26 mai 2003

Images

Frank Horvat: Bestiarum - Animaux plus paysages.
Horvat est un de mes photographe préféré.

Photo Blogs

Prospecting for Gold Among the Photo Blogs
'Photo blogs are the colorful offspring of blogs, or Web logs, written diaries posted and updated regularly on the Internet. For a half-dozen years people have been posting text blogs to rant and to ponder the events of the day and the dust beneath their feet. Then, sometime in 2000, people started posting photographs to go with the text. The photo blog was born. Now photo blogs often are posted with no text at all. And there are thousands of them.'

At the top

360 degree panorama from the top of Mt Everest

Anniversaire

Ce blog a deux ans, aujourd'hui.

Et Blogger rame, d'une force!...

24 mai 2003

Réminiscences ( # 1 )

USA 1993
Sur la US 50 une fois franchit le col de Monarch et le Divide avant de redescendre dans la vallée de la Gunnison River, on traverse un plateau d'altitude très vert, très vide. "Speed control by aircraft" avertissent de petites pancartes le long de la route. La radio fonctionne de nouveau -- elle nous avait abandonnée pendant la longue montée sinueuse vers le col, dès qu'on avait quitté la vallée de l'Arkansas -- une station de country-music de la petite ville de Gunnison, plus bas dans la vallée. Le paysage est celui d'un alpage, une sorte d'herbe bizarre, rase, très verte, à moitié mousse, à moitié herbe. De curieuses formes géologiques bombées parsèment ce plateau, comme si on avait enterré à moitié de gigantesques chapeaux melons. Le sable affleure, certains endroits sont pelés. Pas d'arbres, juste la prairie mousseuse et vallonnée. L'absence d'habitation est très étonnante pour un européen habitué à avoir toujours une quelconque trace d'installation humaine dans le paysage. Ici il n'y a personne, ou presque. Il y a un nom de village sur la carte, mais de village point, juste une station service, un saloon, un "general store", quelques pick-ups garés devant et des gens habillés en cow-boys qui nous regardent passer. Dans la voiture on rigole un peu mais on est aussi épatés, c'est l'Ouest plus vrai qu'on l'aurait imaginé... Au loin dans la vallée, devant nous, un orage s'annonce, le ciel est noir, les rayons du soleil se diffusent en éventail lumineux sous les nuages, les montagnes se teintent de violet. Parasites dans la radio. L'orage nous attrapera à Gunnison, le long du lac de Curecanti.

High Tech Soldiers

>> Uber-Soldier Needs Much Debugging - (Wired News)
'Thanks to their sleek, form-fitting battle suits, ordinary soldiers may someday turn into supermen. Bullets won't stop them; neither will chemical attacks. Their nanotech-made muscles might let them jump higher and kick more butt than their opponents. And if they do somehow get hurt, the suit could immediately start to heal them and report their injuries back to headquarters.
At least, that's what a collection of industrial, academic and military bigwigs promise, as they gather here this week for the official launch of MIT's Institute for Soldier Nanotechnologies. The reality is, many bugs have to be worked out before the U.S. puts super soldiers on the field. A good start for ISN would be simply keeping their electronics-laden outerwear dry in the rain.'

>> "If We Run Out of Batteries, This War is Screwed." (Wired)
'Four soldiers guard a checkpoint leading to the tent, which is stiflingly hot inside - somewhere around 100 degrees, though it's only 85 outside. Corporal Joshua Murray, the 28-year-old in charge, is clearly worried. His 8-foot bank of Cisco switches and routers is hot to the touch and covered in a thick layer of sediment. "The air-conditioning is breaking down," he tells me. "And the dust is impossible."
As we talk, Private First Class Michael Boone sweeps the switches with a canister vacuum much like the one I use to clean my linoleum back home. "This equipment was never meant to be run in this kind of environment," Murray says. "When a dust storm comes through here, the tent is totally useless. I wouldn't be able to see you, that's how bad it is." I'm standing two feet from him. "We'll have people vacuuming the switches and servers around the clock, which helps," he says. "But none of it's going to matter if it gets hot."

"You're in the desert," I say. "It's going to get hot."

He turns away and nervously scratches his head. These servers were built for climate-controlled rooms in Silicon Valley. The military is already pushing them to their limit, running a network that fast becomes unstable whenever the temperature pushes past 100 degrees. By next month, daytime highs will hit 125. If the war were to drag on, the system could crash.
The further down the line I go, the easier it is to see the holes in the system. "Who the fuck do we look like, Lewis and Clark?" Private Jared Johnson blurts out when I ask him how we ended up lost in the Iraqi desert. I'm headed north again, this time with a 97-vehicle convoy whose mission is to deliver missile launchers and set up a Tactical Operations Center just south of the Baghdad suburbs. But there's a problem; the convoy makes two massive U-turns in search of a side road that leads to a much-needed fuel stop.

"We're lima lima mike foxtrot in Iraq," says Sergeant Frank Cleveland, who's riding shotgun in the truck where I've hitched a ride.

"What does that mean?" I ask from the backseat.

"We're lost like a motherfucker," he says.

Theoretically, the commander of the convoy should know its position. This guy hasn't been able to figure it out. But even without human error the system can break down. One soldier I talked to said the screen icons representing the convoy and all other forces disappeared when we crossed the border. All that was left was a map of Iraq.'

Musique

'Somewhere over the rainbow way up high
And the dreams that you dream of once in a lullaby
Somewhere over the rainbow blue birds fly
And the dreams that you dream of, dreams really do come true

Someday I'll wish upon a star, wake up where the clouds are far behind me
Where trouble melts like lemon drops
High above the chimney tops is where you'll find me

Somewhere over the rainbow bluebirds fly
And the dreams that you dare to, oh why, oh why can't I?

Well I see trees of green and red roses too,
I'll watch then bloom for me and you
And I think to myself, what a wonderful world
Well I see skies of blue and I see clouds of white and the brightness of day
I like the dark and I think to myself, what a wonderful world
The colors of the rainbow so pretty in the sky
are also on the faces of people passing by
I see friends shaking hands saying, How do you do?
They're really saying, I, I love you
I hear babies cry and I watch them grow,
They'll learn much more than we'll know
And I think to myself, what a wonderful world

Someday I'll wish upon a star, wake up where the clouds are far behind me
Where trouble melts like lemon drops
High above the chimney tops is where you'll find me
Somewhere over the rainbow way up high
And the dreams that you dare to, oh why, oh why can't I?'

"Somewhere Over The Rainbow/What A Wonderful World" by Israel Kamakawiwo'ole sur le wonderful Erichian.

Images

>> Natalie and her lovers

>> Todd Hido: photographies d'appartements vides, de maisons banlieusardes la nuit, de chambres de motels, de paysages incertains, de visages anonymes... Magnifique. Me fait beaucoup penser à Edward Hopper.
(les deux, via Consumptive)

>> Lomography - Recueil de trésors, par exemple: Fokusgrupe... J'ai vraiment envie de me mettre à la lomographie. Bon, hier je me suis aussi fait envie d'un de ces minuscules appareils photo numériques et de me lancer des défis photographiques absurdes...!

>> Local News: Tabloid Pictures from the Los Angeles Herald Express de 1936 à 1961, avec leurs légendes originales. Vraiment de splendides photos de presse et des portraits, du glauque à l'épouvantable! Les fans d'Ellroy seront comblés.
(via Irregular Orbit)

Visages

'Du visage de l'enfant à celui du vieil homme, il y a une continuité troublante, une ressemblance jamais démentie. Et pourtant combien de visages se succèdent dans une vie d'homme au fil des saisons, des épreuves, ou même simplement au long de la vie quotidienne. La métamorphose permanente d'un visage reste fidèle à un "air", une forme évanescente que rien ne peut saisir mais qui dit la singularité d'un homme.'

David Le Breton Des Visages

'Le visage unique de l'homme répond à l'unicité de son aventure personnelle. Mais cependant le social et le culturel en modèlent la forme et les mouvements. Le visage offert au monde est un compromis entre les orientations collectives et la manière personnelle dont chaque acteur s'en arrange. Les mimiques et les émotions qui le traversent, les mises en scène de son apparence (coiffure, maquillage, etc.), relèvent d'une symbolique sociale au sein de laquelle l'acteur puise avec son style particulier.'

David Le Breton Des Visages

'Les visages sont lisibles. Tout y est inscrit, dans les plis et le relief. Visages comme des paysages, lisses, transparents, pays d'eau et de lacs, où brillent les yeux translucides; ou bien compacts, terres minérales, terres brulées, aux yeux enfoncés dans les failles des paupières étroites. Visages cuits par le soleil, par le froid, par le vent. Visages ternes, gris, sans lumière, comme sortis de l'intérieur de la terre, visages souterrains. Visages nus. Visages illuminés, rayonnants. Visages éffacés, ou cachés par les masques. Il n'y en a pas d'indifférents. Ils sont le premier signe, le premier appel, avant toute parole et toute pensée.'

J.M.G. Le Clézio L'inconnu sur la terre.

21 mai 2003

Quel blog?

Par mediaTIC , j'ai lu ça sur Via Digitalis:
'On le lit, on le sent en filigrane de tous ces blogs que nous alimentons: le temps manque. Ou plus justement, s'il est à disposition, il est,déjà, au détriment de quelque chose, la lecture,la réflexion. Il y a chez moi,d'emblée, ambivalence: le bonheur de finalement avoir à portée de main un véritable instrument contributif pour partager et faire partager. Mais aussi cette impression que cet échange est encore, chez nous tous les blogueurs, mal maîtrisé. Le blog personnel est introverti à l'extrême. La collecte des liens et des dépêches, déjà automatisée, est circulaire. Blogs nombriliques contre blogs à répétition, blogs bégayants. Où est le juste milieu?'

C'est une question que je me pose tous les jours et je voudrais bien réaliser un blog entre les deux (ou plutôt entre les trois parce que je vois une troisième catégorie: le blog d'opinion ou de réflexion). Le blog de lien demande beaucoup de temps, et au bout d'un moment on ne surfe plus sur le net au gré de ses fantaisies, on ne flâne plus sur le net, on cherche un bon lien à mettre dans son blog. C'est terrible quand on se rend compte de ça. De plus, c'est vrai que l'automatisation, les aggrégateurs font pas mal de boulot, et les media gratuits se raréfient. Donner son opinion à chaque occasion ou éclairer intelligemment chaque info, chaque problème? Je n'en suis guère capable sur le long terme, ça prend aussi beaucoup de temps, de jus de cerveau, de vrai travail. Blog personnel? Je n'ai guère le goût à m'épancher au yeux du monde et pourtant faire quelque chose de plus personnel sur cet espace me tente. Alors trouver un juste milieu entre ces trois options? On peut essayer.

19 mai 2003

Ben is eclectic

Uh oh! Ben Harper est sur KCRW, Morning Becomes Eclectic, mini-concert and so on...

Counting Crows

J'écoute quasiment en boucle "August And Everything After", le meilleur disque de Counting Crows. Rien d'original, de l'American Trad Rock. Bien entendu parmi mes styles de prédilection (bien que je sois relativement éclectique).
Un disque, donc, de 1993, mais qui fait pas son âge. Plutôt sombre sans être austère, plein de balades et un coté Springsteen vraiment bienvenu. Bien évidement la chanson que je préfère et le célèbre (!) "Mister Jones" avec un beau jeu de guitare. Mais globalement ce CD me plaît de bout en bout ce qui est assez exceptionnel pour être mentionné. Et puis j'aime le nom de ce groupe: "Counting Crows".

Envie d'espace

Envie de grands espaces. Étouffement claustrophobique. Envie de ciel immense et de nature sauvage. Je pourrais partir en Amérique, prendre un PARIS - HOUSTON de CONTINENTAL et de là filer sur SANTA FE ou sur FLAGSTAFF. Je pourrais plus simplement aller en Auvergne ou voir la mer, mais je ne trouve pas ça assez spectaculaire et sauvage pour mes yeux blasés. Bon, je ne prendrai pas l'avion cette fois-ci, hélas, pas d'Amérique pour le moment... Relire Jim Harrison, et jeter un coup d'oeil sur le "Blue Highways" de William Least Heat-Moon, scruter le National Geographic Road Atlas ou le Rand McNally comme je le fais depuis quinze ans, passer chez Brentano's pour acheter un Rick Bass que je n'aurai pas ou "Great Plains" de Frazier.
Ersatz!

18 mai 2003

Et demain on recommence...

Tiens! Le Monde a une nouvelle présentation sur le web.

>> Irak : retour sur une débâcle (Le Monde)

>> Have you seen this man? (Guardian) - "This man" being Thomas Pynchon.
'One of the weirdest rumours about Pynchon that circulated in the early 1990s, and which the new film does not discuss, was that he was the Unabomber. On the face of it, there are certain philosophical parallels between Pynchon and the real Unabomber, Theodore Kaczynski, who terrorised victims over two decades by sending explosive packages from his log-cabin hideout in rural Montana. Kaczynski was caught after his brother read the 30,000-word "Manifesto" Kaczynski submitted to US newspapers, and which was printed in full by the Washington Post in 1995. The Manifesto, a tract of romantic primitivism, calls for a "revolutionary" dismantling of modernity and a new life that is "closer to nature". Throughout, it expresses a paranoid-conspiratorial view of what Kaczynski refers to as "the industrial-technological system". This parallels Pynchon's interest in espionage, governmental control and powerful secret societies, such as the alternative postal system in The Crying of Lot 49.
Kaczynski worries about the destructive power of science; Pynchon's own ambivalence on the subject is expressed in the symbolism of the Nazi V-2 rocket that saturates Gravity's Rainbow. Indeed, in 1984 Pynchon wrote an article for the New York Times Book Review entitled Is it OK to be a Luddite? Rather than a simple call to smash the machines, however, this is a historical analysis of various forms of Luddism and an overview of the challenges posed to modern society by technology.

The FBI's iconic pencil sketch of the Unabomber, in hooded sweatshirt and sunglasses, also seemed similar to reports of Pynchon's preferred incognito apparel. But of course the crude anti-ironism of sending explosives through the post was hardly Pynchon's style: his novels were his bombs, packaged charges of transformative argument delivered from a carefully guarded nowhere. '

>> A Parade of Hearses Protests L.A. Violence (L.A. Times)
'The demonstration by people in death-related industries had been organized by several Los Angeles funeral home owners and employees -- tired, they said, of young gunshot victims passing through their doors. It was a strange idea, they admitted. But once word got out, more and more of their colleagues joined in, and the result was a column of nearly 20 hearses streaming through the streets of South Los Angeles on Saturday morning. Many of those who took part said they have long harbored feelings of unease about profiting from an all-too-common source of business: premature deaths due to a plague of street homicides.
"We know that people are going to die," said Edith Simpson, a counselor at House of Winston Mortuary. "But making money off senseless killing -- that is another thing." '

17 mai 2003

This tiny World Wide Web

>> Mind Share (Wired) - Une analyse du phénomène weblog par Steven Johnson.
'We've lived so long under the notion of the Web as a space of connected documents, it seems almost unthinkable that it could be organized any other way. But it could just as easily be assembled around a different axis: not pages but minds.
The explosive growth of blogging is creating the opportunity to do just that. Hundreds of thousands of individuals now maintain their own weblogs, updating them regularly with links, commentary, and personal anecdotes. There are some wonderful group weblogs, to be sure, but the general principle of blogspace is one per person. Following a well-maintained, up-to-date personal blog is - short of shacking up with someone - the most efficient method yet invented to keep track of what's going on in another person's head over extended periods: what they're working on, linking to, obsessing about, listening to, reading. On a day-to-day basis, I am more intimately aware of the latest happenings in the world of my 10 favorite bloggers than I am of what's going on with my closest friends. And of those 10 bloggers, I've met only two or three in person. As one of them, Rael Dornfest, likes to say: "Following someone's blog is like doing a TiVo season pass for a person." '

>> Dating a Blogger, Reading All About It (NYT) - Ecrire un blog comporte des risques: que les gens que vous connaissez et qui vous connaissent dans la vie non virtuelle découvrent vos petits secrets et ce que vous pensez vraiment d'eux! Le web est un petit monde.
'While personal blogs have been around for years, their proliferation has caused a wrinkle in the social fabric among people in their teens, 20's and early 30's. Inundated with bloggers, they are finding that every clique now has its own Matt Drudge, someone capable of instantly turning details of their lives into saucy Internet fare."It's like all your friends are reporters now," said Douglas Rushkoff, a blogger and author of "Media Virus" and other books about the impact of technology on society.'

>> The truth about Jessica (Guardian) - La version pentagonienne du sauvetage du soldat Lynch des geôles Irakiennes était un peu romancée pour les besoins de la cause.
'Her rescue will go down as one of the most stunning pieces of news management yet conceived. It provides a remarkable insight into the real influence of Hollywood producers on the Pentagon's media managers, and has produced a template from which America hopes to present its future wars. '

>> Marathon man (Guardian) - Portrait de Haruki Murakami, écrivain Japonais cosmopolite et multi-tâche, passionné par le Jazz, l'écriture, la traduction, la course à pieds et par le monde qui l'entoure.

14 mai 2003

Info, un faux

>> Times Reporter Who Resigned Leaves Long Trail of Deception (NYT) - L'histoire de Jayson Blair, reporter au New York Times qui , depuis quatre ans, bidonnait ses articles, inventant des détails, copiant ici où là des articles authentiques d'autres journaux, faisant ses reportages à partir de photos en disant qu'il avait assisté à la scène décrite, racontant qu'il avait rencontré les gens dont il parlait alors qu'il n'avait pas quitté son bureau de New York. Le New York Times s'est fendu de quatre pages d'explications et d'enquête sur son journaliste facétieux et à demandé à ses lecteurs de signaler les inexactitudes et faux qu'ils auraient pu remarquer.
- Articles by Jayson Blair Since Late October, 2002 (NYT)
- Witnesses and Documents Unveil Deceptions in a Reporter's Work (NYT)
- et en français dans Le Monde: Plagiats et inventions d'un reporter du "New York Times", et dans Libé: Un faussaire au«New York Times».

>> The May Day Project : Your Day In Photos - Le 10 mai un certain nombre de gens ont pris une photo par heure et ont publié le résultat sur le web.

>> The Baroque Cycle is coming - Site (page en fait) qui fait la promo du prochain livre de Neal Stephenson: "Quiksilver", à sortir le 23 septembre 2003 (via LinkMachineGo). J'ai adoré Cryptonomicon (ce livre est rentré directement dans mon top ten même si j'ai mis un an à le lire!), je me ruerai sur "Quicksilver"! Il est déjà en pré-commande chez Amazon US, et il fait 944 pages!
'In this wonderfully inventive follow-up to his bestseller Cryptonomicon, Neal Stephenson brings to life a cast of unforgettable characters in a time of breathtaking genius and discovery, men and women whose exploits defined an age known as the Baroque.'

C'est tout pour aujourd'hui, la grève de la RATP m'épuise!

13 mai 2003

Marche à l'aube

Aujourd'hui je me suis tapé 6,6 km à pied au saut du lit pour aller au boulot, au retour j'ai pu attraper un métro pas trop bondé sur la ligne 4 (j'ai eu de la chance). Comme il n'y avait personne dans mes bureaux j'ai beaucoup bossé. Je suis crevé. Ca m'apprendra à ne pas faire grève, mais je n'ai strictement rien à faire du problème des retraites!
Bref, la balade de ce matin était très bien. Traversé Paris du nord au sud, temps magnifique, la marche c'est bon pour la santé et j'aime Paris...

>> Pendant mes congés j'ai pris le TGV pour Brest et à l'aller j'ai lu "Quelques pas dans les pas d'un ange", de David McNeil. C'est le meilleur bouquin que j'ai lu en 2003. De petits récits de l'enfance de l'auteur avec son père: Marc Chagall. L'écriture est parfaite, pleine d'humour, de tendresse, de nostalgie et de fantaisie. Pas de lourdeurs, tout est d'une élégante légèreté, la langue est ciselée, chaque mot semble parfait à la place qui lui revient et le tout reste naturel et simple. Magnifique. Le livre est en réimpression, j'ai fait quatre librairies pour le trouver mais je ne regrette pas. J'aimais le McNeil parolier des plus grands interprètes dont Montand et l'auteur de "Tous les bars de Zanzibar" et de "Lettres à Mademoiselle Blumenfeld", je n'ai pas été déçu.

>> Five injured in a right sett-to (Guardian): 'An angry badger injured five people and chased away pursuing police officers during a 48-hour "rampage" in the Worcestershire town of Evesham. The one-year old Badger, named Boris, launched what experts described as unprecedented attacks after finding himself hungry, alone and frightened after being stolen or released from a wildlife visitor centre where he had been hand-reared and hand-fed.' - Un blaireau désaxé!

>> Weight Estimates on Air Passengers Will Rise (NYT) - Plus a lot of weird things on the crash of US Airways Express 5481, shortly after takeoff from Charlotte-Douglas International Airport, in North Carolina, on Jan. 8.

12 mai 2003

Yesterday was perfect, today not bad

'Depuis la toute petite enfance, j'ai une fringale de connaissances disparates et un peu tziganes. Je chéris ce qu'on appelle la culture générale et je me bricole de petits morceaux de savoir comme on ramasserait les morceaux épars d'une mosaïque détruite, partout où je peux, sans esprit de système. Et je vois des choses se mettre en place, d'une façon mystérieuse, comme à l'intérieur d'une sphère où tout conspirerait à achever une sorte d'ensemble harmonique, polyphonique. Encore maintenant, à chaque fois que je peux glaner un petit truc, à gauche ou à droite, je suis content comme un gamin qui va marauder des oeufs dans des nids de passereaux. La seule chose qui me fasse accepter l'idée de vieillir, c'est de compléter cette mosaïque encore lacunaire.'
Nicolas Bouvier (Routes et déroutes)

Je n'aurais pas pu mieux dire... Ce blog est l'expression de cette passion, chez moi.

>> Aux rythmes minimalistes, étranges, sereins et beaux de Múm: Yesterday Was Dramatic, Today is OK et Finally We Are No One.
Who is Múm?:
'Iceland pop experimentalists Múm were formed by Gunnar Örn Tynes, Örvar Þóreyjarson Smárason, and classically trained twin sisters Gyða and Kristín Anna Valtýsdóttir. Formed in 1997, the group met while working on a children's play. Smárason found his perception of music changed through hearing Aphex Twin and decided that he would abandon the guitar-based concepts of his prior bands. This was fine and dandy with his bandmates. Following a number of singles and remixes, the full-length Yesterday Was Dramatic — Today Is OK was released in 2000 through TMT/Thule in Iceland and Tugboat in the U.K. Each of the band's four members was in their late teens when the record was released, hailed for its playful and imaginative use of all things musical and not so musical. 2001 saw the release of Please Smile My Noise Bleed on Morr Music, a compilation of remixes from the likes of Isan and Arovane. A second full-length, Finally We Are No One, was released the following year on FatCat.'

>> My Political Compass:
Economic Left/Right: -3.25
Authoritarian/Libertarian: -3.23
Ce qui me met tout près de Jean Chrétien (!), comme je ne connais pas les idées politiques de ce monsieur, je ne sais pas trop ce que ça veut dire. Disons donc que je suis centriste de gauche (axe gauche - droite) et centriste libéral (axe autorité - liberté). Je pense que je suis, en fait, libéral de gauche (au sens français du mot "libéral").

>> L'excellent "Speckled Paint" est fermé, mais est remplacé par "The Solipsistic Gazette", ouf!

>> Brigitte Bardot, amie des bêtes, ennemie des hommes (Le Monde): la vieillesse est un naufrage!

>> Pendant que j'étais en congé j'ai tout de même un peu surfé et donc voici une poignée de liens que j'ai trouvé intéressants ces dix derniers jours, je n'ai pas vérifié si les liens étaient toujours valables, mais comme ce n'est pas très vieux ça devrait tout de même être bon:

>> Encore des Pocket Fragments de Brad Zellar: vaux le détour, comme d'habitude! Et puis le bougre linke la Professional Bull Riders Association. Il faudra que je vous parle un jour du Bull Riding, un des trucs les plus démentiels qu'il m'ait été donné de voir!

Reprise progressive des opérations

Retour de congés. Des trucs bizarres avec Blogger, à moins que ce ne soit avec mon fournisseur d'accès internet. Apparemment je n'ai pas la même chose à l'écran (en particulier les updates et les nouveaux posts), quand je passe par l'url www.douzelunes.blogspot.com que quand je ne met pas les trois www! Mais je viens de faire l'essai avec un autre fournisseur d'accès et là c'est normal. C'est donc probablement mon ISP (Noos) qui déconne, ce qui ne me rassure pas!

Le "bloguage" normal revient demain, probablement... Mais en attendant:

>> "Black Choppers", nouveau blog de l'Astrodog, que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam, mais dont j'aimais bien l'ancien blog "No MK Ultra", et qui est un copain du Captain qui se trouve lui-même être de ma famille! Alors hop! dans la colonne de droite. Ah! et j'oubliais: il a un site, aussi.

06 mai 2003

Carte postale

Ce blog est en vacances pour quelques jours... Visitez les archives (presque deux ans, déjà!), ou les blogs listés dans la colonne de droite.

Ou encore allez voir:

>> Worldwide Pinhole Photography Day
'Worldwide Pinhole Photography Day was established to celebrate the joy of simple creativity using the medium of lensless photography. We want to show that, from a device as simple as a cardboard box with a tiny hole, you can create inspiring images. Minimal technology and cost: Maximum Passion and Sensitivity!'

>> Doonesbury, prend la défense des Français! On ne s'appelle pas Trudeau pour rien!

A très bientôt.

01 mai 2003

New York state of mind

>> Décision prise, je retourne à New York City cet été (fin août). J'ai déjà été plusieurs fois à New York, mais je ne m'en lasse pas. Je vais y passer une dizaine de jours... J'ai hâte!

>> Presque en face de l'hôtel où je descend quand je vais à New-York (Pickwick Arms, 51st Street between 2nd & 3rd), il y a ce tout petit parc qui est un bijou d'urbanisme: "GreenAcre Park" (photo d'ensemble ici). C'est un endroit que j'adore. C'est une petit square un peu moins grand qu'un court de tennis. Il est aménagé sur trois niveaux: (1) une chute d'eau le long d'un mur de 8 m de haut au fond, avec un petit espace où on peut se tenir juste au pied de la chute, (2) une partie centrale plantée d'arbres et pavée de briques, (3) une terrasse sur la gauche protégée par un toit en treillis. L'immeuble de l'autre coté de la rue est un peu plus bas que les autres ce qui laisse entrer le soleil dans le parc. La chute d'eau fait un bruit apaisant qui couvre les bruits de la ville environnante (et New York est incroyablement bruyante), les arbres et les plantations ajoutent à la fraîcheur et à l'impression de sérénité et de loisir. Une petite boutique qui vend des snacks et des rafraîchissements est discrètement logée dans un coin. Un gardien est en permanence présent pour faire appliquer les règles du parc. Il y a pas mal de fleurs: des rhododendrons, des magnolias, des azalées. Les murs autours sont recouverts de briques et de lierre qui devient d'un beau rouge à l'automne. Les chaises et tables sont toutes mobiles pour qu'on puisse choisir où s'asseoir. C'est littéralement une enclave de verdure et d'eau, au sein d'un univers urbain grandiose (midtown et sa forêt de gratte-ciels), un havre de paix.
Si vous allez à New York, un jour, allez passer un moment, ou un pique-nique, à GreenAcre Park, pas dans le circuit traditionnel des touristes, mais pas loin non plus.

>> White Nights
'The intrusive otherworldly effect of artificial light on man-made environments is the theme of Allee's ongoing "White Nights" series. Working with a large-format Linhof Technikardan camera, he positions himself in front of apartment buildings, houses, and gardens that are bathed in the overflow of floodlights from sports and recreation facilities. Using shutter speeds of two to three minutes, Allee subjects his film to the kind of intense light that turns night into an unnatural day, producing images that seem to capture a state between times and seasons.'

(Via Boing Boing)

>> Satellite Falls Into Pacific Ocean -'The 1.4-ton deactivated satellite BeppoSAX has fallen harmlessly from orbit into the Pacific Ocean, bringing relief to many countries along the equator put on impact alert by the Italian space agency (ASI).'

>> 24, c'est une très bonne série (sur TF1) le mercredi tard (grrrr...!), en VF (re-grrrr...) et deux épisodes à la suite (re-re-grrrr...!). Si vous avez raté des épisodes (et que vous lisez l'anglais), le guide des épisodes du site officiel est très complet (attention: 'spoilers'). La saison 2 est bien entamée aux USA, déjà plus que cinq épisodes à passer. Au passage: le site est très très bien fait.

>> Boy 'pregnant' with twin brother (BBC) - 'Doctors at Chimkent Children's Hospital in Kazakhstan originally believed Mourat Zhanaidarov was suffering from a cyst. But during surgery, they discovered he was in fact carrying the dead foetus of his twin brother. The foetus had developed into a tumour but was found to have hair, nails and bones.' Eurgh!
(via Fimoculous)

>> Confrontation Michnik / Cohn-Bendit (Le Monde) - Si vous ne lisez qu'une chose "sérieuse" cette semaine, alors lisez ça, c'est très interéssant. Adam Michnik soutient la politique américaine et l'intervention militaire, Daniel Cohn-Bendit au nom des mêmes principes, refuse cette guerre et condamne la politique américaine. Adam Michnik est directeur du quotidien polonais "Gazeta Wyborcza", et Daniel Cohn-Bendit, député Vert au Parlement européen. Mais ce sont deux "figures" européennes de la lutte contre le totalitarisme.

>> Caesar Dressing (The New Republic) - Rumsfeld has (as we say in french) "la grosse tête":
'The war is over. The reconstruction has begun. And the main question on everyone's mind now should be: Is Secretary of Defense Donald Rumsfeld losing it?
Oh, sure, the secretary looks happy enough, drifting from press conference to chat show, grinning broadly, and tossing out pithy rejoinders to anyone who dares question the intrinsic perfection of our nation's Iraq strategy. But more and more, the grin looks a tad too large and the quips sound a tad too flippant for comfort. It's not just that Rumsfeld is pleased about the way the war went. (Hell, we're all pleased about that.) It's more that, high on the fumes of military victory, the secretary seems to have decided that he is, in fact, a military and foreign affairs genius who no longer needs to suffer any criticism, or even mild disagreement, from mere mortals. Watching him smirk and snark his way through public appearances, the word "overconfident" leaps to mind--along with the phrases "delusions of grandeur" and "God complex." '

>> Honoring Napoleon-Jefferson deal in age of Bush (IHT)