Coins Coupés de Philippe Garnier A l'age de la découverte du rock, je lisais Rock&Folk tous les mois, de la page 1 à la fin. J'adorais Philippe Maneuvre mais les articles qui me plaisaient et me faisaient rêver étaient ceux de Philippe Garnier. "Notre homme à Los Angeles" décrivait dans des articles délicieusement longs, dans un style très "nouveau journalisme" à la Michael Herr, un monde lointain, L.A., presque légendaire, le royaume du rock et du cinéma, de Chandler, du surf, d'une certaine décadence:
Dans l’univers de Garnier, Los Angeles fonctionne comme une Babylone hantée de fantômes, la grande poubelle de la culture populaire du 20è siècle, une mégalopole banlieusarde et étrange, habitée par les mythes et les mites du rock, du cinéma et de la littérature qui flottent à chaque coin de rue.
J'adore Philippe Garnier, c'est toute une part de mon adolescence, la découverte de l'amérique et du rock.
>> Muslims and Modernity  By Robert Wright L'auteur démontre, exemples à l'appui, que la chrétienté des origines est tout aussi intolérante que l'islam des origines et d'une certaine frange de nos jours, seules les circonstances de l'expansion économique ont fait de l'occident chrétien une société tolérante, démocratique et ouverte. Ce qui serait la meilleure chose à arriver à l'islam.
>> Le Point, le bloc-note de Bernard-Henry Lévy J'aurais envie de citer chaque phrase de ce très intérressant éditorial, tellement il résume, dans une très belle langue en plus, les idées qui me traversent l'esprit depuis le 11/9. Juste un passage:
Dommages « collatéraux », nous dit-on... Cette guerre serait condamnée par ses terribles dommages collatéraux... L'objection est plus sérieuse. Et l'idée d'un seul civil, d'un seul innocent, mort sous une bombe américaine donne la nausée. Mais comment faire autrement ? Les Américains, quand ils bombardaient les Allemands en Normandie, en 1944, n'atteignaient-ils pas, aussi, des innocents ? Et cela les empêcha-t-il d'être accueillis en libérateurs ? Je continue de penser que cette guerre d'Afghanistan est, aussi, une guerre de libération. Je continue de croire que la victoire des armées alliées sera vécue, sur place, comme la délivrance du peuple afghan.

Bush-Ben Laden même combat ? On commence, oui, d'entendre cela. On commence, au-delà même de la navrante Arlette Laguiller, d'entendre les habitués du café du commerce renvoyer dos à dos les « terroristes d'Etat » et ceux d'Al-Qaeda. Ce n'est pas seulement inepte. C'est infâme. Car c'est l'argument même du munichisme. C'est le raisonnement de ceux qui, en 1940, à gauche autant qu'à droite, renvoyaient dos à dos la City et Hitler. Ce sont les propres mots de ces autres antiaméricains qui, à l'époque déjà, refusaient de choisir, sic, entre « l'impérialisme anglo-saxon » et le nazisme. L'antiaméricanisme ? Une vieille passion française. Un vieux réflexe conditionné. Pour qui connaît, un peu, l'histoire des idées dans notre pays, c'est un thème qui naît à l'extrême droite et qui, au fond, y est resté.