30 décembre 2002

L'UMP courtise les intellectuels

D'après Libé les "nouveaux réacs" sont courtisés par... la droite, évidemment. Une droite décomplexée et qui cherche à séduire les déçus de la gauche, ces intellectuels que Daniel Lindenberg, dans son pamphlet "Le rappel à l'ordre", appelle "les nouveaux réacs". Certains ont sauté le pas et ont accepté des postes (tel Luc Ferry), il sont devenus des "prises de guerre" et des appâts. Amusant. A moins que cet article, paru en une de Libé aujourd'hui, ne soit qu'une attaque de plus des "gauchistes" contre les "nouveaux réacs"!
Après les urnes, la droite rafle les idées.

28 décembre 2002

Daniel Sibony: L'esprit totalitaire - Sur l'action d'un certain nombre de scientifiques français qui désirent que la France et l'Union européenne rompent les accords de coopération scientifique avec Israël.
Thierry de Montbrial: Les trois sources du malaise américain.
Musée des accidents de Paul Virilio à la Fondation Cartier pour l'art contemporain. Très impressionantes photos.
[via Spitting Image]

Pepy's blog

1 January 1660 (Lord’s Day)

Blessed be God, at the end of the last year I was in very good health, without any sense of my old pain, but upon taking of cold.1 I lived in Axe Yard having my wife, and servant Jane, and no more in family than us three. My wife . . . . gave me hopes of her being with child, but on the last day of the year . . . .[the hope was belied.]2 The condition of the State was thus; viz. the Rump, after being disturbed by my Lord Lambert, was lately returned to sit again. The officers of the Army all forced to yield. Lawson lies still in the river, and Monk is with his army in Scotland. Only my Lord Lambert is not yet come into the Parliament, nor is it expected that he will without being forced to it. The new Common Council of the City do speak very high; and had sent to Monk their sword-bearer, to acquaint him with their desires for a free and full Parliament, which is at present the desires, and the hopes, and expectation of all. Twenty-two of the old secluded members3 having been at the House-door the last week to demand entrance, but it was denied them; and it is believed that [neither] they nor the people will be satisfied till the House be filled. My own private condition very handsome, and esteemed rich, but indeed very poor; besides my goods of my house, and my office, which at present is somewhat uncertain. Mr. Downing master of my office.
The Diary of Samuel Pepys as a blog!

A partir du 1 janvier 2003 le journal de Samuel Pepys, célèbre diariste londonien du 17ème siècle paraîtra sous forme de blog, une nouvelle entrée tous les jours, avec annotations, liens et tous les gadgets qu'on peut trouver sur un blog!
[via BoingBoing]

27 décembre 2002

Porte-avions

On manifeste à Marseille contre l'escale du porte-avion américain USS Truman. Sur France 2 Michel Drucker fait un grand show à la gloire du porte-avion français Charles de Gaulle! Cherchez l'erreur! Non, les erreurs...

Kanndoo

Sarkozy : la méthode Kanndoo - J'ai trouvé ce papier de Jacques-Alain Miller dans le Nouvel Obs'. J'ai bien aimé sa description des styles politiques à la française et son analyse de la "méthode Sarkozy":
"Mitterrand «prince de l’équivoque», Sarko duc de l’univoque. L’ancien style élude, noie le poisson; le nouveau le pêche au harpon. L’ancien: «C’est plus compliqué que ça», toujours. Kanndoo: une idée simple par minute. Ancien: on remonte au déluge. Kanndoo: tout commence ici et maintenant. Ancien: ne jamais s’exposer; se ménager et ménager les autres; placer quelques petits «temps forts» suivis de pauses nombreuses et généreuses. Kanndoo: toujours s’exposer; ne ménager personne; y aller plein pot sans temps mort. Sarkozy sait que le culte du passé est désormais en baisse, que le présent règne sans partage, que l’avenir, c’est le coup d’après. Donc, pas d’inertie subjective: vite tourner la page, courir, mouiller sa chemise, la montrer.
Sarko, comment s’en débarrasser? Première solution, adoptée à gauche et à droite: la prière. On espère le pépin de santé, la grosse gaffe, la grosse bavure, on compte sur Chirac. Deuxièmement: chipoter, se contredire. C’est la méthode PS: «On ne peut pas être contre; d’ailleurs, on l’a déjà dit et presque fait; en plus, c’est dangereux». Trois: imiter. Dur dur. Il y faudra travail et tonus. Déjà, sans se soucier du vraisemblable, trouver tout mal dans ce qu’il fait. Surtout, lui barboter et le fond et la forme. Car, si exotique que soit le style Kanndoo, il sert un discours qui clame: la France est de retour en France. La gauche devrait s’en aviser."
Noël est passé. En famille, à la pointe du Finistère, ballotté par les vents... Un bon Noël. Il y avait le sapin décoré, les cadeaux, la cheminée crépitante, les enfants, la bouffe (huîtres, poularde, pâté maison, boudins blancs, homards, champagne, vins fins, etc...). Trois jours déconnectés du web et de l'info, de la télé et du monde. Le monde n'en a pas profité pour s'arranger, apparemment! Ne comptez pas sur beaucoup de posts pendant le "trou d'air" entre Noël et le Nouvel'An. Mais il y en aura tout de même un peu.

24 décembre 2002

Joyeux Noël!

21 décembre 2002

Marx pas mort

Le marxisme est-il mort quand le mur de Berlin a été détruit? En tant que forme de gouvernement mise en pratique en URSS, dans les pays de l'Est en Chine ou à Cuba, c'est certain. Mais en tant que philosophie le marxisme vit toujours. Et pas en tant que philosophie seulement: en France le Parti Communiste, en reniant ses idéaux révolutionnaires et en participant à un gouvernement réformiste (en confrontant la réalité du pouvoir à ses idéaux) est tombé à un niveau électoral historiquement bas. Mais les partis d'extrême gauche trotskistes prennent lentement la place du vieux PC staliniste. Les mouvements anti-mondialisation ont beaucoup emprunté à la philosophie marxiste, qui apparaît, pour nombre de gens, comme la seule alternative au capitalisme mondial. En fait, dit cet article, le marxisme ressemble à une croyance religieuse bien vivante: "une croyance avec un prophète, des textes sacrés et la promesse d'un paradis enveloppé de mystères. Marx n'était pas un homme de science, ainsi qu'il le déclarait. Il a fondé une religion. Le système économique et politique qu'il inspira est mort ou mourant. Mais sa religion est une grande église, et elle vit!"

Marx after communism (The Economist)

Les liens du Vendredi: bruits de bottes

- Après être descendu à 50 % début décembre, le Saddameter de "Slate" est remonté à 72 % de chances d'invasion.

- La Grande-Bretagne et les Etats-Unis lancent le compte à rebours pour une guerre en Irak Le Monde

- Anthrax, tubes d'aluminium, les questions des inspecteurs de l'ONU Le Monde

- Pour Paris, la dissimulation n'est pas un "casus belli" Le Figaro

- January 27 is decision day for war against Iraq Guardian

- 'Prepare for war', Blair warns troops BBC

- Powell Says Iraq Raises Risk of War by Lying About Illegal Arms NYT

- Powell Presses for Compliance by Iraqis NYT

- How Iraqis may react IHT

- War Appears Increasingly Unavoidable Los Angeles Times

- America points the finger The Economist

19 décembre 2002

Une bonne nuit et tout va mieux

Dormir préserve notre système immunitaire, dormir est nécessaire et bon pour la santé... Mais dormons nous assez, ou trop, ou devons nous faire la sieste? Les avis sont divergents. Cet article fait le tour de la question. [The Economist]
Gawker: pour les fans de Manhattan, excellent!
Sympa, Brain Not Found, je suis un peu ému.

18 décembre 2002

I Saw Mommy Kissing Santa Claus

I saw Mommy kissing Santa Claus
Underneath the mistletoe last night.
She didn't see me creep
Down the stairs to have a peep;
She thought that I was tucked up in my bedroom fast asleep.
Then, I saw Mommy tickle Santa Claus
Underneath his beard so snowy white;
Oh, what a laugh it would have been
If Daddy had only seen
Mommy kissing Santa Claus last night.

Sing along!

Let it be

Fight erupts over song credits - Sir Paul McCartney voudrait voir la signature "Lennon-McCartney" changée en "McCartney-Lennon" pour une vingtaine de chansons, pour souligner que c'est lui, Sir Paul, qui en est l'auteur principal. On s'en serait un peu douté: Yoko n'est pas d'accord. Il faut dire que les chansons en question sont parmi les plus célèbres et les meilleures des Beatles:
- All My Loving
- Back in the U.S.S.R.
- Blackbird
- Can't Buy Me Love
- Carry That Weight
- Eleanor Rigby
- The End
- The Fool on the Hill
- Getting Better
- Hello Goodbye
- Here, There and Everywhere
- Hey Jude
- I Saw Her Standing There
- Let It Be
- Lady Madonna
- The Long and Winding Road
- Mother Nature's Son
- Sergeant Pepper's Lonely Hearts Club Band
- We Can Work It Out
- Yesterday

Certaines, comme "Let it be", "Hey Jude", "Lady Madonna", ont vraiment, à l'oreille, une mélodie bien troussée comme Sir Paul en a toujours eu le secret, un son typiquement McCartney, comme on reconnaît un air de Goldman, par exemple, à dix kilomètres, mais les textes?

[via BoingBoing]

"Lord of The Rings - The Two Towers", ce qu'en dit la presse

Le deuxième film de Peter Jackson adapté de la trilogie du "Seigneur des Anneaux", sort aujourd'hui, voyons ce qu'en dit la presse française et anglo-saxonne:

- Entretien avec Peter Jackson dans "Le Monde" et compte-rendu en demi-teinte: "Les Deux Tours" : Entre fidélité au texte et éclairs de cinéma.

- De l'initiatique pour initiés, compte-rendu ironique et décevant typique de "Libé" et du journaliste qui se regarde écrire avec auto-satisfaction:
"L'ensemble turbine sec dans la Terre du Milieu, entre Genèse et Apocalypse, carburant au brassage mystagogique et au mauvais goût heroic-fantasy. Le film couvre esthétiquement un large spectre imagier, de l'expo «Nos Amis les Vikings» au musée du Triskell à travers les temps, en passant par Dune, Fort Boyard, Mad Max, la Planète des singes, les Contes de la crypte, Excalibur, Legend, Star Trek (pour les oreilles en pointe), des confins obscurs du wagnérisme psychotrope aux rivages rajeunissants du jeu vidéo. Cheap et flambard."

- Démons sans merveille, pas plus d'enthousiasme dans "Le Figaro".

- Plutôt bien, mais sans exaltation dans "Télérama":
"Allergiques à l'heroic fantasy, passez immédiatement votre chemin. Vous ne trouverez ici qu'armures dépolies par les siècles, épées ouvragées, statues monumentales, guerriers nattés et robes à la dernière mode haut-moyenâgeuse. Mais l'image, très travaillée, ne s'en contente pas : couleurs sourdement lumineuses, dorures et argent, elle rappelle la peinture symboliste du XIXe siècle, jusqu'à confiner parfois au plus pur kitsch wagnérien. Les femmes y jouent un rôle très secondaire, dans le fracas des armes et des sortilèges, dans le combat des mâles contre le Mal : une goutte (elfique) de Cate Blanchett, une pincée (brillante) de Liv Tyler, la présence gracieuse et discrète de Miranda Otto, en princesse de Rohan... "

(en anglais):

- Roger Ebert a aimé le film, mais regrette que Peter Jackson se soit éloigné de l'oeuvre originale.
""The Two Towers" will possibly be more popular than the first film, more of an audience-pleaser, but hasn't Jackson lost the original purpose of the story somewhere along the way? He has taken an enchanting and unique work of literature and retold it in the terms of the modern action picture. If Tolkien had wanted to write about a race of supermen, he would have written a Middle-Earth version of "Conan the Barbarian." But no. He told a tale in which modest little hobbits were the heroes. And now Jackson has steered the story into the action mainstream. To do what he has done in this film must have been awesomely difficult, and he deserves applause, but to remain true to Tolkien would have been more difficult, and braver"

- Dans "The Guardian" Peter Bradshaw trouve le film visible, sans plus! Philip French est plus enthousiaste:
"There is, along the way, as you might expect from a legendary tale, much topical resonance with references both fortuitous (two towers under attack) and expected (the belief that evil is abroad and that there are things worth fighting for) to current concerns. The movie, with narrative justification and commercial canniness, concludes with a cliffhanger that aims to have us sitting in the same seats a year hence to see how it all turns out in the concluding episode, The Return of the King. This is likely to be happier, more decisive and infinitely more satisfying than anything that will happen to our world in the next 12 months."

- Bonne critique dans "The Independent" avec un intéressant point de vue sur le personnage d'Aragorn:
"A few of the characters seem even richer, more profound than Tolkien's own conception. Viggo Mortensen finds an astonishing stillness and poise at the heart of Aragorn (he's a bit of a stiff in the novel). This deep love of peace is what drives him to fight, a paradox which makes him more kinglike than any other character. In brief divergence from the book, he's reunited, in memory or dream, with Arwen (is Liv Tyler's spade-like face actually getting longer with each instalment?). This lovely interlude softens the character, redresses an awkwardness in Tolkien, and breaks up the relentless militarism."

- Le "New York Times" aime le film.

- Le "San Francisco Gate" a une bonne critique et voit (comme plusieurs autres) dans le film une métaphore des temps présents (sans se tromper sur qui sont les bons et qui les méchants!):
"The battle is between good and evil -- isn't it always? -- and yet here we can feel it. While other films portray evil as some hysterical impulse to destroy, "The Two Towers" is informed by a real understanding of how evil tends to manifest in the real world. Destruction is a means to an end. Saruman's main goal is to crush spirits, obliterate free impulse and enslave everyone. In the past century that was tried on a mass scale at least twice, in Germany and behind the Iron Curtain. In the new century, we have our own challenges, only emphasized by the fact that the movie's title sounds so much like the Twin Towers that people keep calling it that by accident. The film may be fantasy, but we can recognize the stakes as our own, and eternal."

- Enthousiasme dans "Salon".


- Amusante et bienveillante critique dans "Slate":
"Last time out, we heard Saruman command his ghoulish minions to rrrrrip the trees from the ground. Now we learn that his ferocious anti-environmentalism will have unforeseen consequences—that the forces of nature itself will join with hobbits, humans, elves, and such-like to forestall the resurrection of Sauron. Mortensen's Aragon and the creature Gollum get the most to do in The Two Towers. The former disembowels countless Uruks, has a spectacular battle with a marauding giant pig-creature, goes over a cliff, and gets bathed in the ardor of the dishy Rohan princess Éowyn (Miranda Otto)—the happiest addition to the Rings saga, especially given Cate Blanchett's mere minute or so of screen time. Despite a slight resemblance to the Crypt Keeper from TV's Tales From the Crypt, the schizoid Gollum is one of the most fascinating of all FX creatures—a twitchy, agonized (and agonizing-to-watch) combination of obsequiousness and hostility."

Silence radio?

Vous avez certainement constaté un silence radio ces derniers jours sur ce blog, ou du moins une sensible raréfaction de mes posts. Pourquoi? Je suis fatigué en ce moment et assez occupé par d'autres choses. La fin de l'année, pour moi comme pour beaucoup de gens, tire un peu sur l'énergie disponible. Ajouter à ça une lassitude passagère pour les hommes et les choses contemporaines, mais il n'ya pas de hiatus de ce blog, juste un ralentissement passager. Keep in touch!

16 décembre 2002

The trials of Finch, une nouvelle de Zadie Smith dans le New-Yorker.

Year in Ideas

Le New York Times sort sont supplément annuel Year in Ideas, c'est passionnant, amusant, original et ça fait un sacré paquet de lecture. Mais quand on est un peu curieux c'est un truc qui ne se rate pas!

13 décembre 2002

Zeitgeist

Google Zeitgeist - Le climat intellectuel, moral et culturel général de 2002 vu par Google. Une analyse des grandes tendances des requêtes du populaire moteur pendant cette année 2002.

Kikkoman

Publicité Kikkoman - Si vous aimez la sauce de soja -- et moi j'adore ça au point d'en mettre quasiment dans tout ce que je mange -- vous connaissez, évidemment, la sauce Kikkoman!

Les liens du Vendredi

Dormir avec son chat, ou le rude combat pour le contrôle de la couette

L'inventaire des offres disponibles pour le haut débit en France - Je suis assez tenté par l'ADSL à 1024 kbits/s. Un peu cher tout de même...

Tapping Into Public Wireless Networks - Brève introduction au Wi-Fi.

Google Viewer: voir les pages web au fur et à mesure qu'elles s'affichent dans le moteur de recherches.

Google Webquotes: le web verbatim.

12 décembre 2002

Gizmodo, the gadget weblog.
[Via Extcirc]
City Pages Weblogs

"I intend to be the greatest and most self-indulgent nuisance in the history of blogdom. I'm going to blog just to hear myself blog. I'll blog until I'm blue in the face. I'll blog with the bloggiest blowhards in the blog universe, and if you're going to try to blog with me, brothers and sisters, you better bring the biggest blog dogs in your blog pound and the loudest blogging guns in your mother-bloggin' gun cabinet, and even then I will blog your sorry-blogging ass back to the stone age. You'll regret you ever scrapped that hack Tandy, Jack. You'll wish you never hoisted your sorry blogging ass off that nap-mat in the kindergarten and moved on up to the first grade. This blog is gonna make you feel so ineffectual that you're gonna break down and cry like a baby. Because your old Grandpappy Blog was absolutely born to knock down the proverbial trees in the proverbial forest where the proverbial no one hears them fall. And you can put that in your pipe and smoke it."
Brad Zellar

[Via Fimoculous]

09 décembre 2002

Impressionnantes photos panoramiques, du monde entier. Nécessite QuickTime 5. Une fois la photo téléchargée on peut faire le tour complet du photographe, vers le haut, le bas, à droite, à gauche avec la souris. Etonnant!
Ne manquez pas la photo 32: vue panoramique de Paris depuis la Tour Eiffel!
[via I love everything]

08 décembre 2002

Une nouvelle de John Updike: 'Sin: Early Impressions', dans le New Yorker.
Il fait vraiment un temps moche aujourd'hui sur Paris: gris neigeux, froid humide, brume, le ciel gris a de grandes traces plus grises qui divaguent. Il fait très sombre. Bien que j'ai un appartement avec de grandes baies vitrées et une vue très dégagée je suis obligé d'allumer la lumière. Un vrai temps de dimanche d'hiver. Deux haïkus vite faits:

journée grise
le marchand de fruits
souffle dans ses mains

froide journée
à midi les réverbères
allumés
Bonne webcam de la Tour Eiffel.

07 décembre 2002

La ville n'est homogène qu'en apparence. Son nom même prend un accent différent selon les endroits où l'on se trouve. Nulle part -- si ce n'est dans les rêves -- il n'est possible d'avoir une expérience du phénomène de la limite aussi originaire que dans les villes. Connaître celles-ci, c'est savoir où passent les lignes qui servent de démarcation, le long des viaducs, au travers des immeubles, au coeur du parc, sur la berge du fleuve; c'est connaître ces limites comme aussi les enclaves des différents domaines. La limite traverse les rues; c'est un seuil; on entre dans un nouveau fief en faisant un pas dans le vide, comme si on avait franchi une marche qu'on ne voyait pas.

Walter Benjamin, Le Livre des passages.
Via Les Eaux Troubles je suis tombé sur le site d'une série télé, hélas aujourd'hui défunte, mais que je trouvais excellente: Leaving L.A. (diffusée il y a quelques années sur Jimmy, je crois). Cette série qui préfigurait quelque peu "Six Feet Under", se déroulait à la morgue de L.A.. Chaque épisode relatait le travail de deux enquêteurs du bureau du 'coroner' (le médecin légiste) et la vie de l'institut médico-légal de la grande métropole. La série n'a pas eu d'audience et a été abandonnée après 6 épisodes pourtant très bons. A l'époque (1997) une série ayant la mort pour thème principal n'eut pas le même accueil que "Six Feet Under" quelques années après. Certes "SFU" passe sur le câble (HBO) alors que "Leaving L.A." s'attaquait au grand public sur ABC, ceci explique sans doute cela.

L'actrice principale était Melina Kanakaredes, une actrice sous-employée par la télé et le cinéma mais que je trouve vraiment belle et pleine de talent (voir sa brève mais extraordinaire apparition dans "Due South" et sa prestation comme petite amie temporaire de Boby Simone (Jimmy Smit) dans "NYPD Blue" en 1995).
Welcome to the readers of Synthetic Zero, a very fine blog written by a very smart guy. Douze Lunes is a french blog, written mostly in french, but linking to a lot of sources in english language that you might find entertaining. And thanks for the link, Mitsy.

04 décembre 2002

Climb to the Stars on sleeplessness - Precious! Because I need some advice on that these days!
C'est une info de la BBC, à priori sérieux, donc :Vodka wash for Russian president - En Inde, un biologiste russe, pour désinfecter les couverts du Président Poutine et de sa femme en voyage dans ce pays, a utilisé... de la vodka! C'est l'hôtel qui le dit. Après tout je ne vous apprendrai pas que la vodka ça cautérise sérieusement et c'est consommable comme produit. Et au moins ils sont sûrs que c'est russe!
J'en ai déjà parlé mais j'y reviens car j'adore le dernier disque de Sigur Ros (et leur premier d'ailleurs), je ne me lasse pas de l'écouter, le jour, la nuit (je suis un peu insomniaque en ce moment). Autres disques qui chauffent souvent mes platines, Scarlet's Walk de Tori Amos, dont j'ai déjà parlé aussi brièvement; sans oublier Blue Indians, AKA Grafitti Man et Bone Days de John Trudell, envoutants, This way de Jewell, Little Black Numbers de Kathryn Williams et enfin Let It rain de Tracy Chapmann.

[UPDATE: le captain me fait remarquer, et il a raison, que ce n'est pas le premier album de Sigur Ros. Je sais! Je me suis mal exprimé. Je n'avais vraiment pas les yeux en face des trous quand j'ai écris ce post! C'est bien leur deuxième album. Je voulais dire que j'aimais beaucoup leur deuxième album qui s'apelle: "( )" et que j'aimais bien, aussi, leur premier qui s'appelle: "Agaetys Byrjun".]
Deux blogueurs francophones lyonnais rajoutés au blogroll, et qui méritent votre visite:
- Eaux Troubles
- Singuliers

02 décembre 2002

The Play's Not the Thing - Google News est généré automatiquement toutes les 15 minutes. Pas de journalistes, personne, juste des machines qui scannent les sites de news, classent et publient les titres des journaux et des organes d'information... "The idea is that if you take humans out of the selection process, you get a clean read on the news, uncorrupted by bias: "While the sources of the news vary in perspective and editorial approach, their selection for inclusion is done without regard to political viewpoint or ideology. While this may lead to some occasionally unusual and contradictory groupings, it is exactly this variety that makes Google News a valuable source of information."... Est-ce si bien que ça?
[via RRE]
Netlex a un grand choix de liens sur "The Lord of the Rings" et le deuxième film de la trilogie d'après le roman de Tolkien: "The Two Towers". Beau travail de blogueur!
L'Europe, pire ennemie de l'Europe - Pascal Bruckner.
La démocratie européenne est devenue un espace d'une grande diversité, où il fait bon vivre, se réaliser, s'enrichir si possible, dans le voisinage de chefs-d'oeuvre culturels. Mais dès qu'une crise éclate, l'Europe recule et se croise les bras. Colosse timoré, menacé de gigantisme, elle est devenue le Ponce Pilate des nations. Pourtant, si elle veut à nouveau exister comme «puissance», elle devrait créer chez ses citoyens les conditions mentales qui rendent indispensables la constitution d'une entité politique et d'une armée forte. C'est là que le bât blesse. Cela impliquerait d'abord des choix budgétaires donc des sacrifices. Mais surtout l'Union souffre vis-à-vis de son «protecteur» américain du complexe du débiteur et du complexe de Peter Pan. Elle n'ignore pas que sans le secours des alliés en 1917 mais surtout en 1944, elle aurait été purement et simplement rayée de la carte. Il est des générosités qui sont des formes d'affront. Aujourd'hui même, nous déléguons au grand frère yankee, érigé en bouc émissaire idéal, le soin d'aller au charbon quitte ensuite à le critiquer. Mais nous ne faisons rien pour nous affranchir de sa tutelle. Roquets voués au destin de perroquets, nous préférons gémir plutôt qu'agir. Or de deux choses l'une : ou nous acquérons les moyens de notre indépendance ou nous cessons de vitupérer à tort et à travers : on peut faire grief de tout à l'Amérique sauf de notre apathie. La maudire pour mieux consentir à sa suprématie, c'est se conduire en enfant qui se révolte contre ses parents pour ne jamais les quitter.
Cependant, l'Europe et l'Amérique sont vouées à s'entendre : elles incarnent l'une et l'autre deux conceptions divergentes des Lumières, deux destins de l'émancipation. Scepticisme et art de vivre d'un côté, optimisme et religiosité de l'autre. La première position risque toujours de verser dans l'immobilisme, la seconde dans l'aventurisme.
.../...
Réconcilier l'Amérique avec le monde et l'Europe avec l'Histoire, telle est notre tâche. Ou nous retrouvons nos capacités civilisatrices et l'orgueil de soi, ou nous serons vassalisés avec notre consentement. Auquel cas notre maison commune se réduirait à un camp de vacances luxueux, toujours prêt à abdiquer sa liberté pour un peu plus de calme et de confort.
Lire tout l'article...

01 décembre 2002

U.S. Is Preparing Base in Gulf State to Run Iraq War - Le petit état du Qatar a fait ce qu'il fallait pour attirer la machine militaire américaine, il a mis la main à la poche. Aujourd'hui le Qatar (d'où émet, paradoxalement, Al Jeezira) est une forteresse militaire américaine d'où pourrait bien partir la prochaine offensive.
Postcard from planet Google - Fascinant, les requêtes de Google (le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde) en disent long sur ce qui préoccupe les internautes dans le monde entier. Il est intéressant d'apprendre que Google garde une trace (pour l'instant sous bonne garde) de toutes les requêtes demandées avec l'adresse IP de l'ordinateur qui les demande et la liste de ce que l'internaute a cliqué à partir des réponses données à ces requêtes...! Vous êtes prévenu!
Super Natural - a profile of Viggo Mortensen (Aragorn in "The Lord of the Rings") -
Not only has Mortensen turned in consistently sharp and touching performances in the 40-odd movies he's done, he has also published more than five books of his photography, poetry and paintings along the way. Even though he admits to being an intensely private person, Mortensen claims to derive much of the same pleasure from acting that he does from painting and writing.

30 novembre 2002

Christopher Hitchens, in Slate, briefly answers the question: what is to be anti-american of all varieties, right and left, foreign or domestic.
Utiliser un ordinateur portable sur ses genoux peut vous brûler (en anglais -CNN)
J'ai trouvé ça sur blogdex, c'est dire que ça a déjà été "linké" par la moitié de la terre mais j'ai trouvé cette animation 'flash' amusante et bien faite, alors voilà.

28 novembre 2002

Le 10 décembre sort le deuxième film du "Seigneur des Anneaux": The Two Towers. Par ailleurs le Voyage de Chihiro vient d'être publié en DVD et Vidéo. Heu-reux!
Les "nouveaux réactionnaires" répondent au "rappel à l'ordre":
Oui, nous pensons qu'il faut analyser et discuter les insatisfactions ressenties par beaucoup de Français, qui n'ont que le suffrage universel pour les exprimer. Oui, nous nous inquiétons de l'indifférence croissante des élites abandonnant le peuple à son sort - insécurité publique et sociale - pour mieux condamner les formes que prend son désarroi. Oui, nous pensons que la promotion soixante-huitarde de la jeunesse au rang de valeur suprême est un mauvais service à lui rendre. Oui, nous refusons de voir l'école de la République abandonner les plus démunis et les enfermer dans leur condition en abjurant la culture générale et les savoirs. Oui, nous déplorons la dépolitisation des hommes encouragée par un discours des droits de l'homme enchanté de lui-même, sourd à toute idée de dette, d'obligation et de responsabilité pour le monde et qui évite de penser la géopolitique et les rapports sociaux. Oui, nous pensons que l'abandon progressif du modèle français d'intégration, fait d'exigences et de générosité, est une erreur dont les populations issues de l'immigration sont les premières victimes. Oui, nous redoutons, face à certaines prétentions islamiques, la naïveté de ceux qui dénoncent par ailleurs le retour de l'ordre moral derrière toutes interrogations sur l'omniprésence de la pornographie, tout en traitant d' «islamophobe» ceux qui critiquent la misogynie de l'intégrisme religieux musulman. Oui, nous craignons l'abandon des principes de la laïcité, dépréciés parce que leurs bienfaits pacificateurs ont fini par paraître évidents. Oui, nous osons parler d'antisémitisme ou de judéophobie quand des synagogues flambent dans le silence.
Lire le reste...

Lettre de Alain Finkielkraut, Marcel Gauchet, Pierre Manent, Philippe Muray, Pierre-André Taguieff, Shmuel Trigano et Paul Yonnet.

25 novembre 2002

Microsoft plans online life archive
Microsoft researchers are working on ways to create a "back-up brain" that will do a much better job of containing and cataloguing every picture you take, document you write or conversation you record. The scientists collaborating on the project believe that the database of your life could hold a vast array of items that are automatically catalogued and as easy to search as Google. If it proves successful, the project could realise the dreams of hypertext visionary Vannevar Bush, who first floated the idea of a lifestore more than 50 years ago.

- MyLifeBits Project
- Storage and Media in the Future When you Store Everything
[via Fimoculous]

24 novembre 2002

John Bennett Herrington, commandant dans l'US Navy et premier astronaute amérindien dans l'espace. A bord de la navette spatiale envoyée hier de Cap Canaveral se trouve le premier astronaute amérindien, John Herrington, de la nation Chickasaw, il est prévu qu'il fasse trois sorties dans l'espace pour aménager l'ISS.
- Bio de Herrington
Winesburg Ohio - Texte original complet du livre/roman/recueil de nouvelles de Sherwood Anderson sur le Midwest. Magnifique.
Montaigne, enfin lisible en français contemporain
Montaigne? Cet homme est un puzzle.
Encore faut-il remettre chaque pièce à sa place. Et pour cela, un seul moyen: lire. Lire Montaigne. C'est une question d'hygiène. D'autant que, désormais, la chose est enfin possible. La solution? L'édition de poche établie en français moderne par Claude Pinganaud. «Aujourd'hui, même les gardiens du temple admettent qu'il faut traduire Les Essais dans une langue plus moderne», explique cet ancien publicitaire qui fut libraire avant de fonder les éditions Arléa. Traduire, le mot est lâché. Oui, c'est bien d'une traduction dont ont besoin Les Essais. Il y a dix ans, Pinganaud, ce fou de Montaigne, publiait une première version «modernisée» de ce chef-d'œuvre grave et ironique, métaphysique et divertissant, et opérait un premier - mais insuffisant - ravalement orthographique. Aujourd'hui il récidive, adaptant accords des verbes, participes et épithètes aux règles de la grammaire moderne. Le résultat est un pur miracle: Montaigne enfin rendu à sa légèreté et à ses fulgurances. Lisible, et par tous.
- (Chez Amazon)

Et publication de Montaigne, notre nouveau philosophe de Joseph Macé-Scaron
"Montaigne est notre contemporain absolu", affirme Joseph Macé-Scaron, qui a décidé de cheminer en sa compagnie. Ce livre n'est ni une biographie, ni une analyse de plus de l'oeuvre de Montaigne, mais une visite de ses textes par un lecteur du XXIe siècle, avec l'intention de le remettre à l'ordre du jour sans le mettre au goût du jour. Joseph Macé-Scaron brosse le portrait d'un homme, mais aussi le tableau d'une époque pleine de bruit et de fureur, qui connaît les guerres de Religion, le retour de l'obscurantisme, les chasses aux sorcières, le réveil des vieilles féodalités... Sombres temps qui évoquent le nôtre. On voyage donc dans cet essai, à pied, à cheval, en carrosse et en barque. Libre des modes et des interdits, Montaigne, qui ne perd jamais la mesure de ce qui est proprement humain, nous apparaît comme le plus intime et le plus gai des amis, parce qu'il est non un maître à penser, mais un maître à vivre.

Les principes de Montaigne?
- être dans l'instant
- poursuivre la sérenité comme but
- exclure tout système, récuser tout dogme, vagabonder dans les philosophies
- renoncer à croire et à espérer pour mieux aimer et mieux vivre.

23 novembre 2002

Contre-enquête à l'appui de la révision du procès de la Josacine - Bon travail d'enquête. Un homme est en prison, il a été condamné à vingt ans dans une affaire qui ne manque pas de zones d'ombres. On dit que le doute devrait bénéficier à l'accusé, cette enquête amène un élément pas nouveau puisqu'il se trouvait dans le dossier mais complètement -- et bizarrement -- non retenu. Assez troublant pour que le procès soit révisé?

22 novembre 2002

21 novembre 2002

Réactionnaires ou "néo-tocquevilliens" - Quel beau pays, la France, où les intellectuels se querellent encore et vendent des livres en se traitant de tous les noms!
Glen McDonald de The War Against Silence communique son enthousiasme pour le dernier disque de Tori Amos, et je confirme, c'est un chef d'oeuvre.
"Look, there's no point in me pretending I don't think this is the best album ever. I already said that from the choirgirl hotel was the best album of the Nineties, and that listening to Tori play live is the most transcendent musical thing I've ever experienced, but this album is greater than either of those. This is the first Tori Amos album that is actually better than hearing her play the songs live. It's the complete control that Little Earthquakes didn't have, it's a better rock album than Rumours, it's more brilliant in its discipline than Hounds of Love or The Speckless Sky. It's better than even music maybe has the right to be, more precious than every assembled loss it arises from. It's bigger than me or you, and I tell you quite literally that I don't understand how a person subject to the same mortal rules could have made it. I've stayed up all night with it, tonight, with a computer in front of me and my hands on the keys, and have only really tried to type around it. The short version of this reaction, and the truest one, would simply have been silence; these thousands of evasive words and irrelevant digressions are merely a version of speechlessness. There is nothing I claim I can add to this album, no obscure points I think I should help to clarify, no clear truths I would hope to obfuscate. It doesn't get any better than this, I don't think it can't be made any better than it is by any action of mine, and trying to convince you of any of that through argument is too heartbreaking a prospect to contemplate."

17 novembre 2002

A Struggle for the President's Heart and Mind - Un récit de Bob Woodward: comment Colin Powell a imposé son point de vue à Bush sur l'Irak contre ceux de Cheney et Rumsfeld.
... At a principals' [Cheney, Rumsfeld, Powell, Rice] committee meeting without the president just before Bush left for New York, Cheney voiced his opposition to having the president ask specifically for new resolutions. It was a matter of tactics and of presidential credibility, the vice president argued. Suppose the president asked and the Security Council refused? Hussein was a master bluffer. He'd cheat and retreat, find a way to delay what was required. What was necessary was getting Hussein out of power. If he attacked the United States or anyone with the weapons of mass destruction available to him -- especially on a large scale -- the world would never forgive them for inaction and giving in to the impulse to engage in semantic debates in U.N. resolutions.
Rumsfeld said they needed to stand on principle, but he then posed a series of rhetorical questions, and did not come down hard about the language.

Cheney and Powell went at each other in a blistering argument. It was Powell's internationalism versus Cheney's unilateralism.

"I don't know if we got it or not," Powell told Armitage later.

The night before the speech, Bush spoke with Powell and Rice. He had decided he was going to ask for new resolutions. At first he thought he would authorize Powell and Rice to say after his speech that the United States would work on them with the United Nations. But he had concluded he might as well say it himself in the speech. He liked the policy headline to come directly from him. He ordered that a sentence be inserted near the top of Page 8, saying he would work with the U.N. Security Council for the necessary "resolutions." It was added to the next and final draft, No. 24.
...
Saddam's regime prepares for escape from Iraq
A senior Iraqi envoy has visited several Arab states to ask for asylum for key members of Saddam Hussein's regime in the event of its overthrow.

According to Western diplomatic sources, the envoy - General Ali Hasan al-Majid, known as 'Chemical Ali' to Iraqi Kurds for his role in the attack on Kurds at Halabja in 1988 - visited Algeria, Tunisia and Libya in September to sound out governments about asylum for senior Iraqi officials fleeing the collapse of the Ba'ath regime. Other reports have suggested that members of the regime have recently been in Syria to organise an overland route for Saddam's family to flee in the event of a massive US-led attack. However, all reports suggest Saddam himself would remain behind.

Although it is possible the story is being circulated by Western intelligence agencies to undermine morale within the regime, it seems likely there is much truth in these accounts.

16 novembre 2002

Mr. Resident - Long et passionant portrait d'Al Gore à la fin de 2002.
Alain Finkielkraut : «La catégorie de "réactionnaire" est fictive» - Attaqué dans un livre de Daniel Lindenberg comme "nouveau réactionnaire" et mis au pilori dans un article du "Monde Diplomatique" aux cotés de Jacques Julliard, Pascal Bruckner, André Glucksmann, Pierre Nora et BHL, dénoncés comme suppôts de "l'empire israélo-américain", Alain Finkielkraut répond à ses détracteurs et déplore la bipolarisation de la vie intellectuelle hexagonale entre "l'humanité et ses ennemis", le retour à la pensée binaire et la catégorie même de réactionnaire!

On aura deviné sans peine, à la lecture de ce blog, que son auteur se situe dans cette catégorie dite des "nouveaux réactionnaires", tout en en contestant fortement le terme. Le problème est que dans ce monde chaotique les catégories ont suivi l'état du monde et sont devenues plus floues. On peut:
- ne pas être raciste et être fermement contre l'slamisme radical,
- ne pas penser que le monde occidental est coupable de tous les malheurs du reste de la terre, sans nier sa responsabilité pour certains,
- penser que les idées dites "des Lumières" sont universelles et que tous les peuples y aspirent,
- ne pas être d'accord avec le relativisme culturel,
- être contre le misérabilisme et le populisme et être sincèrement soucieux du sort des défavorisés,
- penser qu'être citoyen comporte des droits et des devoirs,
- étre pour la responsabilité, la liberté individuelle et la démocratie, avant toutes choses,
- reconnaître que la globalisation de l'économie capitaliste n'est pas à rejeter mais à aménager et à contrôler,
- ne pas systématiquement blâmer la "société" pour ses malheurs ou pour son état, ou pour ses actions,
- aimer la modernité sans oublier et rejeter le passé et sans être fasciné par les gadgets,
- penser qu'il y a des guerres malheureusement moralement justifiées et nécessaires et d'autres inadmissibles, tout en sachant que toutes les guerres sont cruelles et qu'elles sont un ultime moyen d'action quand tous les autres sont épuisés,
- se souvenir avec respect et reconnaissance de ceux qui se sont sacrifiés pour notre liberté et notre indépendance,
- ne pas avoir une attitude monolithique, être tolérant et aimer la confrontation des idées plutôt que l'anathème et la violence, l'ouverture à une information diversifiée et la connaissance plutôt que le dogmatisme et l'ignorance,
- être pragmatique, considérer que les bonnes idées sont celles qui fonctionnent pas celles qui sont dictées par une idéologie de droite comme de gauche,
- penser que les Droits de l'Homme vont aussi avec le droit à vivre en sécurité,
- penser que religions et gouvernements doivent être séparés, défendre bec et ongle la laïcité contre les tentatives de subversion de toutes les religions,
- préferer la spiritualité à la religion,
- préferer la raison plutôt que la croyance ou l'idéologie,
- faire la différence entre patriotisme et nationalisme, reconnaître des vertus au premier et rejeter le second,
- reconnaître que l'idée du mal existe au coeur de l'homme,
- rejeter le fanatisme et le nihilisme comme expression du mal,
- ne pas blâmer les victimes du fanatisme et du terrorisme qui sont toujours injustifiés quelques soient les causes,
- critiquer les États-Unis d'Amérique quand on les trouve critiquables et non systématiquement et viscéralement, ne pas les penser comme ennemis mais comme amis et protecteurs, rivaux économiques parfois mais aussi partenaires,
- être pour une paix juste en Israël/Palestine pour les deux belligérants, sans céder aux sirènes populistes pro-palestiniennes,
- ne jamais oublier ni relativiser l'antisémitisme et la Shoah.

Et quand même voter pour la gauche et se sentir plutôt de gauche que de droite, ne pas se trouver "réac" mais ailleurs...
L'Élysée s'efforce d'apaiser l'"affaire Ferry" - Jalousie pour sa brillance intellectuelle, son élégance et son aisance, pour son livre qui vient de sortir et qui se vend bien, parce qu'il est de la "société civile" et non du sérail politique? Conflits avec son sous-ministre Xavier Darcos un proche de Juppé? Luc Ferry aurait été tancé par le Chef de l'État en plein Conseil des Ministres. Le Gouvernement cherche maintenant a réparer les dégâts. Qu'est-ce qu'un type comme Ferry est allé faire dans ce panier de crabe? Mystère!

13 novembre 2002

Meg Hourihan et Jason Kottke, sont à Paris pour un mois et publient sur leurs blogs respectifs une sorte de journal bien chouette de leur séjour.
La Route du Rhum: ça tabasse dur!

- Loïck Peyron, flotteur cassé, démâté a déclenché sa balise de détresse. Aux dernières nouvelles il va bien et attend les secours. 17h00:"Bon, ce que je pensais est arrivé. Mon flotteur tribord est actuellement posé sur le pont et le deuxième est dans un sale état ! J’ai eu beaucoup debastaques prisent dans mon safran bâbord, ce qui, lors du démâtage a arraché la partie arrière du flotteur. Il faut que je trouve une solution pour mon pilote automatique pour me mettre en vent arrière et soulager le flotteur. Je suis couvert d’huile car j’ai un vérin qui a explosé à côté de moi. Le pont est super glissant et couvert de carbone. Il y a quand même plus malheureux que moi... Je vais essayer de dormir un peu."

- Philippe Monnet a chaviré: 17h40: " Physiquement tout va bien, pour le reste, on ne peut pas en dire autant; les conditions ont été infernales depuis hier 19h et vers minuit et demie, le vent est passé peut être à 80, 90 ou 100 nœuds d'un seul coup. Sopra Group était à sec de toile mais une poche d'air s'est formée dans une des voiles d'avant et le bateau a chaviré dans la seconde. Vu les conditions, j'ai préféré attendre qu'il fasse jour avant de déclencher ma balise de détresse. Je suis remonté dans mon bateau et je me suis reposé car j'étais vraiment épuisé. Cela ne servait à rien de faire prendre des risques aux sauveteurs. "

- Alain Gautier (toujours en course): 18h30: " C’est magnifique et terrible, il y a beaucoup de mer et elle est blanche. Le vent est tombé à quarante noeuds. On progresse peu et la fatigue est intense, mais ça va. Bien sûr on est conscient que le risque de se retrouver sur le toît est grand alors on reste prudent car les changements de conditions sont extrêmement soudains et brutaux. "

- Michel Desjoyaux (toujours en course): 17h20: " J'ai tout affalé, je suis sous mât seul. Je progresse à 10 noeuds dans le 215°".

12 novembre 2002

A.S. Byatt (herself!) reviews Terry Pratchett 'The Night Watch' in the Guardian.
Stories both trap people in a continuum and console them with images of beginnings and ends. Pratchett is a master storyteller.

11 novembre 2002

A Bulletproof Mind - Un portrait des 'Special Forces'.
[via Bohellz]
Arte Radio - Merci à Chryde / Heures creuses de signaler ce site que je recommande à mon tour. Techniquement impeccable et intelligent pour un fond copieux d'émissions passionnantes. Il y en a pour tous les goûts. Une radio internet exemplaire à tous points de vue.
Hunting a Deadly Soviet Legacy - Un article du Washington Post qui fait froid dans le dos. Où sont les milliers de doses potentiellement létales de césium 137 utilisées par les soviétiques pour des expériences sur l'effet de la radioactivité sur la croissance des plantes?
So, Woody, Do You Feel Like Talking About It? - Woody Allen parle de la psychanalyse, de sa vie et de ses films.

10 novembre 2002

A partir de demain soir, Canal Jimmy diffuse la neuvième saison de 'NYPD Blue'. A raison de deux épisodes tous les lundis soir (c'est une manie, je voudrais que quelqu'un m'explique pourquoi à la télé française on diffuse des séries censées durer 24 semaines en douze, ça m'échappe!).
'NYPD Blue' commence à se faire vieille mais reste un bon show malgré une hémorragie de casting à peu près aussi dramatique que dans "Urgences". On comprend qu'un acteur trouve un peu longuet de jouer le même rôle pendant dix ans! La saison 10 a démarré le 24 septembre aux USA!
Autres bonnes séries inédites sur le câble en ce moment: 'Six Feet Under' (saison 2), le dimanche soir sur Jimmy, 'The Practice' (saison 4) sur Série Club le dimanche soir aussi et 'Sex & The City' (saison 4) sur Téva le mardi soir tard. Sans oublier l'excellent et immanquable 'Northern Exposure' ('Bienvenue en Alaska') (saison 4) sur Série Club le dimanche soir vers 23 h.

09 novembre 2002

Life on planet Pratchett - Terry Pratchett est l'un des auteurs de fantasy les plus connus en Grande-Bretagne. Comme le dit le Captain, dans son livre "Cartographie du merveilleux": "un pour cent de tous les livres vendus en Grande-Bretagne sont écrits par Pratchett". Pour A.F. Ruaud, "l'oeuvre de Pratchett compose un morceau de littérature charnu et roboratif, bourrée de réparties percutantes, de solide bon sens allié à un humour non moins costaud, de philosophie distillée l'air de rien, de jeux de mots redoutables, de détournements lumineux et de personnages attachants." Pratchett est un auteur qui se délecte de l'étrangeté de l'univers, qui puise dans la bizarrerie quotidienne la matière de ses livres et qui éprouve une boulimie d'écriture extraordinaire.

Il y a plusieurs catégories dans la prolifération de romans de Pratchett qui ont pour théâtre le "Discworld", un monde imaginaire: les romans qui ont pour héros les sorciers et en particulier le plus stupide et vénal d'entre eux, le nommé Rincewind, les romans des sorcières, Granny Weatherwax et consoeurs hilarantes, les romans de la Mort, personnage à part entière, très drôle et qui parle en italique et les romans du Guet ('The Watch') de la sombre citée de Ankh-Morporkh. Le dernier roman de Terry Pratchett : "Night Watch" se rattache à cette dernière catégorie.
Portrait d'Elie Barnavi, ex ambassadeur d'Israël en France.
Dream Anatomy - L'anatomie humaine est à la fois fascinante, répugnante, inquiétante et effrayante, elle a inspiré nombre d'artistes au cours des siècles. Pour illustrer l'anatomie, les artistes n'ont pas toujours été au plus près de la vérité scientifique mais souvent au plus près de leurs obsessions et de leurs idées. Exposition en ligne de l'US National Library of Medicine.
[Via boing-boing]

08 novembre 2002

Portrait de Loïck Peyron, navigateur attachant, au départ de sa 38ème transat et 16ème en solitaire. Godspeed Loïck!
Élèves et anciens Gadz'arts font régner la loi du bizutage - Si vous voulez avoir une petite idée, rien qu'une, de la connerie humaine bien épaisse il faut lire cet article et les justifications apportées à la nécessité de bizuter les nouveaux élèves.

Notez bien ce qui arrive à ceux qui refusent (parce qu'ils en on le droit) l'usinage: "La plupart des 1re année se soumettent afin de ne pas être exclus du groupe. Ceux qui refusent la PTT sont en effet placés hors usinage (HU). Ils ne peuvent adhérer à l'association des élèves qui gère de nombreuses activités, ne sont pas "baptisés", et donc pas considérés comme des gadz'arts. Sur l'annuaire des anciens, longtemps primordial pour trouver un emploi, le nom des ingénieurs HU est écrit en italique."

Ca se passe en France, de nos jours, et c'est la future élite de la nation qui s'illustre avec ces comportements de néandertaliens!
Interpol craint une vague d'attentats simultanés
PARIS (Reuters) - Le secrétaire général d'Interpol affirme dans une rare mise en garde qu'Al Qaïda prépare actuellement "une opération terroriste d'envergure" par le biais d'attentats simultanés dans plusieurs pays.

Dans une interview au Figaro, daté du 8 novembre, Ronald K. Noble ajoute qu'Oussama ben Laden est toujours en vie et que l'attentat de Bali ou la prise d'otages de Moscou s'inscrivent dans "un contexte de globalisation de la terreur". "Il se trame quelque chose d'inquiétant", déclare le responsable de l'organisation policière internationale, basée à Lyon. "Tous les spécialistes du renseignement s'accordent pour dire qu'en ce moment même Al Qaïda prépare une opération terroriste d'envergure, des attaques simultanées qui ne viseraient pas seulement les Etats-Unis, mais plusieurs pays à la fois", ajoute-t-il.
Al Qaida : les inquiétudes du patron d'Interpol
Le risque demeure planétaire. Aucun pays ne doit se croire à l'abri, sous prétexte que la dernière vague d'attentats s'est produite en Asie. Ces rapprochements géographiques ne veulent rien dire. Ces terroristes frappent où ils veulent, quand ils veulent. Ni le Canada, ni l'Afrique noire, ni l'Australie ne peuvent être considérées comme des zones protégées. Consciente du danger, l'Australie vient de dépêcher un policier à Interpol pour travailler uniquement sur le terrorisme. Dès qu'un pays comporte une économie de marché, de gens qui voyagent, des ambassades, un brassage de nationalités, il devient une cible potentielle. Même des individus isolés, comme le journaliste Daniel Pearl, peuvent être visés.
What blogger are you?
Il y a des jours qui commencent mal: ce matin je me suis rendormis pendant une demi-heure après la sonnerie du réveil, ce qui m'a mis sérieusement à la bourre (je n'ai pas à proprement parler d'horaires à mon travail, mais quand même il y a une heure décente et une heure qui fait pas sérieux!), ensuite, et pour la deuxième fois de la semaine, j'ai raté la station de métro où je termine mon voyage quotidien (Montparnasse-Bienvenüe) parce que j'étais absorbé par ma lecture! La première fois je suis descendu à Pasteur et j'ai pris le métro dans l'autre sens, ce matin, je suis descendu à Falguière et j'ai rejoint mon lieu de travail à pied.

07 novembre 2002

Wasabi : du fort, parfois du faux ~ Décevant! Le Wasabi qu'on met dans la sauce soja dans nos restaux japonais ne serait qu'un pâle ersatz du Wasabi authentique: "ce petit tas vert à côté de votre sushi n'est en général rien d'autre que du raifort, de la moutarde et un colorant alimentaire vert vif". Pffff....!

06 novembre 2002

Joseph Duemer, at "Reading & Writing" has a lexicon for Democrats.
William Saletan from "Slate" is blogging the elections, despite the fact that he's against blogging!...
USA: les républicains réalisent un doublé historique au Congrès ~ Incontestablement c'est une victoire personnelle pour George W. Bush qui a beaucoup payé de sa personne pendant la campagne électorale. Une victoire historique puisqu'il est rare que le parti d'un président en exercice n'encaisse pas de lourdes pertes aux élections de mi-mandat (seuls Franklin Roosevelt et... Bill Clinton lors de son deuxième mandat, l'avaient fait). Et une victoire importante pour Bush, puisque mal élu en 2000, il acquiert avec ces élections législatives une plus grande légitimité.

Mais c'est une courte victoire, en effet le Sénat est de nouveau à majorité républicaine mais avec une très faible majorité et la Chambre des Représentants le reste mais avec une majorité très courte aussi, bien que plus importante que lors de la dernière législature. On sait qu'aux USA les sénateurs et députés ont une certaine latitude de vote, il y a toujours quelques "mavericks" d'un bord ou de l'autre pour voter avec l'adversaire quand le cas se présente et de nombreuses tractations et marchandages pour voter les lois. On se rappellera que Bill Clinton, par exemple n'avait pas été destitué alors que le sénat était à majorité républicaine et que ce même sénat à majorité démocrate cette fois-ci avait "tué" son projet de couverture sociale universelle.

Les conséquences seront sans doute importantes sur le plan de la politique intérieure des USA; sur la question de l'Irak peu de choses à attendre car le congrès avait déjà, et malgré la majorité démocrate d'alors au sénat, donné quasiment carte blanche au président.

05 novembre 2002

Browsing the web today:
On the New Frontier, Succumbing to Solitude - Michiko Kakutani reviews "Great Dream of Heaven" from Sam Shepard. Sleep Is One Thing Missing in Busy Teenage Lives - Teenagers don't sleep enough, and later is the better. The Natural - Is George W. Bush a dimwitted cowboy or not? Maybe not. Jeremy Paxman: you ask the questions - My favorite british anchorman, is publishing a new book: 'The Political Animal – An Anatomy'. Headphone evolution - Interesting for Walkman aficionados. The unexamined thug life - Makers of an ill-fated indie film about L.A. gangbangers claim that a fear of unruly black audiences has prompted theater owners to shun their work.
The Wild Card
One of the many peculiarities of George Catlin's life and work is that while he is known as the painter of American Indian life, and is usually written about in purely historical and ethnographic terms, his pictures linger in the mind as the work of a virtuoso —an artist who wants nothing more than to show off his brilliant, improvisatory technique. It's hard to think of another nineteenth-century American painter whose painting hand is so joyously visible, or whose work continues to present, as Catlin's does, such a sense of artistic freedom and spontaneity. When we look at his various landscapes of the Plains, or his views of Indian life or of buffalo hunts, or his intense and glowing portraits of individual Sioux, say, or Mandan or Pawnee, what we see is the shimmering paintwork as much as the person or place. Catlin's pictures are bound to make many viewers reflect on the troubled history of Native Americans in their own land, but in the way he turns painting into a matter of bright, glistening color, satiny surfaces, poetically awkward drawing, and a muscular physicality, he can make another set of viewers think as easily of Raoul Dufy or Alex Katz.
Il vit pour la première fois des indiens en 1828 à Philadelphie, à dater de ce jour la passion de George Catlin fut de peindre ces magnifiques "peaux rouges" et leur cadre de vie. Pour les saisir sur le vif il devint aventurier et explora les contrées qui devinrent plus tard le Wisconsin, Minnesota, Oklahoma, Arkansas, Dakotas et Montana, avec la volonté d'immortaliser ces peuples et ces paysages de l'ouest dont il avait l'intuition qu'ils ne survivraient pas à l'avancée de l'homme blanc.

Mais Catlin n'était pas seulement un amoureux de la prairie, il pouvait être insensible et prêt à tout pour parvenir à ses fins et faire de l'argent avec ses tableaux et ses indiens, il n'était pas très bon 'businessman' cependant et dans ce domaine tous ses efforts furent des échecs. Restent ses tableaux, indispensables témoins d'une époque: la conquête de l'ouest et d'une civilisation.
Magnifique photo de l'ISS (International Space Station)
Via un blog d'Alaska: CraigLog
Un amour de cimetière ~ Bertrand Beyern est un fin connaisseur des cimetières et du Père-Lachaise en particulier. Ses visites ont l'air passionantes. J'ai toujours beaucoup aimé le Père-Lachaise, le plus grand cimetière de Paris, c'est un endroit calme et riche quoiqu'un peu trop encombré (par endroit la densité de tombes est trop importante), juché sur un petite colline d'où on a une jolie vue sur la capitale, vert et parsemé de curiosités d'architecture funéraire.
Les caveaux "Ça m'suffit" avec leurs chagrins anonymes et leurs plaques de marbre passe-partout sont plus nombreux mais moins risibles que les chapelles néogothiques, les monuments pompeux, les mausolées boursouflés de ceux qui tiennent souvent plus de place qu'ils n'ont laissé de vide. Ainsi de l'énorme confiserie des chocolatiers Menier, du sarcophage de Félix Potin, roi des épiciers, du monument pharaonico-napoléonien du petit Aldolphe Thiers (1,55 m) qui écrasa la Commune dans le sang ou de la stèle ronflante de tel illustre "chef de centre aux chèques postaux hors classe honoraire". La palme de l'autocélébration revient peut-être au comédien Léon Noël, qui fit immortaliser dans la pierre la critique qu'un feuilletoniste pondit sur lui en 1893: "Comme que je ne cesse de le répéter depuis dix ans, c'est un des meilleurs comédiens de ce temps."
White Apple ~ Je ne connais Jonathan Carrol autrement que par ce qu'en a écrit le Captain et Iokannaan, mais son journal d'écrivain sur le web mérite d'être lu. C'est aussi plaisant que celui de son célèbrissime collègue Neil Gaiman.

04 novembre 2002

Après un week-end prolongé en province, je suis tout heureux de retrouver Paris. Je me dis qu'il n'y a pas beaucoup d'endroits où je me sente bien, et de plus en plus, bien que je sois content de temps à autre d'aller ailleurs et de voir du monde, j'ai de plus en plus de mal à passer de l'autre coté du Périphérique!

Mes villes préférées sont dans l'ordre Paris, New-York et Londres. Parfois je m'arrête sur le trottoir et je me dis que j'ai vraiment une chance inouïe de vivre à Paris. C'est un "bonheur parisien" et ça m'arrive très souvent, c'est déclénché par une vue fugitive, une passante ou un passant, un reflet de soleil sur un toit de zinc, la qualité de la lumière, le ciel aperçu au dessus des toits, un bel immeuble, une jolie frise, un mascaron, les feuilles d'automne aux arbres, la bruine douce et douillette qui vient de l'Atlantique et qui fait luire le pavé, les lumières du soir, un réverbère allumé...! Nombre de fois aussi, j'ai envie de péter la gueule à tous les passagers de ma voiture de métro ou de bus, ou au c... d'automobiliste qui vient de klaxonner ou de me refuser la priorité sur un passage protégé, ou au gros c... qui ne ramasse pas la merde de son chien, mais c'est le prix à payer quand on vit en ville et franchement je n'aimerai pas vivre ailleurs!
'A hell of an earthquake' ~ Un tremblement de terre de 7,9 sur l'échelle de Richter a secoué l'Alaska! 7,9 ça c'est un "big one"! L'Alaska étant faiblement peuplé il n'y a pas de victimes, mais beaucoup de dommages. Le pipe-line qui traverse l'Alaska a été endomagé mais il n'ya pas eu de fuites signalées.
The lost adventure of childhood ~ Michael Chabon parle de son dernier livre "Summerland" dans Salon.

02 novembre 2002

The dark, Gothic past of Michel Faber
Something terrible happened a long time ago to Michel Faber, the author of "The Crimson Petal and the White." He is not sure what it was - he has few memories before the age of 7, he said. But he said he knows that things were so turbulent in his family that his mother severed ties with her two older children, his half-brother and half-sister, and still refuses to discuss them.
Oh, Faber mentioned in a recent interview, almost as an afterthought: There was the time, when he was 5 or 6, that he was hospitalized because he stopped eating and drinking. "Looking back on it with the perspective of an adult, it was very clear that I was seriously depressed, and I was trying to die," Faber said. "Not having specific memories, I can't confidently say what that was all about. All I can think of was that there was so much grief in my environment to do with the unfortunate disappearance of my siblings that I just decided it would be easier on everyone if I didn't exist."
Faber, 42, related all this with a serene matter-of-factness that did not waver, whether he was discussing his inexplicable lack of a sense of smell, ordering his tarte Tatin, describing the crippling bouts of despair that sometimes consume him or speaking of the extensive research into the minutiae of Victorian life that underlies "The Crimson Petal and the White."

01 novembre 2002

Fear stalks Shepard's West ~ Review of "Great Dreams of Heaven".
Fear coils beneath the stories in "Great Dream of Heaven," surfacing now and again in the scared eyes of a teenager or the terrified imaginings of a lonely gas station clerk. Some fear springs naturally from a scene's violence, real or implied, such as when a party guest winds up on the wrong end of a loaded gun. The more complex characters are scared of failure, loss or loneliness.
Of course, the writing reveals other strong emotions, all those that make a Sam Shepard story as familiar as an old leather saddle: sexual desire, antagonism, jealousy and regret. But fear dominates this book much more than Shepard's classic 1996 collection of short stories, "Cruising Paradise."
«Six Feet under», série mortelle ~ Oui, excellente cette série HBO (comme les Sopranos et Sex & The City), on l' a déjà dit. La deuxième saison est commencée depuis six épisodes sur Canal Jimmy (dimanche soir, deux épisodes, Canal Jimmy reprend les détestables habitudes de diffusion des chaînes hertziennes après les avoir, avec raison, tant décrié!), et c'est bien, très bien, plus sombre que la première saison, avec plus d'incertitudes sur le sort des personnages, mais passionnant. Le producteur de la série, Alan Ball, dit :"Six Feet under est un soap opera existentiel qui ne parle que de la vie à travers le prisme de la mort". Soap Opera existentiel, c'est exactement ça.

31 octobre 2002

Browsing the web today:
Sleight of hand - and a classic Euro fudge - "You might ask why rich farmers deserve more subsidy than poor farmers, but beware of President Chirac shouting at you." Run DMC DJ shot dead in New York - Another victim of the hip-hop war? Popular Weed Killer Feminizes Native Leopard Frogs Across Midwest - When a he-frog become a she-frog by the grace of man's polutant. What was mine - After Columbine. A conversation with Wim Wenders. Paul Wellstone remembered - Minnesota Senator was killed in a plane crash last week. The defining moments in digital culture - Internet great moments [via I love everything]. So Long, Fellow Travelers - Christopher Hitchens lashes out at his once fellow leftists. In Guantanamo - A long piece on Camp Delta prison camp.
Le cocktail Sarkozy
On appelle ça la politique. C’est un métier. Sarkozy joue une partie classique. Flatter son propre camp, pour se garantir. Et en même temps bloquer l’adversaire. Exacerber ses contradictions. Et lui taper dessus, pour faire bon poids. Lionel Jospin, à sa meilleure période, ne procédait pas autrement. Lui aussi matraquait l’opposition pour rassembler sa propre famille. Lui aussi préemptait des thèmes qui ne lui appartenaient pas, de la maîtrise de l’immigration à la sécurité, justement, privant ainsi d’espace une opposition tétanisée, exaspérée. Mais Sarkozy possède deux atouts supplémentaires. L’unité de son camp – quand la gauche était et reste profondément divisée sur les questions de police et de justice. Et un don certain pour les coups politiques. Il mûrissait depuis un moment son initiative sur la double peine. Elle est venue juste à point, avant un meeting des opposants à cette mesure. Méthode «Sarko». Il ne répond pas, il anticipe. Il contourne. L’été dernier, le rôle de Tavernier était tenu par Guy Bedos: l’humoriste engagé, qui détestait Jospin pour n’avoir régularisé «que» 80000 sans-papiers, s’inclinait devant l’humanité de Sarkozy, assez bon pour envisager de ne pas en expulser quelques milliers. Aimables, naïfs opposants… Il suffit à Sarkozy de suggérer, même pas de promettre, et les voilà désarmés. Les socialistes enragent. Regrettent leurs propres erreurs. Ce qu’ils n’ont pas fait, pas dit à temps, quand ils le pouvaient encore. Ils attendent que cesse le numéro de jongleur. Que l’illusion se dissipe. Tout arrive, paraît-il...

Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, qu'on trouve sa loi scélérate ou nécessaire, il faut reconnaître à Nicolas Sarkozy un sacré tempérament de politicien! Un vrai de vrai. Il avait soutenu Baladur et s'était cassé lourdement la figure, qu'à cela ne tienne il est revenu! C'est pas lui qui aurai mis un terme à sa carrière politique comme l'a fait Jospin après un échec, même cuisant. Il faut dire que Sarkozy a toujours dit qu'il aimait la politique, que c'était le plus beau métier du monde, alors que Jospin... on avait le sentiment qu'il n'aimait pas vraiment ça. Sarko il a ça dans le sang, et comme le dit Françoise Giroud dans ce même Nouvel'Obs, "il est en train de faire un enfant dans le dos à la gauche"!
Eighteen seconds before sunrise - an official sigur rós website ~ J'aime beaucoup la musique de ce groupe islandais qui vient de sortir un nouveau disque dont le titre est ( )! Sigur Ros (prononcer si-ur ros en roulant le "r") c'est quatre musiciens qui jouent une musique à base de rock planant extraordinairement inventive et réjouissante, certes un peu austère. Pour l'admirateur que je suis des Norvégiens Jan Garbarek et Terje Rypdal, je vois une parenté certaine entre ces musiciens du grand nord: les uns se rattachant au jazz et à la musique classique, les autres au rock.
NB: en vistant le site web vous apprendrez nombre de choses sur le groupe, son nom, ses membres, la langue employée...

30 octobre 2002

Browsing the web today:
Dial 'H' for Hostage - Livejournal.com is the new source of alternative news for Russian. 'Extraordinary' woolly rhino finds - Once upon a time they roamed free in England green and pleasant land. Le truth about 'le row' - Chirac/Blair, 'the engueulade' or 'le row'? Euroseptics smirk. War movies and face time: Welcome aboard Air Force One - W. likes ESPN rather than CNN, and a brief history of the Plane. Web of trust - If you like surfing the web, it is probably because you believe people are basically good [Via Rebecca's Pocket]. United States Military Operations - Looks like titles from Clancy's novels [Via Metafilter]. Interview: Umberto Eco.
Quelques recherches qui ont abouti sur Douze lunes ces derniers jours:
- "je dors en ce moment mais laisser moi un message doux", gentil!
- "iranien light tank", what?
- "bali bombing victimes photos", beurk! no way José.
- "photos de la ville de ladignac le long", pas là, désolé!
- "chickens coming home to roost etymology", ahem! pas là non plus.
- "kouign a man", de la farine, des oeufs, du beurre (beaucoup) et une pelle à béton!
Tony Blair et Jacques Chirac reportent le sommet du Touquet ~ Le torchon brule entre Chirac et Blair à propos de la Politique Agricole Commune et autres affaires Européennes. Les deux chefs d'état se seraient même sérieusement accrochés en anglo-français lors du dernier sommet! Chirac aurait déclaré: "You have been very rude, and I have never been spoken to like this before"! (Vous avez été très impoli et on ne m'avait jamais parlé comme ça avant)... Well, well, et pourquoi la dispute? Des affaires de gros sous, il n'y a rien de tel pour se fâcher! Maintenant chacun boude dans son coin. C'est beau l'Europe!
Tout le monde doit être au courant, maintenant, mais pour ceux qui ne le seraient pas, Blogger a été piraté le 25 Octobre pendant une heure et quelques. D'après Ev tout est rentré dans l'ordre et il n'y a pas de dommages, mais ce n'est pas une raison pour ne pas changer vos mots de passe...
Qu'est-ce que je lis en ce moment?
Il y a une pile de bouquins qui s'élève de plus en plus haut près de mon lit (à lire d'urgence), plus ceux que j'ai rangé en me disant que je les lirai plus tard, le plus tard étant totalement indéfini (mais qui ne garde pas l'espoir...). Mais l'autre jour je suis passé chez WS Smith, rue de Rivoli, et j'ai acheté quelques bouquins dont deux que je suis en train de lire:
- Summerland -Michael Chabon
- Great Dreams of Heaven - Sam Shepard

Le premier est un livre "pour la jeunesse" comme on dit. Les premiers chapitres sont assez prenants, pour le moment j'aime bien. J'adore ce qu'écrit Michael Chabon (qui a un site web très cool), j'avais beaucoup aimé "The Amazing Adventures of Kavalier & Clay" et "Werewolves in Their Youth".

Le second est un recueil de courtes nouvelles, poèmes et poèmes en prose, de l'auteur de théâtre, acteur et scénariste (et musicien dans sa jeunesse): Sam Shepard, dont j'ai déjà parlé l'autre jour. Dans le même "format", Sam Shepard est l'auteur des superbes "Motel Chronicles, suivi de Hawk Moon", et de "Cruising Paradise" (tous traduits en français chez 10/18).

Lire ce genre de choses me change un peu, depuis quelques temps j'étais plongé dans des livres de politique (Revel, Encel, Lewis etc...), mais je suis saturé!...

28 octobre 2002

Russia tries to stem scandal over gas victims (Guardian) ~ Article bien documenté sur la tragédie de Moscou.
As hundreds of relatives crowded outside hospitals for a second day pleading for news on whether their loved ones were dead or alive, evening news programmes on mainly pro-Kremlin media were forced to start covering their anger and confusion. All but two of the 117 hostages so far confirmed dead in the Moscow theatre siege died of gas poisoning, the city's top doctor said yesterday.
Andrei Seltsovsky, chairman of Moscow's city health committee, said only two of the 800 or so hostages had died from gunshot wounds when elite troops stormed the theatre early on Saturday. Still in hospital were 646 of the freed hostages, of whom 150 were in intensive care and 45 were "in a grave condition". Two women had not yet regained consciousness.
The authorities initially refused to tell doctors what the gas was, compounding the difficulties of treating patients with antidotes.
[.../...]
It was too early to say how far public support for Mr Putin's decision not to negotiate will be eroded by the authorities' decision to use the gas and their insensitivity towards the hostages' families after the siege. There is little sympathy in Russia for the Chechen cause. But many Muscovites are wondering how the hostage-takers could smuggle so much weaponry into the city and then have 50 people drive up to a building in full uniform. Some see it as further proof of a breakdown in law and order and proof that some police or army officials can be bribed into collaborating with the Chechens. Muscovites are also wondering whether such terrorism will be repeated.

Via Netlex, qui sur ce sujet et celui de la guerre en Tchétchènie a réuni un très vaste choix de documents.
Les plus attentifs auront noté que j’ai enlevé les boites de commentaires, d'une part parce qu’il y a environ un commentaire toutes les trois semaines et que ça ne sert donc à pas grand chose. D’autre part, étant responsable de ce qui s’écrit sur ce petit site, même si je n’en suis pas l’auteur, je serais ennuyé d’avoir à exercer une censure le cas échéant. Si ce que j’écris vous inspire une réflexion, une réaction ou une indignation, vous pouvez m’écrire, les e-mails reçus en rapport avec ce blog pourront faire l’objet d’une publication ici, si je l’entends ainsi et si leurs auteurs l’acceptent.
Le conflit Tchétchène à durablement affecté les relations entre le pouvoir politique russe et l’armée que le politique a de plus en plus de mal à contrôler surtout en Tchétchènie, quelles seront les conséquences de l’attaque terroriste de Moscou sur ce conflit et sur ces relations?
- Le Kremlin, l'armée et la guerre (Le Figaro)

27 octobre 2002

Noah Grey Sequoia 2002 ~ Magnifique collection de photographies.

26 octobre 2002

Varieties of Religious Experience ~ A short story by John Updike. (The Atlantic Monthly).
Netlex parle de Plan B: une expérience d'écriture par le mode weblog, un "blognovel", un roman en épisode en train de se créer?
Diego Doval, l'initiateur de "Plan B" reponds:
Short answer: Plan B is an experiment in writing.

Long answer: Stories usually have a strong element of time built into them, just like a weblog. A weblog, however, is a story where the beginning changes every day: what we see is the last element that was posted. The question that Plan B is trying to answer is: is it possible to create a story that makes sense, keeps the reader engaged, and yet can be "consumed" in bits and pieces, maybe even in any order? This is not the same as a hypertextual story (some of which have been attempted in the past, both in book form and electronically). The idea here is that the time dimension exists --and is relevant-- if you look for it (say, by starting to read it from the first entry) but each entry can also be read as an independent element. Ideally (as I mentioned before), you should also be able to navigate the text in different directions, which means that the story will be more "experiential" than plot-oriented. I hate plot-oriented stories anyway.
After Failures, Boasts Big and Small (NYT) ~ L'histoire du sniper présumé, ça ressemble à une chanson de Bruce Springsteen, un roman de Stewart O'Nan ou une nouvelle de Raymond Carver ou de Sam Shepard. Sauf que les dix victimes sont bien réelles.
The appearance and demeanor of the man, John Allen Muhammad, startled his younger cousin Edward Holiday, who had grown up idolizing him. Mr. Muhammad had turned up here a few months before, for the first time in years, awash in confidence and apparent success, Mr. Holiday said. Then, he had bragged about buying his wife a Jaguar and spoke of owning an aerobics studio in the Caribbean.
But on this second, unexpected visit to his childhood neighborhood, Mr. Muhammad, 41, brought a teenager he introduced as his son, John Lee Malvo, and he could not afford a meal. "I suspected he was hitting rock bottom," Mr. Holiday recalled. "I felt like he was going through some hard times."
Another cousin, Reginald Holiday, ferried Mr. Muhammad around town to visit family and friends. He noticed that he was carrying a long bag, the type used to transport a rifle, on his trip south from Washington State.
"He told me he had a gun, because I was teasing him," Reginald Holiday recounted. "I said, `Shoot, John, there ain't no deer up there in Washington, is there?' He said it was something he kept from the service."
Heure d'hiver. On passe à l'heure d'hiver dans la nuit de Samedi à Dimanche, à trois heures du matin il sera deux heures. Ca veut dire une heure de plus ce week-end mais aussi que la nuit va tomber une heure plus tôt. C'est l'hiver... Pourquoi ne reste-t-on pas à l'heure d'été tout le temps?
Arts & Letters Daily est de retour, ayant trouvé un nouveau financeur.

24 octobre 2002

Yahoo! Actualités - La prise d'otages à Moscou a déjà fait au moins un mort ~ "MOSCOU (Reuters) - Une quarantaine de rebelles séparatistes exigeant le retrait des troupes russes de Tchétchénie menaçaient toujours jeudi soir de faire exploser le théâtre de Moscou dans lequel ils retiennent jusqu'à 700 otages depuis la veille au soir.
Armés de grenades, de fusils et d'explosifs, ils ont tué au moins une femme qui a tenté de s'échapper mercredi lorsqu'ils ont pris le théâtre. Deux autres femmes ont réussi à s'enfuir jeudi, mais l'une d'elles a été blessée. [...]
La chaîne de télévision qatarie Al Djazira a diffusé des images de rebelles tchétchènes se disant prêts à mourir pour leur indépendance et à tuer les otages "infidèles" du théâtre moscovite. La chaîne satellitaire arabophone n'a toutefois précisé ni quand ni où ces images avaient été enregistrées."
Yahoo! News - Two Men Arrested in Sniper Case ~ "Montgomery County State's Attorney Douglas Gansler said state and federal prosecutors would meet Friday morning to discuss charges against John Allen Muhammad, 41, and 17-year-old John Lee Malvo. But law-enforcement sources told The Associated Press investigators were certain they had the culprits.
One source, speaking on condition of anonymity, said a gun found in the suspects' car appeared to use .223-caliber bullets — the fatal calling card in the attacks that began Oct. 2 with the killing of James D. Martin in a grocery store parking lot in Wheaton, Md.
Police also found a scope and tripod in the car, the official said."
A.P.
Nick Hornby Top Ten ~ L'auteur de Haute Fidélité liste les dix albums sans lesquels il ne pourrait survivre.
Les bombes totalitaires Jacques Julliard (Le Nouvel Obs') ~ Courageux et clairvoyant Jacques Julliard, tout cet édito serait à citer, lisez-le.
Que faire? C’est simple: se garder de l’angélisme; éviter l’amalgame.
Se garder de l’angélisme, c’est se convaincre que l’on a bel et bien affaire à une entreprise totalitaire. La confusion qui s’est introduite à propos du totalitarisme provient de ce que historiquement il a tourné à une confrontation entre le nazisme et le communisme, de sorte que les gens réagissent, non à l’examen des données objectives qui justifient la comparaison, mais en fonction de leur plus ou moins grande proximité à l’égard du communisme. La considération d’un totalitarisme islamiste en formation devrait dissiper le malentendu. Nous avons affaire, non à une entreprise policière visant à éliminer l’ennemi, mais bel et bien à une entreprise totalitaire tendant à annihiler les volontés et faire accepter le pire comme une chose normale. Le terrorisme islamiste abolit la politique, fondée, comme dit Carl Schmitt, sur la distinction de l’ami et de l’ennemi, au profit d’une entreprise de terreur généralisée, visant au contrôle des consciences. Toute espèce de compréhension à l’égard de cette entreprise, visant à l’excuser en raison de la prétendue culpabilité de la victime, relève d’une capitulation morale et intellectuelle.
Nicolas Sarkozy se veut le défenseur de la "France des oubliés" (Le Monde) ~ "Les droits de l'Homme cela vaut aussi, et d'abord pour les victimes!" Nicolas Sarkozy défend, dans Le Monde son projet de loi. Les cris outragés à gauche, (relayés avec beaucoup de réticences, d'ailleurs, par plusieurs membres du Parti Socialiste) montre que la gauche n'a rien appris de sa défaite du 21 avril 2002. Tant qu'on considérera, au mépris de toutes les preuves, par idéologie gauchisante ou bien-pensance angélique catho de gauche, que l'insécurité urbaine et suburbaine n'existe que dans la tête du beauf' moyen, on continuera à s'aliener cette fameuse France d'en bas. Le sentiment d'insécurité ne vient pas de l'éther, ce n'est pas une légende, contrairement à ce qu'on dit généralement, les média ne font que montrer une réalité, même si elle est partielle, et c'est le devoir d'un gouvernement d'assurer la sécurité publique et le sentiment de sécurité publique. Bien sûr qu'il faut de la prévention, bien sûr qu'il faut s'attaquer aux causes de la pauvreté, de la non-intégration, de l'acculturation et de la démission des parents, bien sûr qu'il faut des éducateurs... Mais commençons par l'urgence, et l'urgence est de restaurer l'autorité de l'état et de ses représentants, de renforcer les moyens de ceux qui nous protègent: les policiers, de rétablir la sécurité publique, de protéger les citoyens. Stocker les empreintes génétique des délinquants sexuels, réprimer la mendicité agressive, arréter les marchands de sommeils, empêcher cet esclavage insane qu'est la prostitution... C'est ça la guerre contre les pauvres? Montesquieu disait qu "il faut aux hommes un peu de logique et un peu de morale"!
Lire aussi dans Le Monde cette opinion intitulée "Sécurité : répudier l'angélisme" par Philippe Bilger, avocat général près la cour d'appel de Paris.

22 octobre 2002

La stratégie du protoplasme (Le Figaro) ~ Eric Dénécé, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement analyse avec pertinence la stratégie d'Al Qaida qui consiste à frapper l'occident n'importe où et là ou elle le décide sur tous les continents (à ce jour seuls l'Europe et l'Amérique latine sont épargnés, mais pour combien de temps encore), contre tous les secteurs économiques, avec un mode opératoire combinant petites actions et attentats spectaculaires en "filialisant" les groupes extrémistes locaux voire des individus isolés.
Et l'auteur de conclure:
La poursuite des attentats, plus qu'une hypothèse, est une réalité, d'autant que la traque des terroristes n'en est qu'à ses débuts. Il nous faut désormais comprendre que nous sommes confrontés à un phénomène qui ne disparaîtra pas en quelques mois, quels que soient les moyens mis en oeuvre. Il suffit de considérer les situations en Irlande du Nord (où l'IRA et les Britanniques s'affrontent depuis 1920) et en Palestine (ou Arabes et Juifs s'opposent depuis les années 1930) pour saisir la complexité de la lutte antiterroriste. En effet, dans ces deux conflits, les effectifs terroristes n'excèdent pas quelques centaines d'hommes, dotés d'armement conventionnel, sur un théâtre plus ou moins limité. Al Qaida nous lance un tout autre défi, à l'échelle du globe et avec la possibilité d'emploi d'armes de destruction massive.

Il convient donc de se préparer pour une lutte de longue durée, car c'est une véritable guerre dans laquelle nous sommes engagés. Elle sera marquée par son cortège de deuils et d'horreurs, mais nous avons les moyens de stériliser ce protoplasme. Forces de sécurité, unités militaires et services de renseignement vont devoir s'adapter à ce nouveau contexte et définir de nouvelles règles d'action. Les populations occidentales devront apprendre, à l'image des Israéliens, à vivre avec cette menace permanente, à faire preuve de vigilance et de civisme.
La cible Sarkozy (Le Figaro)
Six mois, jour pour jour, après l'historique premier tour de l'élection présidentielle, des sondages font le bilan. Les politiques ont-ils retenu l'avertissement du 21 avril ? Les réponses ne sont guère enthousiastes. En revanche, sur la sécurité, thème majeur de la campagne, sept Français sur dix, sympathisants de droite et de gauche confondus, estiment justifiées les mesures du gouvernement. On ne sait si la France d'en bas est davantage une formule qu'une réalité. Il est une certitude : un précipice sépare les attentes des Français du discours des « droits-de-l'hommistes » professionnels.
La guerre contre les pauvres est déclarée, disent-ils. D'où s'expriment-ils ? Certainement pas depuis les quartiers où la loi n'est plus respectée depuis longtemps. Dans ces zones où, justement, les plus faibles – enfants, femmes seules, personnes âgées – sont à la merci de tous les malfaisants, délinquants, trafiquants. Là plus qu'ailleurs, c'est l'insécurité qui opprime, pas la loi.