29 avril 2003

Beaux nuages

>> Une jolie émission de "All Songs Considered" (Vidéo ou Audio - Windows Media - 30mn) (NPR), avec Daniel Lanois, Lucinda Williams, Willie Nelson (magnifique), Boubacar Traoré, Robert Belfour, Montserrat Figueras... Americana, country, world, blues, classique... bref, éclectique.

>> Glenn McDonald ("The War Against Silence") parle du dernier disque de Lucinda Williams.

>> Déchirements américains (Le Monde)
'Une chose, cependant, est sûre : en dehors d'un petit groupe de néoconservateurs triomphants à l'ombre du Pentagone, la guerre d'Irak a plongé le monde intellectuel outre-Atlantique dans des abîmes d'introspection, de doute, de divisions et de déchirement rarement atteints. La belle unanimité du Vietnam relève d'un autre siècle, d'un monde dont on parle comme d'une planète engloutie. "Aussi loin que je me souvienne, l'Irak est la question la plus difficile à laquelle j'ai eu à faire face, en termes de conscience politique et individuelle", relève David Remnick, rédacteur en chef -editor- du magazine The New Yorker, résumant un sentiment douloureusement et largement partagé.'

>> Why do some societies make disastrous decisions? (Edge) - Par le professeur Jared Diamond, passionnant! (Via A&L Daily).

>> J'ai bien aimé cette nouvelle d'Antonya Nelson (rien lu d'elle auparavant) dans le New Yorker. Ca me rappelle un peu Ann Tyler... Une histoire de famille, de déménagement, d'enfance...

>> Et pour finir ce mardi maussade (mais avec de beaux nuages):
'You might come here Sunday on a whim.
Say your life broke down. The last good kiss
you had was years ago. You walk these streets
laid out by the insane, past hotels
that didn't last, bars that did, the tortured try
of local drivers to accelerate their lives.
Only churches are kept up. The jail
turned 70 this year. The only prisoner
is always in, not knowing what he's done...'

Richard Hugo - Degrees of Gray in Philipsburg

27 avril 2003

Sundays are rolling by

'Ghosts in tne wind that blow through my life
Follow me wherever I go
I'll never be free from these chains inside
Hidden deep down in my soul.'

Lucinda Williams - 'Bus To Baton Rouge' (in 'Essence')

>> Songs for guys (Guardian) - Profile of Lucinda Williams.
'I've never understood people who make one or two great records when they start their careers and then that's the end of it," says Lucinda Williams. "Poets don't even get to be respected until they're into their 50s and they've honed their craft. It's odd that pop music goes the other way. But it never occurred to me that I wasn't going to go on getting better."
And Williams should know, for at 50, she has just made what most critics agree is the record of her life. World Without Tears is only the seventh album from the American singer-songwriter over a 25-year career.'

>> Life through a polaroid - A voir, plaisant et beau. 'Some of the best images come from unlikely objects around us'
(via Specked Paint)

>> WebCollage by Jamie Zawinski.
'WebCollage is a program that creates collages out of random images found on the Web. More images are being added to the collage about once a minute, so this page will reload itself periodically. Clicking on one of the images in the collage will take you to the page on which it was found.'
(via Amberglow)

>> This American Life - Radio show.

>> The Free State Project
'The Free State Project is a plan in which 20,000 or more liberty-oriented people will move to a single state of the U.S., where they may work within the political system to reduce the size and scope of government. The success of the Free State Project would likely entail reductions in burdensome taxation and regulation, reforms in state and local law, an end to federal mandates, and a restoration of constitutional federalism, demonstrating the benefits of liberty to the rest of the nation and the world.'

>> Juste avant la pause pub dans "Nice People" l'animatrice dit "on ne bouge pas , on vous attend"! Voilà, vous allez avoir de la pub, mais c'est pas grave, c'est vous qui l'avez voulu, regardez et prenez votre temps, nous, on va avoir la gentillesse et la patience que vous en ayez fini avec la pub (votre petit défaut, mais c'est pas bien grave...) et on vous reprend après! C'est sidérant, ce retournement complet...

>> The shadow men (The Economist) - Intéressant article sur l'histoire des "neo-conservateurs" et leur influence sur la politique internationale des Etats Unis.

>> How the West Can Be One (New York Times Mag.) Timothy Garton Ash, toujours clair et passionant.

26 avril 2003

In The Heart Of Dixie Chicks

Temps doux, humide, pluie. Magnifique! Rien de tel qu'une petite pluie de printemps pour vous ragaillardir! Ah, la douceur atlantique! J'aime.

>> Bellles pièces de journalisme, l'avant guerre d'Irak vu du cabinet Britannique, par le Guardian:

>> Angels' fight on with naked defiance (Guardian)
'They have been called Saddam's Angels and the Dixie Sluts, traitors and big mouths, all because they made a disparaging remark about President Bush at a concert in London last month. Radio stations stopped playing their new CD and invited listeners to dump their old albums in rubbish bins and there have been death threats and calls to boycott their upcoming US tour.
Now the Texas-based Dixie Chicks are fighting back. They have posed for the cover of next week's Entertainment Weekly cheerfully wearing nothing but the epithets they have attracted and vowing to continue to speak their minds.'


>> Le numéro trois du Parti républicain "a un problème avec les actes homosexuels" (Le Monde)
Andrew Sullivan n'est pas content, pas du tout!

>> Alex MacLean survole les géométries américaines (Le Monde)
"Depuis trente ans, l'auteur mène l'enquête, en avion, sur l'organisation de l'espace aux Etats-Unis. Son travail est exposé à Paris."

"Americaland", d'Alex MacLean, passage du Désir, 85, rue du Faubourg-Saint-Martin, Paris-10e. Mo Château-d'Eau. Du lundi au dimanche, de 11 heures à 19 heures ; jeudi jusqu'à 21 heures. Jusqu'au 27 avril.

- Alex MacLean, l'arpenteur du ciel, textes de Jean-Marc Besse, James Corner, Gilles A. Tiberghien, éd. Textuel/éd. Carré.
'La tradition de l'imagerie aérienne s'est maintenue depuis la fin du XIXe siècle au travers de photographes célèbres, de Nadar à Arthus-Bertrand. On aborde pourtant avec Alex S. MacLean un autre monde, celui d'un photographe engagé qui décrit avec persévérance depuis une trentaine d'années, l'histoire et les évolutions successives d'un même territoire, des grands espaces désertiques jusqu'aux nouvelles formes d' habitat éclaté qui régissent aujourd'hui une grande part de l'urbanisme américain.
Architecte lui-même, le propos de MacLean n'est pas de parcourir le monde à la recherche d'images isolées, mais de construire des séries d'images qui racontent et font comprendre une histoire, l'histoire universelle des villes et des campagnes.
Cette obsession professionnelle de « paysagiste-urbaniste » ne l'a jamais conduit à se présenter comme le grand photographe qu'il est. Car ses photos ne reposent pas sur le caractère exceptionnel des sites qu'il photographie, mais par la qualité du cadre qu'il compose sur des sites souvent banals : zones pavillonnaires, piscines, golf, parking, paysages ruraux, etc. Véritable piéton du ciel, n'hésitant à poser son vieux Cessna dans les champs quand il ne comprend pas l'objet de son image, il cherche à mettre en lumière, ce qu'on regarde sans comprendre, et particulièrement les liens qui régissent les interstices entre la nature et la ville. Ses grands thèmes mêlent interrogations sur les effets du temps, sur les mouvements géologiques, les systèmes mouvants de limite des paysages, de dispersion des habitats, de redéploiement, d'empiètement des surfaces et des activités.'

>> Découvert via MediaTIC, le le blog de Chris Pirillo. Comment il fait ça?!

>> China's Chernobyl? (The Economist)
'The version of events just given fits not just China, which this week started to face up to the extent of its failure to control the spread of the disease SARS, a previously unknown but potentially deadly respiratory virus that is now taking a widening toll worldwide. It was also the response of the Soviet Union to the explosion of a nuclear reactor at Chernobyl in April 1986. What happened next in the Soviet Union was pretty spectacular. The explosion, which took place only a year after Mikhail Gorbachev came to power, is now regarded as a great accelerator of the programmes of glasnost and perestroika, of "openness" and "restructuring". These helped, just three years later, to bring down first the Soviet empire, then the Soviet Union itself and the Communist Party. So is SARS China's Chernobyl; or will the chain-reaction this time be controlled?'

25 avril 2003

JR becomes eclectic

>> Oh, well, Daniel Lanois est sur KCRW's Morning Becomes Eclectic. Il joue live des extraits de son tout dernier disque. A ne pas rater! (Real Player - 37 minutes).

>> The Sounds of War - Rating the news networks' theme music. By Adam Baer (Slate)
'If you logged any time watching the war in Iraq you heard a lot of blaring trumpets, military drums, and soaring violins—the artillery of broadcast news themes. As the number of cable, satellite, and Internet news options rapidly grows, music has become increasingly important in helping characterize a news organization and its anchors. Gone are the simple, early days of teletype clicks; ever since the '60s, when ABC's World News Tonight flaunted tunes from Cool Hand Luke, and NBC countered with a swingin' theme by composer Henry Mancini, news music has been highly competitive. For Operation Iraqi Freedom, many networks commissioned special themes composed of authoritative martial elements—victorious brass, pounding timpani, and electronic war sounds.'
Avec sounclips, saisissant!

>> Passant rue du Cherche-Midi (Paris), hier soir, j'ai croisé Lionel Jospin et sa femme Sylvianne Agacinsky Jospin. Celebrity spotting, pals!

>> (harrumph! still crazy!) Linden Lan Fins - Beau-ti-ful!

>> L'apaisante beauté des Sankai Juku, jardiniers en mission zen (Le Monde)
'Utsuri veut dire "jardin virtuel". Et c'est très fort, ou très malin, qu'importe, que de nous obliger à réfléchir sur la virtualité en termes d'imagination, d'espace visible ou invisible, plutôt que de focaliser sur les écrans informatiques et leurs prouesses techniques. Bref, un retour à l'origine. Sur scène, six danseurs épilés, rasés, passés au blanc des pieds à la tête : une dépersonnalisation maximale dont le but est qu'ils se transforment en véhicules ultrasensibles, capables de faire surgir une réalité autre.

De deux choses l'une : ou l'extrême lenteur du début rend captif, ou elle exclut l'homme stressé qui arrive droit du bureau, du métro, des encombrements. On peut rester sur le bord du chemin jusqu'à la fin. On peut aussi progressivement se laisser amadouer, caresser dans le sens du poil par ces corps-objets, tantôt hiératiques, tantôt grimaçants comme tous les démons de l'enfer réunis.'

>> SARS much more deadly than first estimated (New Scientist) - SARS = SRAS en bon Français. Taux de mortalité: 10%!

>> Daniel Pearl, l'enquête (Le Monde)
'Bernard-Henri Lévy a traqué les assassins du journaliste américain, décapité au Pakistan le 31 janvier 2002. Un travail d'une année où se mêlent réel et imaginaire, investigation et spéculation. Convaincant et dérangeant.'

>> Blair's secret war meetings with Clinton (Guardian)
'Tony Blair took repeated secret advice from the former American president Bill Clinton on how to unlock the diplomatic impasse between Europe and the US in the build-up to the war on Iraq, the Guardian can reveal.
In the crucial weekend before to the final breakdown of diplomacy in March, Mr Clinton was a guest of Mr Blair's at Chequers where the pair discussed the crisis.'

>> Interlocuteur attitré de l'Occident et faux modéré, Tarek Aziz est resté fidèle jusqu'au bout au raïs de Bagdad (Le Monde)

>> La grande confusion des lycéens (Le Monde)
'Le bouillonnement identitaire des élèves complique leur compréhension des questions internationales. "Ils ramènent ces sujets à leur vécu parce qu'ils manquent de repères", explique Sandrine Reynaud, 33 ans, professeur de lettres. "Ils sont très demandeurs de débats. Mais ils sont très réactifs et ont tendance à réagir de manière viscérale", note Françoise Pinel, conseillère principale d'éducation. Après une heure de discussion avec ses élèves sur la guerre en Irak, Maxime Buisson, professeur d'histoire et de géographie, semble abattu. Sa classe de seconde ne parvient pas à établir de liens entre les savoirs scolaires qu'il est chargé de transmettre et l'actualité immédiate. Pis, ses élèves multiplient les raccourcis. Un lycéen compare Hitler à Bush. Un autre assure que Palestiniens et Israéliens se battent "pour de l'eau et un peu de territoire". Un troisième évoque les mensonges des médias en prenant l'exemple de la météo. Un quatrième assure que "Bush est un bouffon", en citant les "Guignols" (Canal+) comme source d'information. L'enseignant se désole. "On aborde la démocratie avec eux, mais cela reste très vague. Je leur parle d'Athènes au Ve siècle, de la Déclaration d'indépendance des Etats-Unis ou de la Révolution française, mais cela demeure abstrait."'

24 avril 2003

Le rappel à l'ordre

>> Lutte antidrogue: Sarkozy durcit le ton (Yahoo)
'Le ministre de l'Intérieur avait déjà réclamé mercredi la "sévérité" pour tous proposant une palette de sanctions adaptées aux mineurs : "confiscation du scooter; obligation d'accomplir un travail d'intérêt général; recul de l'âge pour passer le permis de conduire" par exemple.'

>> Un constat, peu de remèdes (Libération) - Face au communautarisme, l'Etat en panne de solution. Lire aussi: L'inquiétude monte chez les juifs de France.

>> La chronique de Jacques Julliard, L’évangile selon saint Luc (Nouvel Obs')
'Ferry voudrait rétablir l’autorité à l’école, et il a raison. Nous savons depuis Platon qu’il n’est pas de pédagogie qui ne se fonde sur l’admiration. Comment voulez-vous qu’un enfant ou un adolescent apprenne quelque chose de quelqu’un qu’il traite régulièrement de «vieux con» ou de «salope»? Ce n’est certes pas partout le cas, mais la pente est forte, comme dirait M. Raffarin. Je lis chez les pédagogues que désormais l’autorité du maître, c’est à lui de la mériter. Grands dieux! mais non. L’autorité du maître, c’est avant tout celle du savoir. L’école est un lieu fondamentalement inégalitaire, qui vise avant tout à communiquer le savoir. Sinon, c’est un no man’s land, situé quelque part entre la nursery, la maison de redressement et l’asile d’aliénés.'

>> Les débats de l'Obs, Les assassins de Daniel Pearl par Bernard-Henry Lévy (Nouvel Obs')

>> Le "J'accuse" d'Elisabeth Badinter (L'Express)
'«Ce n'est pas si facile d'aller contre l'idéologie dominante.»'

>> Elisabeth Badinter : «L'homme n'est pas un ennemi à abattre» (L'Express)

>>
Le pari gagné de Tony Blair (L'Express)

>>
Burn a Country's Past and You Torch Its Future (Washington Post)
'National libraries and museums provide the material from which national identities are built. There are other sources, too -- myths, ceremonies and the other forms of culture studied by anthropologists. But complex societies have been through so much that their history requires constant reassessment. Destroy the documents, and you will damage the collective memory, the sense of self that derives from the ties that bind a people to their ancestors. Libraries and museums are not temples for ancestor worship, but they are crucial for the task of knowing who you are by knowing who you were. That kind of knowledge must be continuously reworked. Destroy the possibility of replenishing it, and you can strangle a civilization.'

>> Bush's Confusion, Baghdad's Mess - David Ignatius. (Washington Post)
'Postwar reconstruction is always messy. But in this case a bad situation is being made worse by the Bush administration's failure to resolve a longstanding feud over what role Chalabi and his group should play. Civilian officials at the Pentagon clearly want him to have the lead role. State Department and CIA officials don't trust him and want a broader strategy that combines external and internal figures. Chalabi, for his part, mistrusts the CIA and thinks it has badly botched operations in Iraq.
Meanwhile, there is Garner's group, which plans to sponsor its own political process. How all these pieces fit together isn't clear, and it's becoming a subject of anxious gossip among Iraqis.'

>> Beef and Liberty (Spectator)
'By Shakespeare’s time, the English ate more meat, especially beef and mutton, than their neighbours. And beef had become associated with battlefield prowess (see Henry V). The high consumption was partly a matter of supply and comparative affluence, and enclosures. Moreover, beef became associated also with a particular yeoman class. For instance, the Yeomen of the Guard, founded by Henry VII in 1485 to protect the king, became known under the Stuarts as ‘Beef-Eaters’ because they ate so much beef. As late as 1813 the 30 Yeomen on duty at St James’s Palace received a daily ration of 24 pounds of beef, 18 of mutton, 16 of veal and 37 gallons of beer.'

(Via Junius)

23 avril 2003

Coup bas dans les Lowcosts!

Une publicité de Ryannair fait scandale: on y voit l'ex-ministre de l'information irakien déclarer qu'Easyjet a les prix les plus bas!

>> Ryanair's 'Sahaf' advert angers rival (BBC)

Type Pad

A suivre attentivement: TypePad: 'TypePad is an upcoming hosted service providing powerful tools for creating full-featured weblogs. Built in response to the needs of webloggers, online diarists and writers, TypePad harnesses the power of Six Apart's popular Movable Type personal publishing system into a turnkey service, suitable for beginners and experts alike.'

21 avril 2003

L'éminence grise

Élisabeth Drew, dans la New York Review of Books, fait le compte-rendu de deux livres qui font le portrait de Karl Rove, l'éminence grise de la Maison Blanche, le "mentor" de monsieur Bush junior. Grand spécialiste de science politique et d'histoire politique américaine, monsieur Karl Rove a d'abord été un disciple du stratège républicain Lee Atwater. Celui-ci était bien connu pour son extraordinaire agressivité lors des campagnes électorales des candidats républicains qui avaient sa faveur et pour son affection immodérée pour les coups tordus. Karl Rove a été a bonne école et ne tarda pas, au service de George W. Bush, à mettre en oeuvre, avec succès, ces "dirty tricks" (campagnes de rumeurs et de calomnies, fréquentation des extrémistes de droite) à l'égard de John McCain, le rival républicain de George W. Bush. Les deux livres montrent une sombre image du conseiller personnel de monsieur Bush, ainsi que le rapporte Élisabeth Drew, citant quelques hauts faits de "Boy Genius" (ainsi que l'appelle son patron monsieur Bush):
The charge of a lack of patriotism helped to defeat Senator Max Cleland of Georgia, who had lost two legs and an arm in the Vietnam War. Of course it was outrageous to brand Cleland "unpatriotic," but Bush and Rove are not easily embarrassed. Bush, for all his supposedly easygoing manner, is apparently no less ruthless than his mentor. A television ad showed Cleland along with pictures of Osama bin Laden and Saddam Hussein. The Republican senator Chuck Hagel of Nebraska, himself a Vietnam veteran, was so incensed by the ad that he threatened to run his own ad endorsing Cleland unless it was canceled. After Hagel's vehement protests, it was, but the damage had been done.

Essentially the same ad was run against the South Dakota Democratic senator Tim Johnson, whose son had served in the military in Afghanistan and is currently serving in Iraq. Johnson won, but just barely. South Dakota has been a battleground for Bush and Rove since Tom Daschle, a native of the state, became majority leader of the Senate in 2001, and the midterm election in South Dakota became a proxy fight between Bush and Daschle. In November 2001, an ad was run showing Daschle, who was not up for reelection, next to a picture of Sad-dam Hussein. So much for Bush's 2000 campaign pledge to "change the tone" in Washington. The authors of Boy Genius make a persuasive case that Rove was well aware of the ads, and may have had a part in conceiving them. The Republicans retook the Senate in November 2002.

Bush's Brain portrays Rove as an implacable, unforgiving man who sees things in black and white. In a memo for a Texas client he once described his campaign strategy as "Attack. Attack. Attack." And according to Moore and Slater, Rove regards a political opponent or a rival consultant as someone who must be punished, if possible destroyed. (Rove is so competitive, the authors write, that his wife told a reporter, "Even in croquet he'd be hitting my ball so far I was crying on vacation.")

Et la conclusion n'est guère plus rassurante sur le pouvoir qui agit dans l'ombre à Washington:
Moore and Slater think that Rove is a dangerous man, but their book is not biased or malicious, based as it is on solid reporting (until they venture into the subject of Iraq). They worry about someone so single-mindedly dedicated to his employer's political success sitting in the White House with ready access to the instruments of power. It's hard to think of a precedent for this—apart from Richard Nixon's White House, with its "enemies list" which resulted in audited tax returns and other retaliatory actions. The authors of Bush's Brain quote a Washington consultant who works for both parties as saying that Rove is "Nixonian," and his political record prompts the thought that Rove is Bush's Nixon. Like Nixon, Rove sees enemies all around him; he is bent on vengeance and isn't averse to employing unscrupulous methods or exploiting patriotic emotions. His nearly unchecked power is disturbing —but Bush has to be held accountable for his actions.

More important than Rove's personal character, though, is that the brilliant visionary who, with manic energy, remade the politics of the state of Texas —recruiting candidates, throwing opponents on the defensive, raising vast amounts of money—is now trying to do the same thing to the nation.

>> The Enforcer

Dette "odieuse"

'Deux économistes de Harvard, Michael Kremer et Seema Jayachandran, vont plus loin. Ils proposent la création d'une instance (au sein de l'ONU) qui annoncerait à l'avance les régimes dont toute dette serait «odieuse». La notion de dette odieuse a été forgée par le juriste russe Sack, au début du XXe siècle, pour désigner une dette contractée sans l'accord des citoyens du pays, et sans qu'ils en bénéficient. Quand une dette aura été déclarée odieuse, les futurs régimes seront libérés de l'obligation de la rembourser. Si Mugabe emprunte sur le marché international, et si sa dette est déclarée odieuse aujourd'hui, son successeur éventuel ne sera pas tenu de rembourser. Sachant cela, les potentiels créditeurs seront probablement dissuadés de lui prêter. Ce système présente donc un double avantage, par rapport à celui où la dette des dictateurs est effacée après coup. D'abord, il ne découragera pas les investisseurs de prêter aux gouvernements légitimes. Ensuite, contrairement à un embargo, dont on peut profiter en le contournant, personne n'aura la tentation de prêter à un gouvernement dont la dette est odieuse : cela ne serait tout simplement pas rentable !'

Que faire de la dette Irakienne? Un problème plus compliqué qu'il n'y paraît.
>> Dette odieuse en Irak (Libération).

Bruckner

La faute - Pascal Bruckner, André Glucksmann et Romain Goupil s'attirent beaucoup de haine et d'insultes. Pourtant ce n'est pas un texte extrémiste. Les idées qu'ils exposent ne sont pas celles de la majorité des Français il faut bien le reconnaître. Elles vont à rebours de ce qu'il faut bien appeler une vague assez énorme d'anti-américanisme, bien relayée par les media en général et la télévision en particulier, qui déferle sur l'opinion française. Un autre pestiféré, BHL, en parle dans "Le Point" cette semaine. Je n'ai rien lu d'André Glucksmann d'autre que son "Dostoïevski à Manhattan" qui m'avait intéressé, mais sans plus. Je n'ai vu aucun film de Romain Goupil, j'ignorais tout de ses idées politiques jusqu'à aujourd'hui. Par contre j'ai lu à peu près tout ce que Pascal Bruckner a écrit, essais, romans et "opinions" dans les journaux et revues. Je lui trouve une grande lucidité, une capacité à voir derrière les masques, derrière les modes, derrières les pensées uniques. Une facilité et une capacité rare à exprimer ses idées clairement. Et un certain courage. J'aurai plutôt tendance à le croire quand il dit quelque chose d'autant qu'en général ses opinions recouvrent souvent les miennes (c'est facile!). Et j'ai une faiblesse pour ceux qui vont à rebours de l'opinion générale.

20 avril 2003

19 avril 2003

Anticonformiste

Portrait- interview de Luc Ferry dans L'Express. Philosophe, ministre de l'éducation du gouvernement Raffarin, et qui pour cette raison est maintenant universellement détesté par les gens "intelligents" ou ceux qui veulent faire partie de l'élite intellectuelle de gauche.
Le qualificatif d'"anticonformiste" fera certainement grincer quelques personnes, pourtant je pense que c'est assez approprié à ce personnage, que je persiste, dans mon aveuglement "droitiste" ou "nouveau réac'", certainement, à trouver non seulement sympathique, mais en plus diablement intéressant!

>> Luc Ferry, l'anticonformiste

Extraits du livre de Luc Ferry (Lettre à tous ceux qui aiment l'école):
'Les transformations qui affectent les conditions de la transmission du savoir à l'école, non seulement en France mais, de manière plus ou moins prononcée, dans l'ensemble du monde occidental, doivent, me semble-t-il, être imputées au mouvement d'approfondissement de l'individualisme à l'œuvre depuis les années 1960. L'individualisme, je m'empresse de le préciser, n'est nullement à mes yeux un mal: à ne pas confondre avec l'égoïsme, il définit le trait le plus caractéristique de notre modernité. Il structure les convictions et les conduites qui nous paraissent les plus naturelles: le refus de sacrifier un individu à sa communauté d'appartenance - la répulsion, par exemple, à l'égard du mariage forcé - ou encore l'importance que nous accordons à l'esprit critique, que nous préférons au dogmatisme des traditions. S'agissant de l'école, où, comme on va le voir, ses effets posent un problème, l'individualisme n'a du reste pas que des aspects négatifs: les élèves ont aujourd'hui gagné en reconnaissance ce que l'autorité de l'institution a perdu en superbe. Il n'en demeure pas moins que son exacerbation dans la période contemporaine a précipité l'école dans la crise, en valorisant l'innovation au détriment de la tradition, l'authenticité aux dépens du mérite, le divertissement contre le travail, et la liberté illimitée en lieu et place de la liberté réglée par la loi.'

Aïe...!

16 avril 2003

Calexico

Sur KCRW (Santa Monica College - Los Angeles - CA) (la radio qu'il faut écouter!), Calexico en mini-concert (Real Player - 35 min.). Vous l'ai-je déjà dit? J'adore Calexico, caramba! Passez le pulque, le mescal et la tequila...

Newsreel

'WASHINGTON, 15 avril (Reuters) - Le président américain George W. Bush doit signer mercredi la facture de 79 milliards de dollars correspondant au coût de la guerre en Irak avant de s'envoler pour son ranch de Crawford, au Texas, où il passera les fêtes de Pâques.'
Yahoo

'Fatima Belaïd, interrogée par le tribunal, a affirmé n'avoir touché que 19 millions de francs et a expliqué que Loïk Le Floch-Prigent l'aurait menacée. "Il m'a dit que si je m'entêtais, je prendrais une balle dans le dos du président (du Gabon Omar) Bongo", a-t-elle affirmé.'
Yahoo

'Ils "n'ont pas touché aux copies, ils ont volé les originaux. C'est une opération de vol organisé", affirme-t-il. Les militaires américains ont assuré qu'ils faisaient leur possible pourrécupérer les trésors volés. "Nous travaillons avec l'aide de la population irakienne pour tenter de récupérer les objets volés", a indiqué mardi, au siège du Commandement central militaire américain, le général Vincent Brooks.'
Yahoo

8ème meilleure vente de disques "country & western" aux USA: "I Believe," de Diamond Rio. (Arista Nashville).
Yahoo

'Monica Lewinsky débutera son nouveau travail le 21 avril sur les ondes du réseau américain Fox: animatrice de série réalité. Lewinsky sera en charge de la série MR.PERSONALITY, où une participante doit choisir un compagnon parmi 20 hommes. Le hic? Ils sont masqués et elle doit d'abord tomber en amour avec la personnalité du participant.'
Yahoo (rédacteur québécois: "tomber en amour"!)

'La salle était pleine de supporteurs arborant le maillot frappé du N.23 et les panneaux à la gloire de "MJ" ne manquaient pas: de "Tu vas nous manquer", à "On t'aime", en passant par "Merci Dieu d'avoir donné Michael Jordan".'
Yahoo (Adieus au parquet du gigantissime Michael 'Air' Jordan (sniff!))

'HONG KONG (AFP) - Tous les passagers des avions arrivant ou partant de Hong Kong devront se soumettre à une mesure de leur température, ont annoncé mercredi les autorités de Hong Kong dans le cadre des mesures destinées à lutter contre l'épidémie de pneumonie atypique.'
Le Figaro

15 avril 2003

Jeff Brouws, photographe

'Jeff Brouws has been photographing various aspects of American culture over the past 15 years. His work has been published in Highway : America's Endless Dream (Stewart, Tabori and Chang 1997), Inside the Live Reptile Tent : The Twilight World of the Carnival Midway (Chronicle Books 2000), Twentysix Abandoned Gasoline Stations (Gas -N- Go Publications, 1992) and the forthcoming Readymades : A Catalog of American Artifacts (Chronicle Books 2003).'

>> Jeff Brouws
(via Speckled Paint et Brad Zellar)

La citation du Mardi

"Après une longue exploration de la littérature et de la philosophie chinoises, j'arrive à la conclusion que leur plus haut idéal a toujours été un homme détaché de la vie et sagement désenchanté. Cette sagesse engendre une certaine hauteur de caractère qui donne la possibilité à chacun d'avancer dans l'existence avec une ironie tolérante, d'échapper aux tentations de la gloire, de la richesse, des exploits, et finalement, d'accepter les événements. De ce détachement découlent aussi le sens de la liberté, l'amour du vagabondage, de l'orgueil, de la nonchalance. Car seul le sens de la liberté et de l'oisiveté permet d'atteindre la joie de vivre intensément."

Lin Yu Tang L'Importance de vivre trouvé dans Petit traité de désinvolture de Denis Grozdanovitch.

L.A. Avenue

Un type qui a mis une webcam sur son tableau de bord, et nous fait partager ses pérégrinations incessante, pour son job, à travers L.A.. Plus pour l'anecdote et pour l'idée amusante que pour autre chose, mais je suis toujours fasciné par ce genre de gadget!
>> L.A. Avenue.com - Live Views of Southern California
(via Emmanuelle)

14 avril 2003

Humeur flâneuse

Pour aujourd'hui on ira lire ce post de Divagation, et on se régalera des 'Pocket Scraps' de Brad Zellar, par exemple. Et on s'arretera sur le canard enragé de Speckled Paint.

Et si demain il fait le temps annoncé, on ne manquera pas d'aller flâner dans Paris...

13 avril 2003

I love Tori

Tori Amos joue, chante et réponds à quelques questions sur KCRW (Real Player) (37 minutes) et c'est vraiment beau, Tori seule au piano. Ca me donne des frissons...
>> KCRW Tori Amos
(Via Erichian)

Les palais de Saddam sont pleins de produits Français!

'U.S. soldiers who moved into one of Saddam’s sumptuous palaces found a treasure house of less-deadly French goodies. Sets of Baath Party-logo silverware were marked MADE IN FRANCE on the back. And the palace was littered with the French cigarette brands Gauloise and Gitane. There were even packages of white French underwear.'
Des gauldos et des "white French underwear", c'est d'un goût!
>> The French: I’m Shocked, Shocked!

Sea, by Paul Ford

Je ne sais pas pourquoi j'aime cette photo!
>> Sea

Les corps et les esprits

Franklin Graham est le fils de Billy Graham, évangéliste militant bien connu, et conseiller spirituel de Bush junior. Franklin a l'intention d'envoyer son ONG personnelle et confessionnelle faire de l'humanitaire en Irak. On peut raisonnablement soupçonner Franklin Graham de vouloir convertir au passage quelques musulmans. Est-ce que le mot "croisade" évoque quelque chose?
>> Jesus in Baghdad - Why we should keep Franklin Graham out of Iraq.

Un truc pour devenir riche

Essayer un de ces boulots proposés dans les spams, qui sont censés vous rendre riche sans bouger le derrière de votre chaise. Résultat: arnaque:
>> Spam I Am - I try an Internet get-rich-quick scheme.

De nouvelles recrues pour le goulag Cubain

La guerre en Irak nous fait oublier que cette semaine Castro a fait emprisonner 78 dissidents. Du temps de Clinton, Castro pensait à un réchauffement avec les USA et tolérait les dissidents. Mais avec George W., Castro n'a plus rien à espérer, pire, il a peur, d'où la répression.
>> Repression in Cuba
Et ce ce n'est pas tout:
'HAVANA (AP) -- Three men convicted of hijacking a passenger ferry last week were executed by firing squad Friday, a swift response by Fidel Castro's government to a recent string of hijackings to the United States.
Un semaine après les faits! Parlez de justice expéditive...

Je ne regarde plus les news à la télé Française

'La France a su un moment incarner la troisième voie, entre Américains dominateurs et dictatures féodales. Maintenant, elle peut juste se consoler en voyant les bébés palestiniens s’appeler Chirac, et nos ambassades épargnées alors que les Britanniques redécouvrent dans le monde les charmes du terrorisme comme au bon vieux temps de l’IRA. Je pense que Karl Zéro fera un très bon clip là-dessus, avec des Anglais qui meurent dans d’atroces souffrances et un slogan parodique qui fera rire les bobos. Car évidemment, quand le « Sun » insulte Chirac, ce sont des beaufs, quand le « New York Times » invite à boycotter nos produits, ce sont des imbéciles, mais quand Canal + se moque en permanence des deux peuples de la « coalition », c’est un sain humour qui remet les choses à leur juste place.'

Je suis entièrement d'accord avec ce qu'écris A window in Lebanon dans ce post, et j'applaudis. La façon dont les télés Françaises ont rendu compte de la guerre en Irak a été lamentable d'arrogance, de bêtise et de parti-pris. Surtout France 2. Lisez tout ce post, ça en vaut la peine.
[UPDATE: L'ami Mangeclous, me signalle que le lien est cassé. De fait, alors allez sur le blog lui-même et scrollez vers le bas.]

12 avril 2003

Tony Blair dans les "Simpsons"

LONDRES (Reuters) - Tony Blair a fait une pause dans son emploi du temps de Premier ministre britannique "en guerre" contre l'Irak pour enregistrer quelques répliques pour la série culte américaine, "The Simpsons".
Le porte-parole de Downing Street a expliqué samedi que le chef du gouvernement, grand fan de ce dessin animé, serait représenté dans un épisode racontant un voyage de la famille Simpson en Angleterre.

>>Tony Blair s'invite chez les "Simpsons"

Soldat Lori Pestewa, 23 ans, indienne Hopi, tuée en Iraq

'This is the tale of two privates. They were sisters-in-arms - two young women fighting for Uncle Sam. They were roommates at Fort Bliss military base in Texas; tentmates in the Gulf, and close friends at all places in between. Then they (and 13 other members of the US Army's 507th Maintenance Company) took a wrong turn in the southern Iraqi city of Nassiriya and were ambushed. One, Jessica Lynch, 19, was injured, hospitalised and then rescued by Special Forces to emerge as the poster girl for American resilience and camaraderie. The other, Lori Piestewa, 23, was killed, with the gruesome distinction of being the first native American in the US army to be killed in combat and the only American servicewoman to die in this war. '

>> What about Private Lori? - Excellent et bien documenté, à lire de bout en bout.

Les Français sont ils antiaméricains?

'L'antiaméricanisme se définit non par l'hostilité aux Etats-Unis, mais par la manière déraisonnable, irrationnelle, de l'exprimer: mépris des faits, démesure, mauvaise foi, mensonge historique, injures. C'est un mystère français: la critique des dirigeants américains, exercice légitime et plus que nécessaire compte tenu de leur style et de leur comportement présent et passé, dérape invariablement dans la bêtise antiaméricaine, comme l'avoue ingénument Noël Mamère, revendiquant d'être un «antiaméricain primaire». Cette ivresse française, qui dissout sang-froid et sens de la nuance, fait perdre leur subtilité aux meilleurs esprits.'

>> L'antiaméricanisme, un mal français.

Ce qu'ils ne pouvaient pas dire

'For example, in the mid-1990's one of our Iraqi cameramen was abducted. For weeks he was beaten and subjected to electroshock torture in the basement of a secret police headquarters because he refused to confirm the government's ludicrous suspicion that I was the Central Intelligence Agency's Iraq station chief. CNN had been in Baghdad long enough to know that telling the world about the torture of one of its employees would almost certainly have gotten him killed and put his family and co-workers at grave risk.

Working for a foreign news organization provided Iraqi citizens no protection. The secret police terrorized Iraqis working for international press services who were courageous enough to try to provide accurate reporting. Some vanished, never to be heard from again. Others disappeared and then surfaced later with whispered tales of being hauled off and tortured in unimaginable ways. Obviously, other news organizations were in the same bind we were when it came to reporting on their own workers.'

>> The News We Kept to Ourselves - Le patron de CNN vide son sac sur ce qu'il ne pouvait dire.

Optimiste

Un site web consacré aux "perles" du ministre irakien de l'Information: malheureusement aussitôt mis en ligne le serveur a saturé!

11 avril 2003

Wit

Assaut de réjouissante ironie et de talent dans The Guardian aujourd'hui! La presse Britannique que j'aime: information rigoureuse, ton pince-sans-rire et ironie, résumé en un mot: "wit", élégance du style... La classe quoi!

Voici donc le premier éditorial de l'ancien ministre de l'information Irakien, Mohamed Saeed Al Sayaf pour le Guardian:
'Believe nothing that Gordon Brown says. With his budget I tell you he has committed suicide, absolutely. If he wants to find an extra £12bn he will have to find it in hell, because that is where he will be, with the added inconvenience of ravenous crows fighting over his pancreas.'

Puis John O'Farrel contemple la dictature McDo:
'The fast food mentality has spread to everything. US foreign policy is quick and easy and don't think about the consequences. "Big Mac to go. Fries to go. United Nations to go." And despite closing hundreds of outlets in the west, McDonald's is still seeking to expand in the third world. Soon there will be very few cities in the world without vanilla shake splattered across the pavement. The west has got wise, so let's force the stuff down the throats of the rest of the world'

Enfin Julian Barnes tempère la victoire:
'The war depends on domestic public support. Public support depends in part on disguising the reality of war (hence the hypocritical hoo-ha about the "parading" of prisoners) and on calculating the acceptability of death. So what would be the best way of scoring the game? Someone, somewhere, some Machiavellian focus-grouper or damage statistician, is probably doing just this. Let's start with the basic unit: one dead Iraqi soldier, score one point. Two for a dead Republican Guard, three for Special Republican Guard or fedayeen. And so on up to the top of the regime: 5,000, let's say, for Chemical Ali; 7,500 for each of Saddam's sons; 10,000 for the tyrant himself.
Now for the potentially demoralising downside. One Iraqi civilian killed: if male, lose five points, female 10, a child 20. One coalition soldier killed: deduct 50 points. And then, worst of all (as it underlines the futility and hazard of war), one coalition soldier killed by friendly fire: deduct 100 points. On the other hand, gain 1,000 for each incident which a couple of years down the line can give rise to a feel-good Hollywood movie: witness "Saving Private Lynch".'

07 avril 2003

Pullman dernière

Pullman brings back Lyra for Oxford mystery - Pullman dernière: une suite aux aventures de Lyra ("His Dark Material" - "A la croisée des mondes"), sous forme de nouvelle incluse dans un livre-objet appelé: "Lyra's Oxford". Un film est prévu ainsi qu'une pièce de théâtre. Avant un nouveau volume du maître d'Oxford: "The Book Of Dust".

05 avril 2003

Links du jour

10 things we didn't know this time last week - avec une photo prise par Meg en tête.

With God on His Side - L'Amérique et la religion. Passionnant!

Featured Author: Tom Wolfe

Paul Explains Lennon-McCartney vs. McCartney-Lennon - "To set the record straight"!

The triumph of The West Wing - Very funny review of the TV show.

Interview Magnus Mills

Le poète

Donald Rumsfeld, poète (qui s'ignore!)
'The Situation
Things will not be necessarily continuous.
The fact that they are something other than perfectly continuous
Ought not to be characterized as a pause.
There will be some things that people will see.
There will be some things that people won't see.
And life goes on.

—Oct. 12, 2001, Department of Defense news briefing'

Tracts

Coalition Leaflets - Collection de tracts lancés par les forces américaines sur l'Irak.

Drudge

The Secrets of Drudge Inc. - Reportage sur le fonctionnement et les profits du Drudge Report
'There is always this feeling that Drudge is about to break something," says Phil Boyce, program director at WABC radio in New York. That leads many loyal readers to check the site 10 to 15 times a day. That drawing power has turned Drudge into one of the Net's biggest traffic generators. "Besides being on the front page of Yahoo or getting some major placement on AOL, Drudge Report is the place to be," says Bill Bastone, editor of the Smoking Gun website. "The second he links to us, our traffic triples." Conversely, getting your link removed from Drudge's homepage can be catastrophic. Just ask the New York Press. Last summer the alternative weekly ran a column that criticized Drudge. In retaliation, Drudge dropped the Press from his list of newspaper links. Overnight, traffic to the paper's site plummeted by a third.'

(via Linkmachinego)

02 avril 2003

Conflit d'opinions

Those awkward hearts and minds - La coalition américano-britannique a encore beaucoup de chemin à faire pour convaincre le monde du bien fondé de son intervention en Irak. Si l'opinion Américaine reste acquise à la guerre, et a sensiblement varié de l'opposition au soutien en Grande-Bretagne, pour le reste du monde à l'exception notable du Danemark et de l'Australie, c'est contre! Le pays d'Europe le plus anti-guerre est l'Espagne de Jose Maria Aznar. Article de The Economist.

En France il semble que l'hostilité envers les Etats Unis, en particuliers dans les cités, inquiète le gouvernement, selon cet article du Figaro.

Ce soir je suis passé m'acheter des bouquins chez WH Smith, rue de Rivoli. La place de la Concorde est en état de guerre. L'ambassade des Etats Unis est cordonnée à au moins 100 mètres tout autour, et jusqu'au milieu de la place par des barrières Vauban placées en croix sur plusieurs épaisseurs, il y a des bulldozers et des camions pompes de la police partout, prêts à l'emploi. Des cars de flics en abondance et des pandores partout. L'entrée du Crillon ressemble à un check-point de ville en guerre civile.

01 avril 2003

Conflit du travail

Vous vous souvenez bien sûr de la "Guerre du Golfe 1" en 1991? Vous vous rappelez alors de celui qui commenta sur place, de sa chambre d'hôtel avec son téléphone satellite, les premières frappes sur Bagdad, le journaliste de CNN Peter Arnett. Ce gars là devint célèbre en un instant en commentant le premier bombardement de Bagdad, il a eu une succession pléthorique, (mais CNN a eu moins de chance, qui s'est fait virer de la capitale Irakienne manu militari il y a quelques jours). M. Arnett eut aussi un prix Pulitzer pour son exploit.

Aujourd'hui M. Arnett ne travaille plus pour CNN mais pour NBC, une autre grande chaîne Américaine, enfin, travaillait, car il vient de se faire virer. Il aurait commenté assez défavorablement la stratégie Américaine actuelle en Irak, allant même jusqu'à dire que c'était un échec. A priori ce n'est pas un péché majeur, même sur une chaîne Américaine (sur une chaîne Française ça lui vaudrait probablement une promotion et les félicitations de la direction). Oui, mais voilà, Peter Arnett a choisi de donner ses opinions sur la stratégie Américaine... à la télé Irakienne.

Maintenant, que ce qu'il dise soit assez évident même pour quelqu'un peu au fait de la chose militaire c'est une chose, qu'il clame haut et fort ce qu'il pense à souhait, c'est son droit le plus strict, mais d'aller le dire sur la télé Irakienne quand on est reporter d'une méga-chaîne Américaine c'est assez gonflé et pour tout dire assez stupide, et NBC n'a pas aimé. Qu'il ait agit par bêtise ou pour un autre motif, peu importe.

Mais tout va bien dans le meilleur des mondes, M. Arnett a été ré-embauché par le journal Britannique "The Daily Mirror"! Bon, c'est pas tout à fait le même standing, tout de même.