30 janvier 2004

:: Le poète des dix "un"

Ce soir nous vous donnons un poème chinois, pourquoi? Parce-qu'on aime bien. C'est une raison suffisante, mais en plus parce que ça repose:

Une fleur
Un saule
Un pêcheur
sur un rocher.

Un rayon
sur la rivière.
Un oiseau
sur l'aile.

A mi-chemin
de la montagne
un moine seul
sous les bambous.

Dans la forêt
une feuille jaune
qui flotte et tombe.

Dame Ho P'ei-Yu

Traduit par Claude Roy dans "Le voleur de poèmes" (Editions Mercure de France, 1991)

Aucun commentaire: