30 décembre 2002

L'UMP courtise les intellectuels

D'après Libé les "nouveaux réacs" sont courtisés par... la droite, évidemment. Une droite décomplexée et qui cherche à séduire les déçus de la gauche, ces intellectuels que Daniel Lindenberg, dans son pamphlet "Le rappel à l'ordre", appelle "les nouveaux réacs". Certains ont sauté le pas et ont accepté des postes (tel Luc Ferry), il sont devenus des "prises de guerre" et des appâts. Amusant. A moins que cet article, paru en une de Libé aujourd'hui, ne soit qu'une attaque de plus des "gauchistes" contre les "nouveaux réacs"!
Après les urnes, la droite rafle les idées.

28 décembre 2002

Daniel Sibony: L'esprit totalitaire - Sur l'action d'un certain nombre de scientifiques français qui désirent que la France et l'Union européenne rompent les accords de coopération scientifique avec Israël.
Thierry de Montbrial: Les trois sources du malaise américain.
Musée des accidents de Paul Virilio à la Fondation Cartier pour l'art contemporain. Très impressionantes photos.
[via Spitting Image]

Pepy's blog

1 January 1660 (Lord’s Day)

Blessed be God, at the end of the last year I was in very good health, without any sense of my old pain, but upon taking of cold.1 I lived in Axe Yard having my wife, and servant Jane, and no more in family than us three. My wife . . . . gave me hopes of her being with child, but on the last day of the year . . . .[the hope was belied.]2 The condition of the State was thus; viz. the Rump, after being disturbed by my Lord Lambert, was lately returned to sit again. The officers of the Army all forced to yield. Lawson lies still in the river, and Monk is with his army in Scotland. Only my Lord Lambert is not yet come into the Parliament, nor is it expected that he will without being forced to it. The new Common Council of the City do speak very high; and had sent to Monk their sword-bearer, to acquaint him with their desires for a free and full Parliament, which is at present the desires, and the hopes, and expectation of all. Twenty-two of the old secluded members3 having been at the House-door the last week to demand entrance, but it was denied them; and it is believed that [neither] they nor the people will be satisfied till the House be filled. My own private condition very handsome, and esteemed rich, but indeed very poor; besides my goods of my house, and my office, which at present is somewhat uncertain. Mr. Downing master of my office.
The Diary of Samuel Pepys as a blog!

A partir du 1 janvier 2003 le journal de Samuel Pepys, célèbre diariste londonien du 17ème siècle paraîtra sous forme de blog, une nouvelle entrée tous les jours, avec annotations, liens et tous les gadgets qu'on peut trouver sur un blog!
[via BoingBoing]

27 décembre 2002

Porte-avions

On manifeste à Marseille contre l'escale du porte-avion américain USS Truman. Sur France 2 Michel Drucker fait un grand show à la gloire du porte-avion français Charles de Gaulle! Cherchez l'erreur! Non, les erreurs...

Kanndoo

Sarkozy : la méthode Kanndoo - J'ai trouvé ce papier de Jacques-Alain Miller dans le Nouvel Obs'. J'ai bien aimé sa description des styles politiques à la française et son analyse de la "méthode Sarkozy":
"Mitterrand «prince de l’équivoque», Sarko duc de l’univoque. L’ancien style élude, noie le poisson; le nouveau le pêche au harpon. L’ancien: «C’est plus compliqué que ça», toujours. Kanndoo: une idée simple par minute. Ancien: on remonte au déluge. Kanndoo: tout commence ici et maintenant. Ancien: ne jamais s’exposer; se ménager et ménager les autres; placer quelques petits «temps forts» suivis de pauses nombreuses et généreuses. Kanndoo: toujours s’exposer; ne ménager personne; y aller plein pot sans temps mort. Sarkozy sait que le culte du passé est désormais en baisse, que le présent règne sans partage, que l’avenir, c’est le coup d’après. Donc, pas d’inertie subjective: vite tourner la page, courir, mouiller sa chemise, la montrer.
Sarko, comment s’en débarrasser? Première solution, adoptée à gauche et à droite: la prière. On espère le pépin de santé, la grosse gaffe, la grosse bavure, on compte sur Chirac. Deuxièmement: chipoter, se contredire. C’est la méthode PS: «On ne peut pas être contre; d’ailleurs, on l’a déjà dit et presque fait; en plus, c’est dangereux». Trois: imiter. Dur dur. Il y faudra travail et tonus. Déjà, sans se soucier du vraisemblable, trouver tout mal dans ce qu’il fait. Surtout, lui barboter et le fond et la forme. Car, si exotique que soit le style Kanndoo, il sert un discours qui clame: la France est de retour en France. La gauche devrait s’en aviser."
Noël est passé. En famille, à la pointe du Finistère, ballotté par les vents... Un bon Noël. Il y avait le sapin décoré, les cadeaux, la cheminée crépitante, les enfants, la bouffe (huîtres, poularde, pâté maison, boudins blancs, homards, champagne, vins fins, etc...). Trois jours déconnectés du web et de l'info, de la télé et du monde. Le monde n'en a pas profité pour s'arranger, apparemment! Ne comptez pas sur beaucoup de posts pendant le "trou d'air" entre Noël et le Nouvel'An. Mais il y en aura tout de même un peu.

24 décembre 2002

Joyeux Noël!

21 décembre 2002

Marx pas mort

Le marxisme est-il mort quand le mur de Berlin a été détruit? En tant que forme de gouvernement mise en pratique en URSS, dans les pays de l'Est en Chine ou à Cuba, c'est certain. Mais en tant que philosophie le marxisme vit toujours. Et pas en tant que philosophie seulement: en France le Parti Communiste, en reniant ses idéaux révolutionnaires et en participant à un gouvernement réformiste (en confrontant la réalité du pouvoir à ses idéaux) est tombé à un niveau électoral historiquement bas. Mais les partis d'extrême gauche trotskistes prennent lentement la place du vieux PC staliniste. Les mouvements anti-mondialisation ont beaucoup emprunté à la philosophie marxiste, qui apparaît, pour nombre de gens, comme la seule alternative au capitalisme mondial. En fait, dit cet article, le marxisme ressemble à une croyance religieuse bien vivante: "une croyance avec un prophète, des textes sacrés et la promesse d'un paradis enveloppé de mystères. Marx n'était pas un homme de science, ainsi qu'il le déclarait. Il a fondé une religion. Le système économique et politique qu'il inspira est mort ou mourant. Mais sa religion est une grande église, et elle vit!"

Marx after communism (The Economist)

Les liens du Vendredi: bruits de bottes

- Après être descendu à 50 % début décembre, le Saddameter de "Slate" est remonté à 72 % de chances d'invasion.

- La Grande-Bretagne et les Etats-Unis lancent le compte à rebours pour une guerre en Irak Le Monde

- Anthrax, tubes d'aluminium, les questions des inspecteurs de l'ONU Le Monde

- Pour Paris, la dissimulation n'est pas un "casus belli" Le Figaro

- January 27 is decision day for war against Iraq Guardian

- 'Prepare for war', Blair warns troops BBC

- Powell Says Iraq Raises Risk of War by Lying About Illegal Arms NYT

- Powell Presses for Compliance by Iraqis NYT

- How Iraqis may react IHT

- War Appears Increasingly Unavoidable Los Angeles Times

- America points the finger The Economist

19 décembre 2002

Une bonne nuit et tout va mieux

Dormir préserve notre système immunitaire, dormir est nécessaire et bon pour la santé... Mais dormons nous assez, ou trop, ou devons nous faire la sieste? Les avis sont divergents. Cet article fait le tour de la question. [The Economist]
Gawker: pour les fans de Manhattan, excellent!
Sympa, Brain Not Found, je suis un peu ému.

18 décembre 2002

I Saw Mommy Kissing Santa Claus

I saw Mommy kissing Santa Claus
Underneath the mistletoe last night.
She didn't see me creep
Down the stairs to have a peep;
She thought that I was tucked up in my bedroom fast asleep.
Then, I saw Mommy tickle Santa Claus
Underneath his beard so snowy white;
Oh, what a laugh it would have been
If Daddy had only seen
Mommy kissing Santa Claus last night.

Sing along!

Let it be

Fight erupts over song credits - Sir Paul McCartney voudrait voir la signature "Lennon-McCartney" changée en "McCartney-Lennon" pour une vingtaine de chansons, pour souligner que c'est lui, Sir Paul, qui en est l'auteur principal. On s'en serait un peu douté: Yoko n'est pas d'accord. Il faut dire que les chansons en question sont parmi les plus célèbres et les meilleures des Beatles:
- All My Loving
- Back in the U.S.S.R.
- Blackbird
- Can't Buy Me Love
- Carry That Weight
- Eleanor Rigby
- The End
- The Fool on the Hill
- Getting Better
- Hello Goodbye
- Here, There and Everywhere
- Hey Jude
- I Saw Her Standing There
- Let It Be
- Lady Madonna
- The Long and Winding Road
- Mother Nature's Son
- Sergeant Pepper's Lonely Hearts Club Band
- We Can Work It Out
- Yesterday

Certaines, comme "Let it be", "Hey Jude", "Lady Madonna", ont vraiment, à l'oreille, une mélodie bien troussée comme Sir Paul en a toujours eu le secret, un son typiquement McCartney, comme on reconnaît un air de Goldman, par exemple, à dix kilomètres, mais les textes?

[via BoingBoing]

"Lord of The Rings - The Two Towers", ce qu'en dit la presse

Le deuxième film de Peter Jackson adapté de la trilogie du "Seigneur des Anneaux", sort aujourd'hui, voyons ce qu'en dit la presse française et anglo-saxonne:

- Entretien avec Peter Jackson dans "Le Monde" et compte-rendu en demi-teinte: "Les Deux Tours" : Entre fidélité au texte et éclairs de cinéma.

- De l'initiatique pour initiés, compte-rendu ironique et décevant typique de "Libé" et du journaliste qui se regarde écrire avec auto-satisfaction:
"L'ensemble turbine sec dans la Terre du Milieu, entre Genèse et Apocalypse, carburant au brassage mystagogique et au mauvais goût heroic-fantasy. Le film couvre esthétiquement un large spectre imagier, de l'expo «Nos Amis les Vikings» au musée du Triskell à travers les temps, en passant par Dune, Fort Boyard, Mad Max, la Planète des singes, les Contes de la crypte, Excalibur, Legend, Star Trek (pour les oreilles en pointe), des confins obscurs du wagnérisme psychotrope aux rivages rajeunissants du jeu vidéo. Cheap et flambard."

- Démons sans merveille, pas plus d'enthousiasme dans "Le Figaro".

- Plutôt bien, mais sans exaltation dans "Télérama":
"Allergiques à l'heroic fantasy, passez immédiatement votre chemin. Vous ne trouverez ici qu'armures dépolies par les siècles, épées ouvragées, statues monumentales, guerriers nattés et robes à la dernière mode haut-moyenâgeuse. Mais l'image, très travaillée, ne s'en contente pas : couleurs sourdement lumineuses, dorures et argent, elle rappelle la peinture symboliste du XIXe siècle, jusqu'à confiner parfois au plus pur kitsch wagnérien. Les femmes y jouent un rôle très secondaire, dans le fracas des armes et des sortilèges, dans le combat des mâles contre le Mal : une goutte (elfique) de Cate Blanchett, une pincée (brillante) de Liv Tyler, la présence gracieuse et discrète de Miranda Otto, en princesse de Rohan... "

(en anglais):

- Roger Ebert a aimé le film, mais regrette que Peter Jackson se soit éloigné de l'oeuvre originale.
""The Two Towers" will possibly be more popular than the first film, more of an audience-pleaser, but hasn't Jackson lost the original purpose of the story somewhere along the way? He has taken an enchanting and unique work of literature and retold it in the terms of the modern action picture. If Tolkien had wanted to write about a race of supermen, he would have written a Middle-Earth version of "Conan the Barbarian." But no. He told a tale in which modest little hobbits were the heroes. And now Jackson has steered the story into the action mainstream. To do what he has done in this film must have been awesomely difficult, and he deserves applause, but to remain true to Tolkien would have been more difficult, and braver"

- Dans "The Guardian" Peter Bradshaw trouve le film visible, sans plus! Philip French est plus enthousiaste:
"There is, along the way, as you might expect from a legendary tale, much topical resonance with references both fortuitous (two towers under attack) and expected (the belief that evil is abroad and that there are things worth fighting for) to current concerns. The movie, with narrative justification and commercial canniness, concludes with a cliffhanger that aims to have us sitting in the same seats a year hence to see how it all turns out in the concluding episode, The Return of the King. This is likely to be happier, more decisive and infinitely more satisfying than anything that will happen to our world in the next 12 months."

- Bonne critique dans "The Independent" avec un intéressant point de vue sur le personnage d'Aragorn:
"A few of the characters seem even richer, more profound than Tolkien's own conception. Viggo Mortensen finds an astonishing stillness and poise at the heart of Aragorn (he's a bit of a stiff in the novel). This deep love of peace is what drives him to fight, a paradox which makes him more kinglike than any other character. In brief divergence from the book, he's reunited, in memory or dream, with Arwen (is Liv Tyler's spade-like face actually getting longer with each instalment?). This lovely interlude softens the character, redresses an awkwardness in Tolkien, and breaks up the relentless militarism."

- Le "New York Times" aime le film.

- Le "San Francisco Gate" a une bonne critique et voit (comme plusieurs autres) dans le film une métaphore des temps présents (sans se tromper sur qui sont les bons et qui les méchants!):
"The battle is between good and evil -- isn't it always? -- and yet here we can feel it. While other films portray evil as some hysterical impulse to destroy, "The Two Towers" is informed by a real understanding of how evil tends to manifest in the real world. Destruction is a means to an end. Saruman's main goal is to crush spirits, obliterate free impulse and enslave everyone. In the past century that was tried on a mass scale at least twice, in Germany and behind the Iron Curtain. In the new century, we have our own challenges, only emphasized by the fact that the movie's title sounds so much like the Twin Towers that people keep calling it that by accident. The film may be fantasy, but we can recognize the stakes as our own, and eternal."

- Enthousiasme dans "Salon".


- Amusante et bienveillante critique dans "Slate":
"Last time out, we heard Saruman command his ghoulish minions to rrrrrip the trees from the ground. Now we learn that his ferocious anti-environmentalism will have unforeseen consequences—that the forces of nature itself will join with hobbits, humans, elves, and such-like to forestall the resurrection of Sauron. Mortensen's Aragon and the creature Gollum get the most to do in The Two Towers. The former disembowels countless Uruks, has a spectacular battle with a marauding giant pig-creature, goes over a cliff, and gets bathed in the ardor of the dishy Rohan princess Éowyn (Miranda Otto)—the happiest addition to the Rings saga, especially given Cate Blanchett's mere minute or so of screen time. Despite a slight resemblance to the Crypt Keeper from TV's Tales From the Crypt, the schizoid Gollum is one of the most fascinating of all FX creatures—a twitchy, agonized (and agonizing-to-watch) combination of obsequiousness and hostility."

Silence radio?

Vous avez certainement constaté un silence radio ces derniers jours sur ce blog, ou du moins une sensible raréfaction de mes posts. Pourquoi? Je suis fatigué en ce moment et assez occupé par d'autres choses. La fin de l'année, pour moi comme pour beaucoup de gens, tire un peu sur l'énergie disponible. Ajouter à ça une lassitude passagère pour les hommes et les choses contemporaines, mais il n'ya pas de hiatus de ce blog, juste un ralentissement passager. Keep in touch!

16 décembre 2002

The trials of Finch, une nouvelle de Zadie Smith dans le New-Yorker.

Year in Ideas

Le New York Times sort sont supplément annuel Year in Ideas, c'est passionnant, amusant, original et ça fait un sacré paquet de lecture. Mais quand on est un peu curieux c'est un truc qui ne se rate pas!

13 décembre 2002

Zeitgeist

Google Zeitgeist - Le climat intellectuel, moral et culturel général de 2002 vu par Google. Une analyse des grandes tendances des requêtes du populaire moteur pendant cette année 2002.

Kikkoman

Publicité Kikkoman - Si vous aimez la sauce de soja -- et moi j'adore ça au point d'en mettre quasiment dans tout ce que je mange -- vous connaissez, évidemment, la sauce Kikkoman!

Les liens du Vendredi

Dormir avec son chat, ou le rude combat pour le contrôle de la couette

L'inventaire des offres disponibles pour le haut débit en France - Je suis assez tenté par l'ADSL à 1024 kbits/s. Un peu cher tout de même...

Tapping Into Public Wireless Networks - Brève introduction au Wi-Fi.

Google Viewer: voir les pages web au fur et à mesure qu'elles s'affichent dans le moteur de recherches.

Google Webquotes: le web verbatim.

12 décembre 2002

Gizmodo, the gadget weblog.
[Via Extcirc]
City Pages Weblogs

"I intend to be the greatest and most self-indulgent nuisance in the history of blogdom. I'm going to blog just to hear myself blog. I'll blog until I'm blue in the face. I'll blog with the bloggiest blowhards in the blog universe, and if you're going to try to blog with me, brothers and sisters, you better bring the biggest blog dogs in your blog pound and the loudest blogging guns in your mother-bloggin' gun cabinet, and even then I will blog your sorry-blogging ass back to the stone age. You'll regret you ever scrapped that hack Tandy, Jack. You'll wish you never hoisted your sorry blogging ass off that nap-mat in the kindergarten and moved on up to the first grade. This blog is gonna make you feel so ineffectual that you're gonna break down and cry like a baby. Because your old Grandpappy Blog was absolutely born to knock down the proverbial trees in the proverbial forest where the proverbial no one hears them fall. And you can put that in your pipe and smoke it."
Brad Zellar

[Via Fimoculous]

09 décembre 2002

Impressionnantes photos panoramiques, du monde entier. Nécessite QuickTime 5. Une fois la photo téléchargée on peut faire le tour complet du photographe, vers le haut, le bas, à droite, à gauche avec la souris. Etonnant!
Ne manquez pas la photo 32: vue panoramique de Paris depuis la Tour Eiffel!
[via I love everything]

08 décembre 2002

Une nouvelle de John Updike: 'Sin: Early Impressions', dans le New Yorker.
Il fait vraiment un temps moche aujourd'hui sur Paris: gris neigeux, froid humide, brume, le ciel gris a de grandes traces plus grises qui divaguent. Il fait très sombre. Bien que j'ai un appartement avec de grandes baies vitrées et une vue très dégagée je suis obligé d'allumer la lumière. Un vrai temps de dimanche d'hiver. Deux haïkus vite faits:

journée grise
le marchand de fruits
souffle dans ses mains

froide journée
à midi les réverbères
allumés
Bonne webcam de la Tour Eiffel.

07 décembre 2002

La ville n'est homogène qu'en apparence. Son nom même prend un accent différent selon les endroits où l'on se trouve. Nulle part -- si ce n'est dans les rêves -- il n'est possible d'avoir une expérience du phénomène de la limite aussi originaire que dans les villes. Connaître celles-ci, c'est savoir où passent les lignes qui servent de démarcation, le long des viaducs, au travers des immeubles, au coeur du parc, sur la berge du fleuve; c'est connaître ces limites comme aussi les enclaves des différents domaines. La limite traverse les rues; c'est un seuil; on entre dans un nouveau fief en faisant un pas dans le vide, comme si on avait franchi une marche qu'on ne voyait pas.

Walter Benjamin, Le Livre des passages.
Via Les Eaux Troubles je suis tombé sur le site d'une série télé, hélas aujourd'hui défunte, mais que je trouvais excellente: Leaving L.A. (diffusée il y a quelques années sur Jimmy, je crois). Cette série qui préfigurait quelque peu "Six Feet Under", se déroulait à la morgue de L.A.. Chaque épisode relatait le travail de deux enquêteurs du bureau du 'coroner' (le médecin légiste) et la vie de l'institut médico-légal de la grande métropole. La série n'a pas eu d'audience et a été abandonnée après 6 épisodes pourtant très bons. A l'époque (1997) une série ayant la mort pour thème principal n'eut pas le même accueil que "Six Feet Under" quelques années après. Certes "SFU" passe sur le câble (HBO) alors que "Leaving L.A." s'attaquait au grand public sur ABC, ceci explique sans doute cela.

L'actrice principale était Melina Kanakaredes, une actrice sous-employée par la télé et le cinéma mais que je trouve vraiment belle et pleine de talent (voir sa brève mais extraordinaire apparition dans "Due South" et sa prestation comme petite amie temporaire de Boby Simone (Jimmy Smit) dans "NYPD Blue" en 1995).
Welcome to the readers of Synthetic Zero, a very fine blog written by a very smart guy. Douze Lunes is a french blog, written mostly in french, but linking to a lot of sources in english language that you might find entertaining. And thanks for the link, Mitsy.

04 décembre 2002

Climb to the Stars on sleeplessness - Precious! Because I need some advice on that these days!
C'est une info de la BBC, à priori sérieux, donc :Vodka wash for Russian president - En Inde, un biologiste russe, pour désinfecter les couverts du Président Poutine et de sa femme en voyage dans ce pays, a utilisé... de la vodka! C'est l'hôtel qui le dit. Après tout je ne vous apprendrai pas que la vodka ça cautérise sérieusement et c'est consommable comme produit. Et au moins ils sont sûrs que c'est russe!
J'en ai déjà parlé mais j'y reviens car j'adore le dernier disque de Sigur Ros (et leur premier d'ailleurs), je ne me lasse pas de l'écouter, le jour, la nuit (je suis un peu insomniaque en ce moment). Autres disques qui chauffent souvent mes platines, Scarlet's Walk de Tori Amos, dont j'ai déjà parlé aussi brièvement; sans oublier Blue Indians, AKA Grafitti Man et Bone Days de John Trudell, envoutants, This way de Jewell, Little Black Numbers de Kathryn Williams et enfin Let It rain de Tracy Chapmann.

[UPDATE: le captain me fait remarquer, et il a raison, que ce n'est pas le premier album de Sigur Ros. Je sais! Je me suis mal exprimé. Je n'avais vraiment pas les yeux en face des trous quand j'ai écris ce post! C'est bien leur deuxième album. Je voulais dire que j'aimais beaucoup leur deuxième album qui s'apelle: "( )" et que j'aimais bien, aussi, leur premier qui s'appelle: "Agaetys Byrjun".]
Deux blogueurs francophones lyonnais rajoutés au blogroll, et qui méritent votre visite:
- Eaux Troubles
- Singuliers

02 décembre 2002

The Play's Not the Thing - Google News est généré automatiquement toutes les 15 minutes. Pas de journalistes, personne, juste des machines qui scannent les sites de news, classent et publient les titres des journaux et des organes d'information... "The idea is that if you take humans out of the selection process, you get a clean read on the news, uncorrupted by bias: "While the sources of the news vary in perspective and editorial approach, their selection for inclusion is done without regard to political viewpoint or ideology. While this may lead to some occasionally unusual and contradictory groupings, it is exactly this variety that makes Google News a valuable source of information."... Est-ce si bien que ça?
[via RRE]
Netlex a un grand choix de liens sur "The Lord of the Rings" et le deuxième film de la trilogie d'après le roman de Tolkien: "The Two Towers". Beau travail de blogueur!
L'Europe, pire ennemie de l'Europe - Pascal Bruckner.
La démocratie européenne est devenue un espace d'une grande diversité, où il fait bon vivre, se réaliser, s'enrichir si possible, dans le voisinage de chefs-d'oeuvre culturels. Mais dès qu'une crise éclate, l'Europe recule et se croise les bras. Colosse timoré, menacé de gigantisme, elle est devenue le Ponce Pilate des nations. Pourtant, si elle veut à nouveau exister comme «puissance», elle devrait créer chez ses citoyens les conditions mentales qui rendent indispensables la constitution d'une entité politique et d'une armée forte. C'est là que le bât blesse. Cela impliquerait d'abord des choix budgétaires donc des sacrifices. Mais surtout l'Union souffre vis-à-vis de son «protecteur» américain du complexe du débiteur et du complexe de Peter Pan. Elle n'ignore pas que sans le secours des alliés en 1917 mais surtout en 1944, elle aurait été purement et simplement rayée de la carte. Il est des générosités qui sont des formes d'affront. Aujourd'hui même, nous déléguons au grand frère yankee, érigé en bouc émissaire idéal, le soin d'aller au charbon quitte ensuite à le critiquer. Mais nous ne faisons rien pour nous affranchir de sa tutelle. Roquets voués au destin de perroquets, nous préférons gémir plutôt qu'agir. Or de deux choses l'une : ou nous acquérons les moyens de notre indépendance ou nous cessons de vitupérer à tort et à travers : on peut faire grief de tout à l'Amérique sauf de notre apathie. La maudire pour mieux consentir à sa suprématie, c'est se conduire en enfant qui se révolte contre ses parents pour ne jamais les quitter.
Cependant, l'Europe et l'Amérique sont vouées à s'entendre : elles incarnent l'une et l'autre deux conceptions divergentes des Lumières, deux destins de l'émancipation. Scepticisme et art de vivre d'un côté, optimisme et religiosité de l'autre. La première position risque toujours de verser dans l'immobilisme, la seconde dans l'aventurisme.
.../...
Réconcilier l'Amérique avec le monde et l'Europe avec l'Histoire, telle est notre tâche. Ou nous retrouvons nos capacités civilisatrices et l'orgueil de soi, ou nous serons vassalisés avec notre consentement. Auquel cas notre maison commune se réduirait à un camp de vacances luxueux, toujours prêt à abdiquer sa liberté pour un peu plus de calme et de confort.
Lire tout l'article...

01 décembre 2002

U.S. Is Preparing Base in Gulf State to Run Iraq War - Le petit état du Qatar a fait ce qu'il fallait pour attirer la machine militaire américaine, il a mis la main à la poche. Aujourd'hui le Qatar (d'où émet, paradoxalement, Al Jeezira) est une forteresse militaire américaine d'où pourrait bien partir la prochaine offensive.
Postcard from planet Google - Fascinant, les requêtes de Google (le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde) en disent long sur ce qui préoccupe les internautes dans le monde entier. Il est intéressant d'apprendre que Google garde une trace (pour l'instant sous bonne garde) de toutes les requêtes demandées avec l'adresse IP de l'ordinateur qui les demande et la liste de ce que l'internaute a cliqué à partir des réponses données à ces requêtes...! Vous êtes prévenu!
Super Natural - a profile of Viggo Mortensen (Aragorn in "The Lord of the Rings") -
Not only has Mortensen turned in consistently sharp and touching performances in the 40-odd movies he's done, he has also published more than five books of his photography, poetry and paintings along the way. Even though he admits to being an intensely private person, Mortensen claims to derive much of the same pleasure from acting that he does from painting and writing.