31 octobre 2002

Browsing the web today:
Sleight of hand - and a classic Euro fudge - "You might ask why rich farmers deserve more subsidy than poor farmers, but beware of President Chirac shouting at you." Run DMC DJ shot dead in New York - Another victim of the hip-hop war? Popular Weed Killer Feminizes Native Leopard Frogs Across Midwest - When a he-frog become a she-frog by the grace of man's polutant. What was mine - After Columbine. A conversation with Wim Wenders. Paul Wellstone remembered - Minnesota Senator was killed in a plane crash last week. The defining moments in digital culture - Internet great moments [via I love everything]. So Long, Fellow Travelers - Christopher Hitchens lashes out at his once fellow leftists. In Guantanamo - A long piece on Camp Delta prison camp.
Le cocktail Sarkozy
On appelle ça la politique. C’est un métier. Sarkozy joue une partie classique. Flatter son propre camp, pour se garantir. Et en même temps bloquer l’adversaire. Exacerber ses contradictions. Et lui taper dessus, pour faire bon poids. Lionel Jospin, à sa meilleure période, ne procédait pas autrement. Lui aussi matraquait l’opposition pour rassembler sa propre famille. Lui aussi préemptait des thèmes qui ne lui appartenaient pas, de la maîtrise de l’immigration à la sécurité, justement, privant ainsi d’espace une opposition tétanisée, exaspérée. Mais Sarkozy possède deux atouts supplémentaires. L’unité de son camp – quand la gauche était et reste profondément divisée sur les questions de police et de justice. Et un don certain pour les coups politiques. Il mûrissait depuis un moment son initiative sur la double peine. Elle est venue juste à point, avant un meeting des opposants à cette mesure. Méthode «Sarko». Il ne répond pas, il anticipe. Il contourne. L’été dernier, le rôle de Tavernier était tenu par Guy Bedos: l’humoriste engagé, qui détestait Jospin pour n’avoir régularisé «que» 80000 sans-papiers, s’inclinait devant l’humanité de Sarkozy, assez bon pour envisager de ne pas en expulser quelques milliers. Aimables, naïfs opposants… Il suffit à Sarkozy de suggérer, même pas de promettre, et les voilà désarmés. Les socialistes enragent. Regrettent leurs propres erreurs. Ce qu’ils n’ont pas fait, pas dit à temps, quand ils le pouvaient encore. Ils attendent que cesse le numéro de jongleur. Que l’illusion se dissipe. Tout arrive, paraît-il...

Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, qu'on trouve sa loi scélérate ou nécessaire, il faut reconnaître à Nicolas Sarkozy un sacré tempérament de politicien! Un vrai de vrai. Il avait soutenu Baladur et s'était cassé lourdement la figure, qu'à cela ne tienne il est revenu! C'est pas lui qui aurai mis un terme à sa carrière politique comme l'a fait Jospin après un échec, même cuisant. Il faut dire que Sarkozy a toujours dit qu'il aimait la politique, que c'était le plus beau métier du monde, alors que Jospin... on avait le sentiment qu'il n'aimait pas vraiment ça. Sarko il a ça dans le sang, et comme le dit Françoise Giroud dans ce même Nouvel'Obs, "il est en train de faire un enfant dans le dos à la gauche"!
Eighteen seconds before sunrise - an official sigur rós website ~ J'aime beaucoup la musique de ce groupe islandais qui vient de sortir un nouveau disque dont le titre est ( )! Sigur Ros (prononcer si-ur ros en roulant le "r") c'est quatre musiciens qui jouent une musique à base de rock planant extraordinairement inventive et réjouissante, certes un peu austère. Pour l'admirateur que je suis des Norvégiens Jan Garbarek et Terje Rypdal, je vois une parenté certaine entre ces musiciens du grand nord: les uns se rattachant au jazz et à la musique classique, les autres au rock.
NB: en vistant le site web vous apprendrez nombre de choses sur le groupe, son nom, ses membres, la langue employée...

30 octobre 2002

Browsing the web today:
Dial 'H' for Hostage - Livejournal.com is the new source of alternative news for Russian. 'Extraordinary' woolly rhino finds - Once upon a time they roamed free in England green and pleasant land. Le truth about 'le row' - Chirac/Blair, 'the engueulade' or 'le row'? Euroseptics smirk. War movies and face time: Welcome aboard Air Force One - W. likes ESPN rather than CNN, and a brief history of the Plane. Web of trust - If you like surfing the web, it is probably because you believe people are basically good [Via Rebecca's Pocket]. United States Military Operations - Looks like titles from Clancy's novels [Via Metafilter]. Interview: Umberto Eco.
Quelques recherches qui ont abouti sur Douze lunes ces derniers jours:
- "je dors en ce moment mais laisser moi un message doux", gentil!
- "iranien light tank", what?
- "bali bombing victimes photos", beurk! no way José.
- "photos de la ville de ladignac le long", pas là, désolé!
- "chickens coming home to roost etymology", ahem! pas là non plus.
- "kouign a man", de la farine, des oeufs, du beurre (beaucoup) et une pelle à béton!
Tony Blair et Jacques Chirac reportent le sommet du Touquet ~ Le torchon brule entre Chirac et Blair à propos de la Politique Agricole Commune et autres affaires Européennes. Les deux chefs d'état se seraient même sérieusement accrochés en anglo-français lors du dernier sommet! Chirac aurait déclaré: "You have been very rude, and I have never been spoken to like this before"! (Vous avez été très impoli et on ne m'avait jamais parlé comme ça avant)... Well, well, et pourquoi la dispute? Des affaires de gros sous, il n'y a rien de tel pour se fâcher! Maintenant chacun boude dans son coin. C'est beau l'Europe!
Tout le monde doit être au courant, maintenant, mais pour ceux qui ne le seraient pas, Blogger a été piraté le 25 Octobre pendant une heure et quelques. D'après Ev tout est rentré dans l'ordre et il n'y a pas de dommages, mais ce n'est pas une raison pour ne pas changer vos mots de passe...
Qu'est-ce que je lis en ce moment?
Il y a une pile de bouquins qui s'élève de plus en plus haut près de mon lit (à lire d'urgence), plus ceux que j'ai rangé en me disant que je les lirai plus tard, le plus tard étant totalement indéfini (mais qui ne garde pas l'espoir...). Mais l'autre jour je suis passé chez WS Smith, rue de Rivoli, et j'ai acheté quelques bouquins dont deux que je suis en train de lire:
- Summerland -Michael Chabon
- Great Dreams of Heaven - Sam Shepard

Le premier est un livre "pour la jeunesse" comme on dit. Les premiers chapitres sont assez prenants, pour le moment j'aime bien. J'adore ce qu'écrit Michael Chabon (qui a un site web très cool), j'avais beaucoup aimé "The Amazing Adventures of Kavalier & Clay" et "Werewolves in Their Youth".

Le second est un recueil de courtes nouvelles, poèmes et poèmes en prose, de l'auteur de théâtre, acteur et scénariste (et musicien dans sa jeunesse): Sam Shepard, dont j'ai déjà parlé l'autre jour. Dans le même "format", Sam Shepard est l'auteur des superbes "Motel Chronicles, suivi de Hawk Moon", et de "Cruising Paradise" (tous traduits en français chez 10/18).

Lire ce genre de choses me change un peu, depuis quelques temps j'étais plongé dans des livres de politique (Revel, Encel, Lewis etc...), mais je suis saturé!...

28 octobre 2002

Russia tries to stem scandal over gas victims (Guardian) ~ Article bien documenté sur la tragédie de Moscou.
As hundreds of relatives crowded outside hospitals for a second day pleading for news on whether their loved ones were dead or alive, evening news programmes on mainly pro-Kremlin media were forced to start covering their anger and confusion. All but two of the 117 hostages so far confirmed dead in the Moscow theatre siege died of gas poisoning, the city's top doctor said yesterday.
Andrei Seltsovsky, chairman of Moscow's city health committee, said only two of the 800 or so hostages had died from gunshot wounds when elite troops stormed the theatre early on Saturday. Still in hospital were 646 of the freed hostages, of whom 150 were in intensive care and 45 were "in a grave condition". Two women had not yet regained consciousness.
The authorities initially refused to tell doctors what the gas was, compounding the difficulties of treating patients with antidotes.
[.../...]
It was too early to say how far public support for Mr Putin's decision not to negotiate will be eroded by the authorities' decision to use the gas and their insensitivity towards the hostages' families after the siege. There is little sympathy in Russia for the Chechen cause. But many Muscovites are wondering how the hostage-takers could smuggle so much weaponry into the city and then have 50 people drive up to a building in full uniform. Some see it as further proof of a breakdown in law and order and proof that some police or army officials can be bribed into collaborating with the Chechens. Muscovites are also wondering whether such terrorism will be repeated.

Via Netlex, qui sur ce sujet et celui de la guerre en Tchétchènie a réuni un très vaste choix de documents.
Les plus attentifs auront noté que j’ai enlevé les boites de commentaires, d'une part parce qu’il y a environ un commentaire toutes les trois semaines et que ça ne sert donc à pas grand chose. D’autre part, étant responsable de ce qui s’écrit sur ce petit site, même si je n’en suis pas l’auteur, je serais ennuyé d’avoir à exercer une censure le cas échéant. Si ce que j’écris vous inspire une réflexion, une réaction ou une indignation, vous pouvez m’écrire, les e-mails reçus en rapport avec ce blog pourront faire l’objet d’une publication ici, si je l’entends ainsi et si leurs auteurs l’acceptent.
Le conflit Tchétchène à durablement affecté les relations entre le pouvoir politique russe et l’armée que le politique a de plus en plus de mal à contrôler surtout en Tchétchènie, quelles seront les conséquences de l’attaque terroriste de Moscou sur ce conflit et sur ces relations?
- Le Kremlin, l'armée et la guerre (Le Figaro)

27 octobre 2002

Noah Grey Sequoia 2002 ~ Magnifique collection de photographies.

26 octobre 2002

Varieties of Religious Experience ~ A short story by John Updike. (The Atlantic Monthly).
Netlex parle de Plan B: une expérience d'écriture par le mode weblog, un "blognovel", un roman en épisode en train de se créer?
Diego Doval, l'initiateur de "Plan B" reponds:
Short answer: Plan B is an experiment in writing.

Long answer: Stories usually have a strong element of time built into them, just like a weblog. A weblog, however, is a story where the beginning changes every day: what we see is the last element that was posted. The question that Plan B is trying to answer is: is it possible to create a story that makes sense, keeps the reader engaged, and yet can be "consumed" in bits and pieces, maybe even in any order? This is not the same as a hypertextual story (some of which have been attempted in the past, both in book form and electronically). The idea here is that the time dimension exists --and is relevant-- if you look for it (say, by starting to read it from the first entry) but each entry can also be read as an independent element. Ideally (as I mentioned before), you should also be able to navigate the text in different directions, which means that the story will be more "experiential" than plot-oriented. I hate plot-oriented stories anyway.
After Failures, Boasts Big and Small (NYT) ~ L'histoire du sniper présumé, ça ressemble à une chanson de Bruce Springsteen, un roman de Stewart O'Nan ou une nouvelle de Raymond Carver ou de Sam Shepard. Sauf que les dix victimes sont bien réelles.
The appearance and demeanor of the man, John Allen Muhammad, startled his younger cousin Edward Holiday, who had grown up idolizing him. Mr. Muhammad had turned up here a few months before, for the first time in years, awash in confidence and apparent success, Mr. Holiday said. Then, he had bragged about buying his wife a Jaguar and spoke of owning an aerobics studio in the Caribbean.
But on this second, unexpected visit to his childhood neighborhood, Mr. Muhammad, 41, brought a teenager he introduced as his son, John Lee Malvo, and he could not afford a meal. "I suspected he was hitting rock bottom," Mr. Holiday recalled. "I felt like he was going through some hard times."
Another cousin, Reginald Holiday, ferried Mr. Muhammad around town to visit family and friends. He noticed that he was carrying a long bag, the type used to transport a rifle, on his trip south from Washington State.
"He told me he had a gun, because I was teasing him," Reginald Holiday recounted. "I said, `Shoot, John, there ain't no deer up there in Washington, is there?' He said it was something he kept from the service."
Heure d'hiver. On passe à l'heure d'hiver dans la nuit de Samedi à Dimanche, à trois heures du matin il sera deux heures. Ca veut dire une heure de plus ce week-end mais aussi que la nuit va tomber une heure plus tôt. C'est l'hiver... Pourquoi ne reste-t-on pas à l'heure d'été tout le temps?
Arts & Letters Daily est de retour, ayant trouvé un nouveau financeur.

24 octobre 2002

Yahoo! Actualités - La prise d'otages à Moscou a déjà fait au moins un mort ~ "MOSCOU (Reuters) - Une quarantaine de rebelles séparatistes exigeant le retrait des troupes russes de Tchétchénie menaçaient toujours jeudi soir de faire exploser le théâtre de Moscou dans lequel ils retiennent jusqu'à 700 otages depuis la veille au soir.
Armés de grenades, de fusils et d'explosifs, ils ont tué au moins une femme qui a tenté de s'échapper mercredi lorsqu'ils ont pris le théâtre. Deux autres femmes ont réussi à s'enfuir jeudi, mais l'une d'elles a été blessée. [...]
La chaîne de télévision qatarie Al Djazira a diffusé des images de rebelles tchétchènes se disant prêts à mourir pour leur indépendance et à tuer les otages "infidèles" du théâtre moscovite. La chaîne satellitaire arabophone n'a toutefois précisé ni quand ni où ces images avaient été enregistrées."
Yahoo! News - Two Men Arrested in Sniper Case ~ "Montgomery County State's Attorney Douglas Gansler said state and federal prosecutors would meet Friday morning to discuss charges against John Allen Muhammad, 41, and 17-year-old John Lee Malvo. But law-enforcement sources told The Associated Press investigators were certain they had the culprits.
One source, speaking on condition of anonymity, said a gun found in the suspects' car appeared to use .223-caliber bullets — the fatal calling card in the attacks that began Oct. 2 with the killing of James D. Martin in a grocery store parking lot in Wheaton, Md.
Police also found a scope and tripod in the car, the official said."
A.P.
Nick Hornby Top Ten ~ L'auteur de Haute Fidélité liste les dix albums sans lesquels il ne pourrait survivre.
Les bombes totalitaires Jacques Julliard (Le Nouvel Obs') ~ Courageux et clairvoyant Jacques Julliard, tout cet édito serait à citer, lisez-le.
Que faire? C’est simple: se garder de l’angélisme; éviter l’amalgame.
Se garder de l’angélisme, c’est se convaincre que l’on a bel et bien affaire à une entreprise totalitaire. La confusion qui s’est introduite à propos du totalitarisme provient de ce que historiquement il a tourné à une confrontation entre le nazisme et le communisme, de sorte que les gens réagissent, non à l’examen des données objectives qui justifient la comparaison, mais en fonction de leur plus ou moins grande proximité à l’égard du communisme. La considération d’un totalitarisme islamiste en formation devrait dissiper le malentendu. Nous avons affaire, non à une entreprise policière visant à éliminer l’ennemi, mais bel et bien à une entreprise totalitaire tendant à annihiler les volontés et faire accepter le pire comme une chose normale. Le terrorisme islamiste abolit la politique, fondée, comme dit Carl Schmitt, sur la distinction de l’ami et de l’ennemi, au profit d’une entreprise de terreur généralisée, visant au contrôle des consciences. Toute espèce de compréhension à l’égard de cette entreprise, visant à l’excuser en raison de la prétendue culpabilité de la victime, relève d’une capitulation morale et intellectuelle.
Nicolas Sarkozy se veut le défenseur de la "France des oubliés" (Le Monde) ~ "Les droits de l'Homme cela vaut aussi, et d'abord pour les victimes!" Nicolas Sarkozy défend, dans Le Monde son projet de loi. Les cris outragés à gauche, (relayés avec beaucoup de réticences, d'ailleurs, par plusieurs membres du Parti Socialiste) montre que la gauche n'a rien appris de sa défaite du 21 avril 2002. Tant qu'on considérera, au mépris de toutes les preuves, par idéologie gauchisante ou bien-pensance angélique catho de gauche, que l'insécurité urbaine et suburbaine n'existe que dans la tête du beauf' moyen, on continuera à s'aliener cette fameuse France d'en bas. Le sentiment d'insécurité ne vient pas de l'éther, ce n'est pas une légende, contrairement à ce qu'on dit généralement, les média ne font que montrer une réalité, même si elle est partielle, et c'est le devoir d'un gouvernement d'assurer la sécurité publique et le sentiment de sécurité publique. Bien sûr qu'il faut de la prévention, bien sûr qu'il faut s'attaquer aux causes de la pauvreté, de la non-intégration, de l'acculturation et de la démission des parents, bien sûr qu'il faut des éducateurs... Mais commençons par l'urgence, et l'urgence est de restaurer l'autorité de l'état et de ses représentants, de renforcer les moyens de ceux qui nous protègent: les policiers, de rétablir la sécurité publique, de protéger les citoyens. Stocker les empreintes génétique des délinquants sexuels, réprimer la mendicité agressive, arréter les marchands de sommeils, empêcher cet esclavage insane qu'est la prostitution... C'est ça la guerre contre les pauvres? Montesquieu disait qu "il faut aux hommes un peu de logique et un peu de morale"!
Lire aussi dans Le Monde cette opinion intitulée "Sécurité : répudier l'angélisme" par Philippe Bilger, avocat général près la cour d'appel de Paris.

22 octobre 2002

La stratégie du protoplasme (Le Figaro) ~ Eric Dénécé, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement analyse avec pertinence la stratégie d'Al Qaida qui consiste à frapper l'occident n'importe où et là ou elle le décide sur tous les continents (à ce jour seuls l'Europe et l'Amérique latine sont épargnés, mais pour combien de temps encore), contre tous les secteurs économiques, avec un mode opératoire combinant petites actions et attentats spectaculaires en "filialisant" les groupes extrémistes locaux voire des individus isolés.
Et l'auteur de conclure:
La poursuite des attentats, plus qu'une hypothèse, est une réalité, d'autant que la traque des terroristes n'en est qu'à ses débuts. Il nous faut désormais comprendre que nous sommes confrontés à un phénomène qui ne disparaîtra pas en quelques mois, quels que soient les moyens mis en oeuvre. Il suffit de considérer les situations en Irlande du Nord (où l'IRA et les Britanniques s'affrontent depuis 1920) et en Palestine (ou Arabes et Juifs s'opposent depuis les années 1930) pour saisir la complexité de la lutte antiterroriste. En effet, dans ces deux conflits, les effectifs terroristes n'excèdent pas quelques centaines d'hommes, dotés d'armement conventionnel, sur un théâtre plus ou moins limité. Al Qaida nous lance un tout autre défi, à l'échelle du globe et avec la possibilité d'emploi d'armes de destruction massive.

Il convient donc de se préparer pour une lutte de longue durée, car c'est une véritable guerre dans laquelle nous sommes engagés. Elle sera marquée par son cortège de deuils et d'horreurs, mais nous avons les moyens de stériliser ce protoplasme. Forces de sécurité, unités militaires et services de renseignement vont devoir s'adapter à ce nouveau contexte et définir de nouvelles règles d'action. Les populations occidentales devront apprendre, à l'image des Israéliens, à vivre avec cette menace permanente, à faire preuve de vigilance et de civisme.
La cible Sarkozy (Le Figaro)
Six mois, jour pour jour, après l'historique premier tour de l'élection présidentielle, des sondages font le bilan. Les politiques ont-ils retenu l'avertissement du 21 avril ? Les réponses ne sont guère enthousiastes. En revanche, sur la sécurité, thème majeur de la campagne, sept Français sur dix, sympathisants de droite et de gauche confondus, estiment justifiées les mesures du gouvernement. On ne sait si la France d'en bas est davantage une formule qu'une réalité. Il est une certitude : un précipice sépare les attentes des Français du discours des « droits-de-l'hommistes » professionnels.
La guerre contre les pauvres est déclarée, disent-ils. D'où s'expriment-ils ? Certainement pas depuis les quartiers où la loi n'est plus respectée depuis longtemps. Dans ces zones où, justement, les plus faibles – enfants, femmes seules, personnes âgées – sont à la merci de tous les malfaisants, délinquants, trafiquants. Là plus qu'ailleurs, c'est l'insécurité qui opprime, pas la loi.
No regrets for outcast of Vivendi (IHT) ~ Que devient J2M? Il vit à New-York et il a créé une petite unité d'investissement, appellée "Messiers Partners" où il est passé de la direction de 380 000 employés à un seul.
Messier sees himself largely as a victim of outside forces: market rumors, nationalistic French politicians and a coterie of powerful business leaders who turned on him. "I didn't pay enough attention to them," Messier said. "When I was in a weak position, they took advantage of me." Still, Messier said, he is not dwelling on the past. "I'm not looking to who betrayed me," he said. "I'm looking forward. I have a great future in the U.S. and Europe. I want to build a new story."
Michel Houellebecq relaxé des poursuites pour ses propos contre l'islam (Yahoo Actualités)
In Sam Shepard, echoes of a distant father (IHT) ~ Bel article sur Sam Shepard, écrivain, acteur et surtout auteur de théatre américain. Ses livres de "short stories" et de poésies sont de petites merveilles de littérature de l'errance et de l'Amérique profonde. Il est interviewé ici à l'occasion de la sortie d'un nouveau recueil de "short stories": "Great Dream of Heaven". J'ai une grande admiration pour Sam Shepard, depuis son rôle de Chuck Yeager dans "l'Etoffe des Héros" et depuis qu'il a co-signé le scénario d'un de mes films culte: "Paris Texas" de Wim Wenders.
He is not, he said, one for psychological exploration. His interest is more generic: "Hopefully, the greater view has to do with the land, history, time and the fabric of America." Although he is not often regarded as a political playwright, in his work there is a concern for power plays between people, what he refers to as "the politics of feeling." As he said: "It's the artist's obligation to convert one's experience of the time that we're living into forms of expression. Otherwise, what are you doing?"

18 octobre 2002

History man (Telegraph) ~ Interview with Simon Schama.
Schama ascribes this perfectionism to a powerful sense of his own inadequacy, which I guessed at when reading his account of John Stuart Mill in the latest volume of A History of Britain. Like Schama, Mill had a father who pushed his gifted son "mercilessly" and Schama describes him as "cowed by the burden of his assigned mission to Know Everything that Mattered".
"Oh yes, I feel inadequate," says Schama. "But feelings of inadequacy are the sine qua non of good work. Every writer I respect is haunted by such feelings."
Debating Human Happiness ~ Steven Pinker & Martin Seligman debate in Slate on human nature and happiness. (second part, third part, fourth part).
L'inclassable Clint Eastwood (L'Express)
Au risque de se répéter, mais là semble vraiment être la clef du personnage, la carrière d'Eastwood, tel un miroir à sa vie, creuse son sillon sans jamais craindre le faux pas. Personne ne le guide. Il apparaît, juché sur ses désirs et ses obsessions, comme un artiste qui avance avec, derrière lui, ceux qui veulent bien le suivre - voyez Josey Wales, l'un de ses rôles préférés, parfaitement raccord avec l'homme. Il joue le solitaire en quête de rêve, il est l'enfant baladé à la recherche d'une famille. L'homme qui filme ses pulsions et la complexité humaine, loin d'un noir et blanc manichéen. Il n'est pas chaleureux avec l'étranger mais disponible et ouvert.

16 octobre 2002

Don't blame the west ~ Clive James (Guardian)
[...] let us allow, for the moment, that the mass outcry against American hegemony is the voice of the true, the eternal and the compassionate left. Allowing that, we can put the best possible construction on its pervasiveness. Not just the majority of the intellectuals, academics and schoolteachers, but most of the face-workers in the media, share the view that international terrorism is to be explained by the vices of the liberal democracies. Or, at any rate, they shared it until a few days ago. It will be interesting, in the shattering light of an explosive event, to see if that easy view continues now to be quite so widespread, and how much room is made for the more awkward view that the true instigation for terrorism might not be the vices of the liberal democracies, but their virtues.

The consensus will die hard in Australia, just as it is dying hard here in Britain. On Monday morning, the Independent carried an editorial headed: "Unless there is more justice in the world, Bali will be repeated." Towards the end of the editorial, it was explained that the chief injustice was "the failure of the US to use its influence to secure a fair settlement between Israelis and Palestinians." I count the editor of the Independent as a friend, so the main reason I hesitate to say that he is out to lunch on this issue is that I was out to dinner with him last night. But after hesitating, say it I must, and add a sharper criticism: that his editorial writer sounds like an unreconstructed Australian intellectual, one who can still believe, even after his prepared text was charred in the nightclub, that the militant fundamentalists are students of history ...

15 octobre 2002

Sarah Vowell interview (Identity Theory) ~ Sarah Vowel is the author of the excellent "Take the Cannoli".
I do feel incredibly reverent about the big old-fashioned things like the idea of liberty and the pursuit of happiness. And all of the great inventiveness of this country. But I know it came at this huge cost. How many of the original inhabitants were murdered or enslaved? How many people were left behind and squeezed out and downtrodden by the Darwinian process that built the bridges and laid down the railroad and all that. My parents didn't go to college. My grandmother was dirt poor, picking cotton to feed her children. I have lived the kind of nice middle-class urban lifestyle that I have because of a lot of their sacrifices. I celebrate that and I appreciate them. I come from all these people that had it hard. All those Cherokee that were kicked off their land or Swedish immigrants that plowed their fields. And eventually here I am. Thanks to some good parents and the Federal Student loan program I can do what I want to do. I certainly don't take that for granted. I may not be the embodiment of the American Dream but I'm living my little American Dream. A lot of that has to do with this time and place in this country.
Weaker Al Qaeda Shifts To Smaller-Scale Attacks (Washington Post) ~ "Recent suicide bombing attacks and plots against Westerners show that al Qaeda loyalists are heeding their weakened leadership's call to initiate a new terror campaign using rudimentary, smaller-scale operations aimed at creating economic hardship, according to U.S., Western and Arab intelligence officials and experts."

13 octobre 2002

In the NYT today a bunch of interesting pieces:
- The governor race in Arizona. ~ Charges about indulgence to polygamy among Mormons followers in northern Arizona flare against the poll's favorites.
- Officials See Signs of a Revived Al Qaeda. ~ The attack in Bali is, maybe, the expected one.
- America's For-Profit Secret Army. ~ They have a name: mercenaries. They call themselves the new business of war: "private military contractors" are thriving. And the Pentagon already can't do without them. Still, the records and conducts of these companies are far from clean. "Motivated as much by profits as politics, these companies — about 35 all told in the United States — need the government's permission to be in business. A few are somewhat familiar names, like Kellogg Brown & Root, a subsidiary of the Halliburton Company that operates for the government in Cuba and Central Asia. Others have more cryptic names, like DynCorp; Vinnell, a subsidiary of TRW; SAIC; ICI of Oregon; and Logicon, a unit of Northrop Grumman. One of the best known, MPRI, boasts of having "more generals per square foot than in the Pentagon."
- The Prime-Time Seductions of Serial Horror. ~ Sniper and media, public and fear. "The blur between the hard reality of another destructive gunman and his flirtation with popular culture is an old story. The difference is that it is becoming a constant one. The ubiquitous camera arrives at the scene of the crime almost as it occurs, and everyone gets a good, long look.
And it pays. At the longed-for end of this sniper's narrative, people have every reason, from previous such tales, to suspect some close-in protagonist, a cop or civilian, will be proclaimed and signed up for exclusive retellings as the gruesome story is looped back upon the public. Or some entrepreneur, like Michael Moore, whose new documentary, "Bowling for Columbine," excoriates the gun culture, will turn a pointless horror into a satiric piece of social commentary. A footnote in the sniper story has been the polite request from at least two victims' families that the media totally stay away from the funerals."
Close your eyes remplace Sax & Sunshine... Thanks Alex!
Seroxat: The real story (part one), (part two) (Observer) ~ "Seroxat is set to overtake Prozac as the world's favourite antidepressant. With 100m prescriptions in more than 100 countries, it is aggressively marketed as the addiction-free answer to our anxieties. But thousands of patients are now saying their dependence on the dream drug has all but destroyed their lives."
Bombs Kill Almost 200 in Bali Tourist Nightspot
BALI, Indonesia (Reuters) - Bombs ripped through a packed nightspot on Indonesia's traditionally tranquil tourist island of Bali overnight, killing at least 182 people, many of them foreigners.
The Saturday night blasts, which the United States denounced as a "despicable act of terror," followed persistent reports that Osama bin Laden's al Qaeda network was trying to establish a foothold in the world's most populous Muslim nation.
Police said the dead included nationals from Australia, Britain, France, Germany and Sweden, but declined to speculate on who might be responsible.
It was one of the world's most devastating attacks against tourists in one of the world's most popular tourist destinations.

12 octobre 2002

5 Little Oryxes and the Big Bad Lioness of Kenya (NYT) ~ This lioness has found an odd way to fame: nurture what is considered by lions as food. She is at her fifth antelope, separated from the antelope's mother and starving to death under the lioness care! But the other day the afectionate lioness seems to have a craving for a little snack, she ate her fifth baby antelope!
Quelques infos du jour. Comme d'habitude le monde est quelque chose entre effrayant et désespérant. Ainsi au moins sept morts dans un attentat près d'Helsinki (Finlande), pourquoi la Finlande, le pays des mille lacs, du Père Noël et des téléphones portables? Et aussi, le tireur embusqué des USA a fait une huitième victime à une station service de Virginie, avec un bléssé (un gamin qui allait à l'école) c'est neuf personnes qui ont été tirés comme des lapins dans cette banlieue de Washington D.C.. Percée des islamistes aux élections pakistanaises, Paris confirme la thèse de l'attentat contre le Limburg et un membre présumé d'Al Qaida arrété en Belgique... J'en passe! Mais ouvrir la page "A la une" de Yahoo! Actualité un samedi matin vous donne envie d'aller vous recoucher!
John Scalzi on why writing is important and why would-be authors shouldn't restrain to write. A response to Joseph Epstein.

09 octobre 2002

The New Yorker reviews the last Beck. On BBC: Suede and Supergrass.
England's dreaming (Telegraph) ~ Peter Ackroyd's last work: "Albion", after the biography of London, the biography of England?:
He traces English qualities across the ages: discretion; embarrassment (sex is hardly mentioned in the book); sweetness; a love of pattern, rather than full-blooded form; a certain dreaminess combined with its opposite, stoicism and grit; a constant imaginative return to the demands and challenges of a brutal sea and ice-encrusted moor; a distrust of inflatedness and an ever-hungry appetite for the actual and the pragmatic, for truth that can be felt on the skin; a belief in the governing importance of character (but also in its opposite: the notion somehow that Englishness resides in the landscape not its inhabitants); a constant fascination with, and absorption of, the foreign (Ackroyd maintains that translation is the most characteristic English art); a repeated search for the poetry in the particular; a distrust of waffle.
Palin's Travels ~ Michael Palin, un ancien membre des Monty Python's, et grand acteur comique, est aussi un grand voyageur. Il a déjà produit plusieurs reportages de ses voyages, où il se met en scène, pour la télévision, sous forme de séries de plusieurs épisodes. Des livres ont été tirés de ces reportages. Il a ainsi parcouru le monde en 80 jours, puis du Pôle Nord au Pôle Sud le long du 30ème degré de longitude, enfin autour du Pacifique. Mais ça ne suffisait pas à cet infatigable voyageur qui vient d'achever une exploration du Sahara. Chaleureux, plein d'humour, intelligent, extrêmement british, Michael Palin est un personnage attachant. Son site est très beau. On y trouve le texte de ses trois premiers livres et une somme importante de documentation et de photos. Superbe!
[via Plep]
L'égoïsme français (Le Monde)
[...] le fond de la nouvelle logique nationale est livré par le ministre, que l'on peut seulement féliciter pour sa franchise : "Nous sommes encore dans une Europe où la politique budgétaire et la politique tout court d'un Etat restent sous son contrôle." Francis Mer oublie tout simplement l'euro, monnaie commune qui dépend des disciplines communes qu'ont décidé de suivre les pays qui l'ont adoptée. L'euro et d'ailleurs l'Europe tout entière ne tiennent que par ces règles de droit que les membres acceptent. Il n'y a pas d'autre ciment européen que le droit. Sans cette autodiscipline, tout s'écroule.
Francis Mer a tort : le budget n'est pas la propriété des seuls Etats membres. Sans l'euro, le déficit budgétaire français vaudrait à la France une attaque spéculative en règle contre le franc, et la Banque de France aurait dû élever les taux d'intérêt pour le défendre, plongeant l'économie dans la récession. La France profite des avantages de l'euro en se moquant de ses devoirs.

07 octobre 2002

Walking in circles (Telegraph) ~ A new book by Iain Sinclair: "London Orbital: A Walk Around the M25".
Iain Sinclair is a heavy-duty version of Peter Ackroyd, a London visionary and crackling prose writer who veers between cheerful satire and apocalyptic horror. His books take the form of extended excursions through London's more obscure backstreets (most notably in Lights Out for the Territory, and the novels White Chapell, Scarlet Tracings and Downriver) tracing history, following poetic footsteps, noting curious resonances.
Here, Sinclair's object is to circumnavigate, on foot, the M25, to discover if it is the "conceptual ha-ha [that marks] the boundary of whatever could be called London".
Arts & Letters Daily n'est plus! Pour des raisons financières. Tran Huu Dung et Denis Dutton ont ouvert un nouveau weblog: Philosophy & Literature.
L'agresseur de M. Delanöe n'aimait ni les élus, ni les homosexuels (Le Monde)
Il était un peu moins de 2 h 30, dans la nuit du 5 au 6 octobre, lorsque les musiciens se sont arrêtés de jouer dans l'obscurité percée de néons multicolores. La lumière s'est alors brusquement rallumée à l'extérieur de la salle des fêtes, où deux lourds rideaux ont été tirés hâtivement dans un couloir pour en barrer l'accès aux centaines de visiteurs nocturnes. Derrière la tenture, Bertrand Delanoë, est allongé par terre. Il vient de se faire poignarder.
Le maire venait de rentrer des anciennes pompes funèbres du 19e arrondissement où se déroulait une fête techno. "Il se promenait tranquillement dans les salons de l'Hôtel de Ville lorsqu'un type âgé d'une quarantaine d'années s'est jeté sur lui sans rien dire et lui a porté un coup de couteau dans le ventre", se souvient Anne-Sylvie Schneider, l'attachée de presse du maire, qui est tombée à ses côtés au moment de l'agression. Au bar, un serveur ayant reçu une formation médicale est appelé en renfort pour donner les premiers soins. "Il y avait du sang partout, raconte-t-il. J'ai fait pression sur la plaie pour arrêter l'hemorragie, en attendant que les pompiers arrivent."
You shone like the sun (Observer) ~ Syd Barrett fut brièvement le fondateur et le membre le plus talentueux et le plus charismatique de Pink Floyd à ses débuts. Il disparu de la circulation à cause d'excès de drogues et de dépressions nerveuses. Il vit toujours en Angleterre, près de Cambridge. Il lit le Daily Mail.. Histoire et portrait, 30 ans plus tard.
Don’t let the facts interfere with a good war on terrorism ~ Interesting bit of analysis from Matthew Parris in the Spectator: America, a nation of faithful believers and founded by people "in flight from a fallen world" , needs a Devil against God and after the fall of the Berlin Wall, has find one in Al Qaeda:
A psycho-political analyst might conclude that here, after 1989, was a great national collective unconscious in urgent search not of a God — He had been located on America’s side — but of a Devil in which it was possible for modern Americans to believe.
September 11 was not a post-Freudian allegory, of course. It was a reality whose perpetrators were not only wicked but powerful — or so it looked from the mayhem they created. But beyond being real the event was also perfectly placed as a national myth: an explanation, a clarifier, a catalyst permitting America’s perception of the era to re-form around a new version of the dualism she inwardly craves. Of course one voice in America’s head said, ‘This bewilders us’; but another said, ‘Ah — so that’s where the Devil’s hiding.’
What is a life gem? ~ Plutôt que d'être incinéré ou entérré, vous pouvez désormais être transformé en diamant. Oui, vous avez bien lu, en diamant. Eh, il y a assez de carbone dans le corps humain pour faire de vous ce que vous avez toujours pensé être de votre vivant!

04 octobre 2002

Nouveaux delits, nouvelles sanctions selon le projet de loi Sarkozy...
US hints it may be ready to compromise on Iraq resolution
(Independent) Surprise! And read on:
There were the first signs yesterday that the US might be willing to back off from a draft text circulated in the UN earlier this week that drew a sharply hostile reaction from Paris, Moscow and Beijing. It included a blunt threat of military force in the event that Iraq made any attempt to impede the inspections once they begin. With prodding from Britain, the US is now considering an approach proposed by the French President, Jacques Chirac. He sees a first resolution clarifying new rules for the conduct of the inspections. The warning of military punishment would come in a second resolution that would only be adopted if Iraq fell foul of the new UN demands.

One US administration official told Reuters news agency: "We've not decided specifically [on two resolutions]. We still want one resolution but we're exploring with the British and the French ways of bridging the difference between the resolution that we want and the two the French want."
Is this the return of French diplomacy in the Great Game?
Make a fight with Googlefight, ça peut vous faire passer cinq minutes...!

03 octobre 2002

USA: Le mouvement néo-conservateur régénère la droite traditionnelle (Le Monde)
Avec George W. Bush, les néoconservateurs retrouvent l'inspiration des années Reagan. L'ennemi n'est plus le communisme, c'est le terrorisme islamiste, mais les principes qui doivent guider le nouveau combat de l'Amérique n'ont pas changé : "clarté morale" et "guerre juste". L'ONU n'est, à leurs yeux, qu'une bureaucratie inefficace, acoquinée avec les régimes les plus détestables de la planète et gangrenée par l'antisémitisme. Washington ne doit donc pas craindre d'affronter la "communauté internationale", notion qu'ils jugent pour le moins douteuse. Ni de bousculer l'Europe, qui, selon eux, a abandonné depuis longtemps toute ambition historique.
Intéressant portrait de la droite dure américaine, les néoconservateurs, qui semblent avoir une influence de plus en plus grande sur W.