31 janvier 2004

:: Define your world

- UrbanDictionary - Define Your World

- Google WebQuotes:
"Google WebQuotes annotates the results of your Google search with comments from other websites. This offers a convenient way to get a third party's opinion about each of the returns for your search, providing you with more information about that site's credibility and reputation. "

- Over the Rhine | Lyrics:
"It was summertime in '83
We were burnin' out at the rubber tree
Wonderin' what in the world
Would make all this worthwhile
And if I knew then I was older then
Would I see regret to the last mile"
Over The Rhine Ohio


- Natalie Merchant - Nouvel album: "The House Carpenter's Daughter"

- Moleskinerie: un weblog consacré au carnet de moleskine! Avec une gallerie de superbes photos.

- BoschUniverse: l'univers de Jerome Bosch, site remarquablement bien fait et beau à voir.
(deux derniers liens via mysterium)

- RozWorks: Roslyn Stendahl, illustratrice. Plein de jolies choses dans son site.

:: Information

Trouvé sur l'excellent Living on the Planet:
"Trying to determine what is going on in the world by reading newspapers is like trying to tell the time by watching the second hand of a clock."
[Essayer de savoir ce qu'il se passe dans le monde en lisant les journaux c'est comme d'essayer de dire l'heure en ne regardant que la grande aiguille de l'horloge]
Ben Hecht.

Alors avec les blogs?...

30 janvier 2004

:: Le poète des dix "un"

Ce soir nous vous donnons un poème chinois, pourquoi? Parce-qu'on aime bien. C'est une raison suffisante, mais en plus parce que ça repose:

Une fleur
Un saule
Un pêcheur
sur un rocher.

Un rayon
sur la rivière.
Un oiseau
sur l'aile.

A mi-chemin
de la montagne
un moine seul
sous les bambous.

Dans la forêt
une feuille jaune
qui flotte et tombe.

Dame Ho P'ei-Yu

Traduit par Claude Roy dans "Le voleur de poèmes" (Editions Mercure de France, 1991)

29 janvier 2004

:: Fermentation

Un cachalot se vide de ses viscères en plein rue à Taïwan:
"TAIPEH (Reuters) - Un cachalot de 60 tonnes en décomposition a explosé en pleine rue à Taiwan, maculant voitures et façades de boutiques environnantes de sang et de morceaux d'organes.
Le mammifère de 17 mètres, mort après s'être échoué sur une plage au sud du pays, était transporté par camion afin d'être autopsié lorsque les gaz de fermentation ont provoqué son explosion. "

28 janvier 2004

:: Tout le monde y croyait?

David Kay devant la commission du Sénat (CNN):
"Senator Kennedy and I talked on several occasions prior to the war that my view was that the best evidence that I had seen was that Iraq indeed had weapons of mass destruction.
I would also point out that many governments that chose not to support this war -- certainly, the French president, [Jacques] Chirac, as I recall in April of last year, referred to Iraq's possession of WMD. The Germans certainly -- the intelligence service believed that there were WMD. It turns out that we were all wrong, probably in my judgment, and that is most disturbing. "

:: Propreté

Squeaky Clean? Not Even Close:
"Chuck Gerba, a professor of environmental microbiology at the University of Arizona who has studied bacteria in home kitchens, said that he found that people who had the cleanest-looking kitchens were often the dirtiest. Because 'clean' people wipe up so much, they often end up spreading bacteria all over the place. The cleanest kitchens, he said, were in the homes of bachelors, who never wiped up and just put their dirty dishes in the sink. "

La science me donne raison. Enfin!

:: Kerry en tête, un peu français!

Résultats des primaires du New Hampshire:
Kerry: 38%
Dean: 26%
Clark: 12%
Edwards: 12%
Liebermann: 9%
Kucinich: 1%
Entendu ce soir à la télé: John Kerry serait le cousin germain de Brice Lalonde...! Bon, je vois que les plus jeunes d'entre vous ne savent pas qui est Brice Lalonde, eh bien c'est un ancien écologiste, membre en son temps des "Amis de la terre" (à la fin des années 70), puis fondateur de "Génération Ecologie", ministre de l'environnement du gouvernement Rocard. On le dit "désormais proche d'Alain Madelin" (d'après l'AFP).

:: Dénouement

Bonne semaine pour Tony Blair. La "semaine de tous les dangers" annoncée par la presse s'est terminée en victoire pour le premier ministre britannique. Hier soir aux Communes il a remporté le vote de la loi sur la réforme du financement des universités, de justesse (5 voix de majorité) malgré l'opposition d'un grand nombre de députés travaillistes. Et aujourd'hui le juge Hutton, chargé de l'enquête sur le suicide du collaborateur du ministère de la Défense et scientifique David Kelly, a remis son rapport. Le juge a estimé qu'il n'y avait pas eu de manoeuvres sournoises du gouvernement pour divulguer le nom de l'expert à la presse, et que les allégations du journaliste de la BBC Andrew Gilligan étaient fausses (la BBC, sur la foi d'un renseignement soi-disant donné par Kelly à Gilligan, avait affirmé que le gouvernement de Tony Blair était intervenu pour enjoliver le dossier sur l'arsenal irakien du 24 septembre 2002, afin de justifier l'entrée en guerre). La BBC a présenté ses excuses au gouvernement et son président Gavin Davies a démissionné.

- Le rapport complet du juge Hutton (en anglais)
- Le rapport Hutton accable la BBC et épargne le gouvernement Blair (Le Monde)
- Key points at a glance (BBC)
- BBC Chairman quits over Hutton (BBC)
- The Hutton report: the key players (BBC)

26 janvier 2004

:: Enluminures



Le roi Charles V et son temps - Bibliothèque Nationale de France.
1000 enluminures du Département des Manuscrits. Absolument magnifique, en particulier cette série de calendriers.
(Via Mysterium)

:: Visite officielle

"Par ordre du Préfet de Police, les accès de la station Concorde sont fermés au public"

En surface, les allées et venues du président chinois Hu Jintao et la sécurité qui l'entoure créent un peu de pagaïe.

Sous terre, peut-être même à quelques mètres sous Monsieur Hu Jintao, les parisiens circulent dans les veines du métro comme si de rien n'était.

:: Peu plausible après réflexion

Calpundit signalle que David Kay, le chef démissionnaire de la mission de recherches d'armes de destruction massive (ADM) en Irak a une explication épatante (NYT) au fait que Saddam Hussein s'est comporté comme s'il possédait ces armes en n'étant pas particulièrement coopératif avec les inspecteurs de l'ONU et comment les Services Secrets occidentaux se sont lourdement trompés sur l'existence de ces armes. Selon lui, les scientifiques Irakiens chargés de mettre au point les ADM ont complètement abusé Saddam, en faisant croire à celui-ci qu'ils avaient des programmes en route alors qu'ils n'en avaient point, pour se mettre dans la poche l'argent alloué à ces programmes ou pour cacher leur incompétence. Donc Saddam, à ce qu'il paraît complètement coupé du monde réel, croyait qu'il avait des ADM et faisait tout pour entraver le bon déroulement des inspections de l'ONU, les scientifiques félons faisaient tout pour cacher leur escroquerie à leur patron et à l'ONU pour se couvrir, et les Services Secrets occidentaux gobaient tout ça (je simplifie un peu, mais vous voyez l'idée). Sur le moment cette explication m'a paru être plausible. Mais en y réfléchissant je crois que ça ne tient pas debout.

1 - A ce qu'on dit, Saddam était peut-être complètement coupé du monde, pour des raisons de sécurité, mais il avait à son service une police politique extrêmement efficace contrôlée par ses fils. Cette police faisait régner la terreur à un point tel que 100% des électeurs votaient pour le dictateur. De toute évidence elle avait des espions partout et contrôlait étroitement tout ce qui se passait sur le territoire Irakien. Il n'existait pas le plus petit embryon d'opposition qui ne lui échappât (sauf dans une partie des régions Kurdes du Nord). Cette police n'aurait donc pas contrôlé ce que faisaient les scientifiques chargés des programmes d'armes secrètes et dangereuses essentielles pour la défense du pays? Et sachant ce qu'ils risquaient s'ils étaient découverts ces chercheurs auraient joué très très gros. Ca me paraît franchement difficile à croire dans un pays où régnait partout le soupçon de trahison.

2 - Il eut fallu, pour que le secret soit gardé et que Saddam et ses sbires ne se doutent de rien, que les chercheurs soient absolument tous solidaires et gardent absolument tous le secret. Et quel secret! Peu crédible, d'autant plus qu'on parle d'une escroquerie qui aurait duré plusieurs années. Il eut fallu, en outre, que personne dans l'appareil gouvernemental ne demande jamais à voir quoi que ce soit des programmes en question (encore qu'on peut imaginer qu'on ne leur ait montré que des leurres, ce qui semble, somme toute, assez facile).

3 - Et si ces chercheurs avaient détourné de l'argent à leur profit j'imagine que ça aurait fini par se voir et attirer les soupçons de la police politique.

Non, décidément je trouve que c'est trop tiré par les cheveux.

Ce qui ne veut pas dire que Bush & Co, et le gouvernement Blair, aient littéralement et délibérément menti. A ma connaissance presque tout le monde, même les antiguerres, à de rares exceptions près (Scott Ritter?), pensait que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive. Je crois plausible par contre que:

- les Services Secrets, et la CIA en premier, se sont trompés par incompétence ou inefficacité chronique et ont gonflé, ou simplement enjolivé, leurs rapports sur l'existence supposée de programmes d'ADM parce que ça correspondait aux désirs et aux demandes de leur administration de tutelle, certains observateurs ont parlé de "politisation" excessive des rapports des Services Secrets,

- les patrons en question (Bush et son administration) ont accueillis ces renseignements avec enthousiasme et les ont gonflés à leur tour pour justifier une guerre faite largement pour des raisons d'idéologie et de géostratégie difficiles à expliquer et à faire avaler à leurs concitoyens,

- toujours pour des raisons stratégiques, d'alignement avec les Etats Unis plutôt qu'avec l'Europe continentale et l'axe Franco-Allemand, Blair et son administration ont suivi Bush et ont donc utilisé les mêmes justifications en les exagérant pareillement,

- enfin Saddam s'est comporté comme s'il avait en réserve des armes de destruction massive pour dissuader ses ennemis de l'attaquer, maintenir son pouvoir et préserver son statut vis à vis de ses voisins.

24 janvier 2004

:: Web Digest

Quelques liens glanés ces deux derniers jours. Je les poste avant qu'il n'y en ai de trop. Beaucoup en anglais, excusez-moi. Ce glanage est fait srtictement selon mes centres d'intéret, aucune objectivité ni "exhaustivité" là dedans.

L'état du débat:
- 'Viva la muerte' (Nouvel Obs')
(Jacques Julliard dénonce "une volonté d’extermination de l’autre qui s’apparente à cette «culture de mort» dont a parlé Jean-Paul II", la dégradation du 'comment se faire entendre' à tout prix)

Les actualités:
- Trafficking in nuclear arms called widespread (IHT)
- Craft finds water ice on Mars; rover talks (IHT)

L'Irak / le Proche-Orient:
- US chief Iraq arms expert (David Kay) quits (BBC)
- Text of interview with David Kay (Reuters)
- Lib Dem MP: Why I would consider being a suicide bomber (Guardian)

Les Elections US 2004 et la politique US:
- Wesley Clark joins the battle for the White House - portrait (Guardian)
- 2004 New Hampshire Democratic Tracking: les 20-22 janvier - Kerry: 31%, Clark: 20%, Dean: 18%, Edwards: 11%.
- Wonkette: a "Washington Gawker" blog. ["Cheney, Dick: Emerges from his hole every February 2. If he sees his shadow, it's six more weeks until we invade Syria"]

Le web:
- Google bombing: an armchair sport (IHT)
- Weblog politique: outil culturel non identifié (Netlexblogger) ["c'est certainement l'une des définitions les plus stimulantes que l'on pourrait donner du weblog. C'est d'abord un "outil culturel".]

Et tout le reste:
- The Grief Industry (New Yorker)
(Des psychologues sont sur place...!)
- Eminent Domain (New Yorker)
(Jolie nouvelle d'Antonya Nelson)
- The weather in Britain (IHT / Guardian)
(Où sont les bulletins météo d'antan?)
- Philippe Descola: "Demain la terre sera vide" (Le Figaro Littéraire)
- Anthropologie de la Nature (Philippe Descola, Collège de France, en PDF)

21 janvier 2004

:: La surprise de l'Iowa

Dean battu à plate couture en Iowa! Le résultat des caucus de l'Iowa, premières élections primaires Démocrates US sont une petite surprise: Kerry 38%, Edwards 32%, Dean 18%, Gephardt 11%. Ce dernier quitte la course: une défaite cinglante dans le Middle-West, sa région d'origine, est fatale pour lui. A noter que l'illuminé Kucinich obtient 1% mais qu'ayant de l'argent à jeter par les fenêtres il continue! Les sondeurs qui ont donné Dean gagnant se sont trompés: ne pas faire confiance aux sondeurs (voir le 21 avril 2002 en France!). En fait, d'après quelques analystes, Dean a souffert de l'exposition médiatique énorme que lui a valu sa qualité de favori proclamé par les instituts de sondage et sur Internet, le mettant sur la défensive plutôt qu'en position d'exposer son programme, il a souffert aussi de son tempérament, colérique, difficile, sujet aux gaffes à répétition et aux jugements à l'emporte pièce, il a souffert d'être contraint de se défendre contre les pubs négatives de Gephardt à son égard et peut-être de certaines de ses idées trop à gauche pour les militants Démocrates du Mid-West. Le voilà donc descendu de son piédestal et forcé d'aller batailler encore plus vivement en New Hampshire où là, il trouvera sur sa route, en plus de Kerry quasiment sur ses terres et auréolé de sa victoire dans les grandes plaines, le général Wesley Clark.
A mon sens Dean a du soucis à se faire. Kerry a maintenant le rythme et l'élan. Wesley Clark ne s'est pas encore jeté dans la bagarre mais il va sans dire que Kerry va le gêner, ils sont tout deux d'anciens militaires, héros du Viet-nam, mais Kerry a bien plus d'expérience que Clark en politique intérieure et économique, sans rien à lui envier en politique étrangère. Dean est-il comme la bulle Internet, ce médium qu'il a sût exploiter à fond? Va-t-il éclater? Un début de réponse le 27 janvier à Nashua Manchester, New-Hampshire. Et probablement ne saura-t-on rien du futur opposant de Bush Jr. avant le "super tuesday", quand plusieurs états tiendront leurs primaires en même temps. Ce sont les trésors de guerre qui vont souffrir. A ce petit jeu c'est souvent celui qui a le plus d'argent qui fait la différence, et celui qui a le plus d'argent c'est Dean.

Voir l'analyse étonnée de Thomas Cantaloube.
Democrats Spar in N.H. After Iowa Jolt (Yahoo News)

19 janvier 2004

:: Caucus

Aujourd'hui se tiennent les "caucus" de l'Iowa, première élection primaire du Parti Démocrate pour la course à la présidence.

' Les caucus sont la réunion des membres d'un parti politique, qui choisissent leurs délégués à la convention de ce parti, organisée à l'échelon d'un Etat de l'Union. Les délégués y désigneront aux voix le candidat auquel ils souhaitent voir conférer l'investiture de leur parti. '
Etats Unis de A à Z

Caucus (Dictionnary.com): 'a closed meeting of a group of persons belonging to the same political party or faction usually to select candidates or to decide on policy'

L'Iowa, première ètape du marathon démocrate (Yahoo!)

Et Thomas Cantaloube sur le système des primaires:
" L’Iowa et le New Hampshire représentent l’occasion d’un exercice de démocratie locale étonnant – qui n’est pas exempt d’hypocrisie, bien entendu. Il y a plusieurs méthodes pour sélectionner le leader d’un parti pour l’élection présidentielle – ou législative dans les régimes parlementaires. La plus courante (France, Grande Bretagne, Allemagne…) est une décision prise par les dirigeants du parti, éventuellement appuyée par un vote. C’est un système très élitiste, source d’obscures tractations dans lequel la base a rarement son mot à dire. La seconde méthode, c’est quelqu’un qui achète sa place grâce à l’argent (Berlusconi par exemple). La dernière méthode est une sélection par les militants, libres de choisir entre plusieurs candidats qui sont venus exposer leurs idées en personne.
Les primaires américaines sont un mélange de ces trois méthodes. D’abord, les candidats plaident leur cause sur le terrain auprès des électeurs (Iowa, New Hampshire, et quelques autres Etats clefs) ; ensuite l’argent rentre en jeu puisqu’un candidat qui n’en possède pas n’aura pas les moyens de se faire connaître et de mener campagne longtemps ; ensuite, les hiérarques du parti choisissent à qui ils apportent leur soutien et resserrent progressivement les rangs autour du candidat qui a le plus de succès dans les deux premiers domaines (électorat et argent).

Alors que j’ai longtemps trouvé ce système antique et inégalitaire, il m’apparaît aujourd’hui loin d’être parfait, mais il a le mérite de donner un peu la parole aux électeurs de base. "

:: Categorizing blogs

Categorizing blogs (comments) (Apophenia)
"I've been doing some thinking lately about blog genres, to see how they might translate into other media. I can't afford to go to ETech so I'll post it here. So far I've come up with:
1) "Hotlink" blogs. Perhaps the original blog genre, links to stuff that is cool or interesting in the eye of the blogger. Boing Boing is a good current example.
2) "Diary" blogs. I think LJ falls into this genre. A lot less emphasis on crosslinking/syndication.
3) "Journalism" blogs. People engaged in a venture of some sort, chronicling it for the world.
4) "Editorial" blogs. These bloggers like to pontificate on issues of the day. A lot of the "war blogs" fall into this category.
5) "Narrative" blogs. These are the rarest, I think. Fiction or humor blogs."

Je pense que Douze Lunes est un "hotlink blog", c'est du moins comme ça que j'aimerais qu'il soit, mais comme chacun sait, il y a loin de la coupe aux lèvres et mes links ne sont pas très "hot".
[via L'oeil de Mouche]

:: La bêtise contre l'intérêt public

La bêtise contre l'intérêt public - Au Nigeria, les autorités religieuses refusent la poursuite du programme de vaccination antipolio au prétexte qu'il est financé par les Etats Unis. Ainsi que le dit l'auteur: "certains dignitaires religieux locaux affirment que la vaccination antipolio fait partie d'un complot des Américains visant à stériliser l'Afrique. La campagne est interrompue, les contaminations ont repris, et la maladie se serait même déjà propagée dans certains pays voisins.". (Libération - Pierre-Yves GEOFFARD)

18 janvier 2004

:: La NASA laisse tomber Hubbel

Death knell for space telescope (BBC) - Contrainte de réduire ses services de navette après l'accident de Columbia, la NASA consacrera ses vols à l'ISS, Hubbel sans maintenance s'éteindra dans 4 ans et retombera sur terre en 2011.

:: Plus dure sera la chute

La chute du magnat de presse canadien Conrad Black (Yahoo)
MONTREAL (AFP) - Magnat de presse audacieux et sans pitié, fils de brasseur québécois ayant tourné le dos au Canada pour se hisser au rang de Lord anglais, ultra-conservateur qui fréquente le tout-Londres: le flamboyant Conrad Black est brutalement tombé de son piédestal ce week-end. Accusé de fraude, mis sans ménagement à la porte, il a été contraint de vendre son empire.

En moins de 24 heures, le patron de 59 ans a été remercié de son poste de président de Hollinger International et traîné en justice pour détournement de fonds et surfacturation, avant d'annoncer la signature d'un accord avec la société britannique Press Holdings International, des frères Barclay, pour vendre sa holding canadienne Hollinger Inc, au sommet de son groupe. Déjà, la villa de Palm Beach, tout comme sa maison londonienne de Kensington où il reçoit avec sa femme, la chroniqueuse Barbara Amiel, étaient à vendre. Son jet personnel et son chauffeur ont été confisqués par Hollinger International.

On dirait que la chute brutale est ce qui attend un jour où l'autre les grands patrons prédateurs, après Robert Maxwell, Bernard Tapie, Jean-Marie Messier et bien d'autres, voici Conrad Black. Rupert Murdoch doit avoir un léger frisson... de joie ou d'inquiétude!

17 janvier 2004

:: Kucinich in Iowa

Peace, and Kucinich, Gets a Chance (NYT)
"Mr. Kucinich, a congressman for his native Ohio, is polling in the low single digits nationwide, and is not expected to do much better in tomorrow's Iowa caucuses. But you wouldn't know that here [NdA: Fairfield, Iowa], where he draws hundreds to every public appearance, and where red, white and blue 'Kucinich for President' paraphernalia seems to be part of the town's permanent aesthetic. In local stores, Mr. Kucinich's smiling photo is posted among advertisements for white crane tai chi, Himalayan quartz and houses with eastward-facing entrances. 'This is a Kucinich town, most definitely,' said Gordon Shackelford, a Fairfield resident and Vietnam veteran who counts himself as a Wesley K. Clark supporter. 'He's got this really quirky appeal, and there's plenty of quirky people here.'
Mr. Kucinich, a vegan, who has proposed a cabinet-level Department of Peace, is not a typical candidate. And Fairfield, despite its picturesque town square and fluttering American flags, is not a typical Iowan town. The home of Maharishi University of Management and a center of the Global Country of World Peace, Fairfield and the surrounding area is home to 2,000 practitioners of Transcendental Meditation who began settling there in the early 1970's. "

Cruel! Dans les pages "Fashion & Style" en plus.
Dennis Kucinich est candidat à l'investiture démocrate pour les élections présidentielles aux USA.

:: Enfin!

Starbucks in Paris
Allez vous faire voir, buveurs d'horrible brouet noirâtre appellé "expressos"! Starbucks est en ville!

:: Ponctuation

My god! la ponctuation!
(L'Express) - Un ouvrage sur le sujet en Grande-Bretagne arrive en tête des ventes. Devant Harry Potter!

Eats, Shoots and Leaves: The Zero Tolerance Approach to Punctuation

:: The flip flop candidate

Howard Dean: 'the flip flop candidate' Jonathan Raban, Guardian:
"In fact he is at least as politically experienced, crafty and ambitious as Clinton (another five-term governor) was in 1992. But where Clinton, when cornered, used to fall back on his ineffable brand of legalistic sophistry ('It all depends on what the meaning of the word 'is' is'), and thereby alienate even his own supporters, Dean acts the part of the brusque doctor, summoned from his country surgery to attend a grave case of dementia in Washington DC, and mops up votes with even his most 'impolitic' performances. Doctors - unlike lawyers, journalists, and politicians - are popular figures, and Dean's time as a physician (he was in private practice in Vermont from 1981 to 1991) shapes his whole political rhetoric. Answering questions at town meetings, which is something he excels at, he rattles dispassionately through the diagnosis, talking, as doctors do, a little above the patient's head; then he prescribes the treatment, in language comprehensible to a child. I've seen audience after audience succumb gratefully to Dean's air of superior professional authority. No other candidate for the nomination comes close to matching him in this. "

16 janvier 2004

:: Growing Up With The President

Growing Up With The President
I've known George W. Bush most of my life. We grew up in the same neighborhood, and during our childhood years ran around with pretty much the same group of guys. I haven't, of course, talked to George in many years, but I guess we always got along just fine back in the day, even if I never did quite trust him. He was a bit of an "operator," as my mother liked to say, and I still remember the day Mr. Hanson, our high school biology teacher, called him a "four flusher" when George was horsing around in the back of the room...

Another good one by Brad Zellar!

15 janvier 2004

:: Thomas Cantaloube

Thomas Cantaloube - Weblog. Thomas Cantaloube est le correspondant à Washington DC (Etats-Unis) du Parisien, de Marianne et de La Vie. Il écrit des chroniques occasionelles pour Courrier Cadres. Ses chroniques (en Français) sur son blog sont indispensables à qui s'intéresse, même de loin, à la vie politique américaine. A suivre en particulier cette année d'élections.

:: The Click Heard Round The World

The Click Heard Round The World (Wired):
The mouse we built for the show was an early prototype that had three buttons. We turned it around so the tail came out the top. We started with it going the other direction, but the cord got tangled when you moved your arm.
I first started making notes for the mouse in '61. At the time, the popular device for pointing on the screen was a light pen, which had come out of the radar program during the war. It was the standard way to navigate, but I didn't think it was quite right.
Two or three years later, we tested all the pointing gadgets available to see which was the best. Aside from the light pen there was the tracking ball and a slider on a pivot. I also wanted to try this mouse idea, so Bill English went off and built it.
We set up our experiments and the mouse won in every category, even though it had never been used before. It was faster, and with it people made fewer mistakes. Five or six of us were involved in these tests, but no one can remember who started calling it a mouse. I'm surprised the name stuck.
We also did a lot of experiments to see how many buttons the mouse should have. We tried as many as five. We settled on three. That's all we could fit. Now the three-button mouse has become standard, except for the Mac. Steve Jobs insisted on only one button. We haven't spoken much since then.
Doug Engelbart

14 janvier 2004

:: Oldies

It Don't Bother Me

Passé la soirée à écouter Bert Jansch, ses deux premiers disques (chez Atlantic), datent de 1965 tous les deux. La voix éraillée et le picking subtil. Un grand artiste et ces deux albums ont pas pris une ride. Je les avais acheté en vinyle quand j'avais dix-huit ans. Je m'essayais à la guitare, Jansch, Renbourn étaient mes dieux... J'ai retrouvé ces deux albums sur un CD.

Bert Jansch

:: A bas l'vent, à bas l'vent d'hiver

J'aime pas le vent. J'habite dans les hauteurs, exposé à l'ouest, imaginez ce que j'endure depuis quelques jours. Le vent me stresse, il me presse, il me comprime. Chaque rafale est une tension en attente du relâchement. Le vent fait craquer de façon sinistre la porte fenêtre de ma chambre. Il fait des courants d'air dans mon appartement. Il y fait baisser la température de trois degrés. Il fait vibrer les volets de plastique, ça fait un bruit désagréable. J'aime pas le vent. Je dors mal quand il y a beaucoup de vent.

12 janvier 2004

:: Niue est .nu

Niue may return to New Zealand rule
La plus petite nation du monde (près de la Nouvelle Zélande) à été ravagée par un cyclone, la population a fuit vers la Nouvelle Zélande et de 1200 habitants est réduite à 500 et l'ïle pourraît perdre son statut privilégié. L'état de Niue abrite le courant nom de domaine .nu.

.nu domain
CIA - The World Factbook -- Niue

:: Larry et son nombril

Angry Middle Age Man (The New Yorker) - portrait de Larry David, créateur de Seinfeld, et dont la sitcom, produit HBO, "Larry et son nombril" (“Curb Your Enthusiasm”) passe sur Jimmy ces temps-ci. Article long et intéressant, pour la personnalité et l'histoire de Larry David, ses rapports avec Jerry Seinfeld, mais aussi parce qu'on y détaille les techniques de création d'une sitcom.

:: Color coded

U.S. to Push Airlines for Passenger Records (Washington Post) - Bon ça devient pénible là:
Despite stiff resistance from airlines and privacy advocates, the U.S. government plans to push ahead this year with a vast computerized system to probe the backgrounds of all passengers boarding flights in the United States. The government will compel airlines and airline reservations companies to hand over all passenger records for scrutiny by U.S. officials, after failing to win cooperation in the program's testing phase. The order could be issued as soon as next month. Under the system, all travelers passing through a U.S. airport are to be scored with a number and a color that ranks their perceived threat to the aircraft.
Another program that is to be introduced this year that seeks to speed frequent fliers through security lines in exchange for volunteering personal information to the government. (...) The two-step process will result in a numerical and color score for each passenger. A "red" rating means a passenger will be prohibited from boarding. "Yellow" indicates that a passenger will receive additional scrutiny at the checkpoint and a "green" rating paves the way for a standard trip through security. Also factored into one's score will be intelligence about certain routes and airports where there might be higher-rated risks to security.

Vous avez bien lu, chaque passager aura un code couleur: rouge, jaune ou vert...

11 janvier 2004

:: What is your law?

Edge pose sa question annuelle a un impressionnant groupe de savants en tous genres: What is your law?

Les réponses sont nombreuses et je n'ai pas encore eu le temps de les lire entièrement, mais j'aime bien la réponse de Kevin Kelly par exemple:
Power, understanding, control. Pick any two.

Nobody is as smart as everybody.

Ou celle de Marvin Minsky:
Words should be your servants, not your masters.

Don't just do something. Stand there.

Keith Devlin (celle là me plaît particulièrement!:o) ):
Buyer beware: in the hands of a charlatan, mathematics can be used to make a vacuous argument look impressive.

So can PowerPoint.

Steve Lohr:
The future is merely the past with a twist—and better tools.

:: Shows

Il y a abondance de séries en ce moment pour qui possède le câble ou le satellite:

- "The Shield" (Jimmy): la première saison d'une série policière extraordinaire. Où le héros principal est un salaud qu'on finit par aimer (un peu comme Tony Soprano). Un montage très serré, des mouvements de caméra à la NYPD Blue, de la violence, des personnages ambigus, ni anges ni bêtes... Fascinant!

- "NYPD Blue" (Jimmy): dixième saison! Le cast a été entièrement renouvelé sauf Sipowicz et Medavoy, depuis le début, il y a dix ans. Même si ça a perdu un peu d'originalité et si les petits jeunes ne sont pas aussi charismatiques que les vieux, la série garde un sacré punch (au plexus).

- "The Wire" (Jimmy): une nouvelle série policière subtile et un peu étrange, avec un anti-héro un peu minable et alcoolo. A suivre, on n'a vu que le pilote pour le moment. Bon potentiel.

- "Sex and the City" (Téva): la dernière saison je crois. Toujours aussi brillant.

- "Friends" (Jimmy): la dixième et dernière saison. La série s'essoufflait terriblement la neuvième saison mais ça à l'air d'être reparti sur des chapeaux de roues. Les dialogues sont toujours aussi fins et marrants.

Et toujours: la énième saison inédite de l'increvable "New York District" (Law & Order) sur 13ème rue. Pas pris un poil blanc. Une rediffusion des "X-Files" sur Série Club dans l'ordre et depuis le début, ça fait du bien de temps à autres. Un petit coup de redifs d'"Homicide" (Série Club) de temps en temps. Et sur TF1, après la daube du prime-time du samedi, "Les experts", diffusée de manière indigne, mais qui vaut bien de veiller un peu.

:: Interstices de Moïse

J'aime le ciel, et j'aime les paysages où le ciel est immense. C'est le cas de la plaine de la Beauce au sud de Paris. Une grande étendue plate consacrée à la culture intensive des céréales, sans arbres ou presque, où les seules formes verticales visibles sont les clochers des églises et les silos à grain. Le TGV Paris / Poitiers ou Bordeaux traverse à toute vitesse ces grandes étendues avant d'atterrir, presque, dans la vallée de la Loire. J'aime la Beauce. J'aime cette grande plaine sans arbres, j'aime ce ciel immense, écrasant. Aujourd'hui j'ai fait un aller-retour Paris Poitiers Paris pour aller chercher Clémence chez sa grand' mère. A l'aller le ciel uniformément gris des ventres de dépressions hivernales comme un plafond sur l'étendue maussade. Au retour un ciel de traîne chaotique à souhait. Lourdes nuées noires, se déchirant parfois et laissant apparaître des pans de ciel d'un bleu profond, au loin vers l'ouest et le soleil couchant des bandes de divers tons de jaune et de turquoise. Spectacle. Un moment un peu euphorisant et calme, le train fonçant à 300 km/h dans la plaine. Les grains de pluie crépitant de temps à autres sur la vitre.

10 janvier 2004

:: 100 things

Je suis passé à coté des 100 other things to do this year, du Guardian, il y en a quelques unes qui me semblent tentables:
2 Revise enemies list. Consider making up with any foes you have failed to vanquish thus far.

8 Chuck out all your old opinions. It doesn't hurt to start afresh every once in a while. For the first few weeks of the year, your only contribution to any conversation should be the word "huh". Eventually you will form brand new opinions based on the abject stupidity of other people's opinions.

31 Abandon all use of any of the following phrases, or any variations or puns based on them: cheese-eating surrender monkey, weapons of mass destruction, shock and awe.

32 Increase your debt load. If you happen to have some debt already, don't do a thing; it will get bigger all by itself.

39 Memorise the names of the 10 nations that will join the EU on May 1: Cyprus, the Czech Republic, Estonia, Hungary, Latvia, Lithuania, Malta, Poland, Slovakia and Slovenia. Now with your eyes closed.

59 Get down on your knees and ask God just what the hell He thinks He is playing at.

61 Give up cod. There isn't any.

08 janvier 2004

:: 58 London things

58 London things
Très amusant quizz: des photos de Londres, trouver où c'est. Très, très difficile cependant. Je devrais faire la même chose pour Paris, tiens!

06 janvier 2004

:: Web Digest

Planetary photojournal (images de Mars prisent par le robot Spirit de la NASA)
La NASA réussit son pari martien, c'est pas le cas de l'Europe!

Bush Bracing for Matchup Against Dean
The Dean dilemma Est-il le meilleur candidat pour battre Bush?
'I'm feeling like Job' Interview de Howard Dean.
A moins que Dieu, lui-même, ait une idée là-dessus:
'NORFOLK, Va. - Religious broadcaster Pat Robertson said Friday he believes God has told him President Bush will be re-elected in a "blowout" in November.' Robertson's Divine Intervention on Bush!

Murders still in check New York City est passée de 2 245 homicides en 1990 à 595 en 2003!
Les Etats-Unis fichent leurs visiteurs Photo et empreintes digitales prises électroniquement. Les Français ne sont pas concernés par cette mesure qui ne s'applique pas à 28 pays. (Foreigners Give the Finger titre plaisamment Slate!)

"Newsweek" publie un numéro spécial en français 'Le magazine américain teste le marché pour un hebdomadaire mariant une traduction de l'édition américaine et un contenu français spécifique.' Le site de Newsweek (en anglais).

04 janvier 2004

:: Noël à la Maison Blanche

A Season of Stories, la Maison Blanche s'amuse! A voir absolument: "Barney Cam II". Encore heureux qu'ils n'aient pas demandé à Dick Cheney de chanter "Rudolf the Red Nose Reindeer"! C'est un peu étrange, non? Je ne pense pas qu'on voit ça en France! Vous imaginez Sarko? Villepin? Bernadette?
[en partie via Scott McCloud]

:: Méchanceté et compassion

J'établis ici une distinction entre les diables à cornes et les diables tout court. Les diables cornus prennent plaisir à la cruauté, refusent d'écouter, paraissent s'acharner à détruire ceux qui les entourent, du moins en tant qu'êtres indépendants. J'ai bien du mal à l'admettre mais, avec eux, il n'y a souvent rien à faire. Je suis loin de prétendre que nous puissions remédier à tous les problèmes et changer systématiquement les méchants en bons. Mais la plupart des diables n'ont pas de cornes; ils sont agressifs parce qu'ils sont faibles, et cruels parce qu'ils ont peur. Avec eux, il ne faut pas renoncer. Les familles trouvent souvent des excuses aux diables cornus, ce qui est un bien en même temps qu'un mal. Les familles peuvent amener les gens à ne plus se sentir complêtement abandonnés, et cela est sans doute valable car c'est un premier pas nécessaire pour se considérer soi-même comme un être humain.
[...]
Il est vrai que beaucoup de gens prennent plaisir à haïr. "Haïr est sacré", disait Zola. Haïr donne aux gens l'impression qu'ils ont des principes et des opinions. Mais j'objecterai que découvrir un trait admirable ou touchant chez quelqu'un d'incompréhensible ou de détestable n'est certainement pas moins satisfaisant. Les sentiments humains partagés, les larmes qui montent aux yeux devant la souffrance de complets étrangers, sont parmi les émotions les plus profondes. Chaque fois que nous en faisons l'expérience, nous redécouvrons notre appartenance à l'immense famille qu'est l'humanité. Humanité signifie à la fois "tout le monde" et "bonté". Rares sont les gens qui sont totalement dépourvus de bonté. Découvrir ce précieux filon sous un sol pierreux compte parmi les défis les plus exaltants.
Theodore Zeldin - De la conversation

:: Conversation

Nous estimons que converser est une chose naturelle et nous ne consentons pas à en faire l'apprentissage. Or la conversation languit, dégénère assez vite dans l'ennui et l'insignifiance. Il existe donc un art difficile de l'entretenir et de lui infuser vie et générosité. Comme tout autre art, le piano, le violon, la peinture, elle mérite notre considération et ne saurait être perçue comme un passe-temps futile. Mais tandis que nous nous appliquons et rémunérons des moniteurs pour skier avec plus de grâce, nous ne procédons même pas à un rapide examen de conscience pour mettre fin à nos bévues et parler avec plus de doigté et de convenance.
Pierre Sansot - Le goût de la conversation

Je suis très intéressé par ces thèmes: la conversation, la parole, l'écoute. Attendez vous à ce que ces sujets deviennent récurents ici ces prochains temps.

:: Bruce Sterling

The 2004 Bruce Sterling State of the World Address:
"In the case of the American policy, the manual is supposed to be the Constitution. It gets kinda spooky when power-players in the USA decide to no longer read it.
I'm very interested indeed in smart-mobs, but a mob isn't a democracy, no matter how much hardware its members may be carrying or how clever they get at deploying it.
Woodstock is unexpected, delightful and surprising, because nobody expected it and there are huge raw energies there. Altamont comes to grief. It's like a principle.

[...]

I'm gonna believe in the Internet as a true-blue 'platform for democracy' when a bunch of people go start some new settlement, using the Internet first, and then a town *grows up around that.*
It's like the apotheosis of the 'smart house,' which isn't a normal house with some wiring and chips strung through it, but a place specifically built to shelter the network.
A functional polity needs a social infrastructure. Government requires things like separation of powers, balance of powers, consent of the governed, rules of order for debate. It needs civility. Its institutions have to command public credibility. It helps a lot if they've been around a while and their workings are open and obvious. The Internet has been around a while but it's conspicuously lacking in those other things.
I'm glad that major candidates are understanding that the web is around, and I'm all for Thomas Paine getting a few sentiments off his chest. Radio used to have much the same political role, when it was shiny new and sexy in the 1930s. Radio is technology, not a political panacea. Roosevelt was great at radio, but so were Goebbels, Huey Long, Father Coughlin and Mussolini. Those particular struggles weren't resolved by building better vacuum tubes.
Radio is still around, and we don't have highly advanced, highly democratic radio now. We've got awful radio."

:: Sérénité

Beau billet de David Madore.
"[...] Plus rien n'a d'importance. La promesse me berce d'un jour nouveau, porteur d'espoir et de potentiel. J'aime Paris, j'aime cette ville engourdie qui m'entoure, dont le plan me dévisage et m'invite à la découvrir. J'aime ce monde, ici et maintenant. J'aime la Lune, j'aime la fleur, j'aime la clochette au tintement cristallin."

03 janvier 2004

:: Danny Gregory

Bon sang! Mais c'est bien sûr! Danny Gregory (auteur de Everyday Matters) a un weblog.
[via Sugar n' Spicy]

:: Google: 2003 Year-End Zeitgeist

Google Press Center: 2003 Year-End Zeitgeist
Ce qu'on a cherché sur Google en 2003.
[via David Madore]

02 janvier 2004

:: Todd Hido

Todd Hido, photographe.
"If in this pictures it is forever midnight and you are forever stranded and chilled and at a loss, you still have to pay attention to the way the prowler's footprints hover in the snow around the window. The jumbles of cars around the bungalow may mean that many adults live there, but it may mean something you don't really want to know about. These pictures might represent views from the undercover surveillance car, if the driver drinking endless coffee waiting for someone to leave or to arrive were capable appreciating the scene. The silence that permeates this picture is before or after the fact, or a result of the muffling effects of weather, or else it is permanent, deathlike".
Luc Sante

[via Brad Zellar]

:: Appliquer la loi

Pervers alibi communautaire - Daniel Sibony, à lire, extrait:
"[...] Dans l'esprit de beaucoup, la condamnation, pourtant prévue par la loi, est le signe d'un échec, comme si pour ceux-là tout le monde devait baigner dans l'amour ; comme si tout ce dont l'autre a besoin, c'est que nous lui donnions de l'amour et de la grâce, et non pas de la loi. La loi, c'est trop dur, trop pénible.

Cela soulève un problème plus profond : qu'est-ce qui fait que l'on se sent coupable quand l'adversaire est sanctionné ? Qu'est-ce qui fait que, par exemple, une fois Saddam Hussein tombé, la tendance ­ du moins en France ­est très vite de s'apitoyer sur lui et de le regarder comme une victime ? Risquons cette hypothèse : on se sent coupable comme si on avait joui de la loi, comme si on incarnait la loi lors de la sanction. Alors on se sent en faute d'avoir joui de l'autre grâce aux règles qu'on incarne. C'est là une posture particulière, car la loi, on ne l'incarne pas lorsqu'elle s'applique; elle est un tiers que nul ne figure sauf à en faire une loi narcissique.

Mais d'où vient ce fantasme que la loi est entre nos mains lorsqu'elle nous défend ?

En somme, on remarque que la culpabilité empêche les gens immatures d'appliquer la loi. Mais une fois qu'ils l'ont appliquée, ils ont un mouvement de remords (on pourrait dire qu'ils reculent comme effrayés et fautifs) et ils retrouvent, intacte, la culpabilité qui les empêchait de faire la loi. C'est un vieux débat, et là-dessus j'aimerais rappeler un texte millénaire qui oppose les vertus de la loi à celles des «bons sentiments» : si tu dois juger un pauvre, ne prends pas parti pour lui, rends-lui justice. Autrement dit, qu'il soit riche ou pauvre, fort ou faible, s'il a violé la loi, c'est de la loi dont il a besoin et non pas de la beauté de vos sentiments, laquelle est certes respectable, mais incapable de faire justice. Il ne faut pas confondre l'acte de faire la loi avec l'acte de jouir. De même, la victime, qui a fait appel à la loi, il faut l'aider à supporter que justice lui soit rendue. Sinon, dans la confusion émotive, l'acte de justice serait aussi insupportable que l'acte d'injustice."

:: Happy new year

Bonne année 2004 chers lecteurs!